Enseigner au XXI siècle

Douze souhaits pour 2015

Mes souhaits concernant l’école. A la fin 2015, on aura du mal à évaluer la réalisation de certains, on peut vraiment craindre que certains ne se réalisent guère, on est presque sûr que les 7, 11, voire 8 sont utopiques ! Pour le 12, concernant ce blog, ça s’est réalisé en 2014 pour l’essentiel, il faut que ça continue…

  1. Que la ministre aille jusqu’au bout sur le projet de répartition des moyens en fonction de la composition sociologique des établissements.
  2. Qu’on mette enfin en œuvre une nouvelle logique pour les programmes scolaires, en les transformant radicalement de directives pour enseigner à
    600px-Ambrogio_Lorenzetti_002

    le bon gouvernement de Ambrogio Lorenzetti (à Sienne)

    repères dans un curriculum pour apprendre.

  3. Que le nouveau « parcours éducatif artistique et culturel » ne soit pas un gadget, mais soit une « ardente obligation » pour chaque enseignant ;
  4. Que les ESPE remplissent davantage le cahier des charges que leur a fixé la loi d’orientation en formant vraiment au métier.
  5. Que, suite aux débats sur l’évaluation, on encourage au moins des alternatives à la notation traditionnelle et qu’on supprime les « moyennes générales ».
  6. Que commence à prendre vie le cycle 3, pivot de la liaison école-collège.
  7. Que les éternels contempteurs de la pédagogie prennent la peine de lire ,  orthode lire vraiment, quelques écrits de leurs adversaires au lieu de, caricaturer ou plutôt déformer leurs propos.
  8. Que les médias s’intéressent un peu plus, un tout petit plus, à ce qui marche dans les écoles et donnent la parole aux innovateurs au moins autant qu’aux conservateurs, que les grands journaux accordent aux ouvrages et revues de réflexion pédagogique au moins le dixième de ce qu’ils donnent comme place à la littérature par exemple.
  9. Que mes collègues se plongent un peu dans des lectures pédagogiques et qu’on arrête d’opposer le « bon sens » ou les « réalités du terrain » à la recherche.
  10. Que des partis se réclament de la gauche, et de la gauche radicale, arrêtent de soutenir les positions les plus réactionnaires et de dénigrer les innovations pédagogiques.
  11. Que certains penseurs de l’école, tous bords confondus, sociologues, philosophes, psychologues, pédagogues, cessent de « vouloir donner la leçon » en disant le Bien et le Mal et de porter des jugements péremptoires sur les pratiques.
  12. Que les billets de blogs et tribunes sur l’école soient commentés de manière courtoise, posée et raisonnée, sans trolls, sans vociférations et ricanement cynique…et avec un minimum de correction de la langue.

Merci à tous ceux qui, dans leur coin, peuvent contribuer à la réalisation de certains de ces vœux.

Be Sociable, Share!

Commentaires (6)

  1. Jean-Michel Zakhartchouk (Auteur de l'article)

    A Arnaud P.: je vous sais gré de répondre en grande partie au voeu 12, c’est-à-dire de commenter de manière courtoise et un peu argumentée à mon texte, mais je déplore toujours l’anonymat.
    Vous êtes libre de considérer que je fais du copier-coller, mais j’aimerais que vous le montriez concrètement, mes écrits portent sur des sujets divers et je n’aime pas l’impression de ressasser les mêmes choses, à moins que ce que vous considérez comme répétitif c’est le combat permanent pour une école de la réussite pour tous, sans solutions toutes faites, etc.
    Maintenant, que vous vous prétendiez en quelque sorte porte-parole du « peuple »(numéro 2), que vous ayez vos certitudes sur le soi-disant fiasco des pédagogies nouvelles alors que les évaluations internationales ne vont pas du tout dans le sens que vous dites, que vous ne proposiez pas grand chose (revenir à l’école traditionnelle, si sélective, et qui serait si j’ai bien compris « non libérale » – le mot magique, très empêcheur de penser qu’est devenu le diabolique vocable de « libéral »!- que vous rejetiez d’un bloc tous les travaux des sciences de l’éducation (j’espère que vous les avez lus, et que vous pouvez étayer vos propos, ce que ne font jamais la plupart des anti-pédagogues à deux ou trois exceptions près), c’est votre droit, mais permettez-moi de trouver votre commentaire un peu court, malgré sa longueur…

  2. Arnaud P.

    Reprenons ces 12 voeux.

    1. Comme ses prédécesseurs, le ministre doit augmenter les inégalités… Et baisser les salaires ! Pour ce premier vœu : bientôt une troisième génération vous en remercie.
    2. Les contre-pouvoirs sont nécessaires, ne vous en déplaise. Heureusement, des résistances vont empêcher cet autre vœu. Le temps où une élite d’illuminés dirige ce pays est révolu. Le peuple ne suit plus.
    3. Il n’y a de salut que dans les pédagogies ouvertes – celles-là même qui ont conduit l’école à sa perte. Il faudrait même déclarer le bonheur obligatoire. Halleluia !
    4. Des hordes de formateurs sont revenus de Belgique, après y avoir sévit dix ans : au fait, comment cela se passe-t-il, aujourd’hui, dans ce bien joli pays ? Sont-ils satisfaits ? Pour le reste, il faut également mettre tout le monde aux ordres : c’est décidément une obsession.
    5. En lisant rapidement, on a presque le sentiment d’un droit… Certes, il ne s’agit ni celui des familles, ni celui des professeurs : il faut imposer la liberté… d’innover. Sur ce sujet, il s’agit de considérer, par exemple, les classes sans notes : au bout de plusieurs décennies de tentatives internationales infructueuses (sur le plan scientifique), d’aucuns osent encore parler d’innovations sur de vieux sujets ressucés et déjà tranchés. Et, ils « expérimentent » benoitement. Pourtant, à un moment donné, la somme des connaissances compte, n’est-il pas ?
    6. Après l’augmentation du nombre élèves en difficultés en école primaire, c’est évident : il faut faire dorénavant la même chose dans le secondaire. Logique !
    7. Je lis et lis à nouveau, notamment vos écrits. On en fait vite le tour, vous savez : c’est la même sauce, au copié-collé près. Franchement, ce que vous promouvez depuis des décennies : c’est le fiasco (orthographe, etc.), non ? Errare humanum est…
    8. « Que les médias s’intéressent un peu plus, un tout petit plus, à ce qui marche dans les écoles et donnent la parole aux innovateurs au moins autant qu’aux conservateurs ».
    Les expérimentations ont fait l’objet de très nombreux articles complaisants, depuis un fort long moment. Lisez-vous iceux ? Pour le reste, même s’il s’agissait de postuler que seul l’expérimentateur, déconnecté de toute évaluation scientifique, est à même d’évaluer la qualité de sa méthode : c’est tout simplement contradictoires dans les termes. On peut maquiller un certain temps les choses, cela finit toujours par transparaître. Tenter de s’adapter ? Le grand écart deviendrait de plus en plus intenable ! Quelle solution reste-t-il ? Pour commencer, le mieux est de ne pas avoir de doublure trop voyante…
    9. Considérons les sciences de l’éducation. Elles ont, par exemple, défendu l’usage omniprésent d’écrans, certains « experts » vont même jusqu’à justifier les expérimentations sur les tablettes en maternelle… Tout vrai scientifique, qui se plongent un peu dans la littérature, fait des bonds: dérégulation des rythmes, fatigue accrue, baisse de la concentration, diminution des capacités cognitives, etc. En France, les sciences de l’éducation ont été dévoyées. Franchement, elles n’ont pas besoin de critiques extérieures. Lorsqu’on défend systématiquement le contraire de la vérité scientifique, en poussant et même en opposant volontairement l’avis de quelques individus à la connaissance globale… Soyons sérieux. Il suffit de les lire : elles sont tout simplement une caricature d’elles-mêmes.
    10. Que les gouvernements successifs – particulièrement l’actuel – arrêtent de soutenir les positions les plus libérales et destructrices de l’Ecole… Et il faut encadrer les innovations pédagogiques : les élèves n’étant pas des cobayes, il est inutile de tester, indéfiniment sur eux, ce qui n’apporte pas de plus value mesurable, voire ce qui est su inefficace. Ajoutons que le dénigrement orchestré des personnels n’est pas pertinent pour améliorer l’école. Certes, dans son domaine, la direction de France Télécom – relayée par certains cadres – l’a fait, mais pas publiquement… Voyez sur ce point 10, nous sommes largement d’accord !
    11. « Que certains penseurs de l’école, tous bords confondus[…] cessent de « vouloir donner la leçon » »:
    C’est, j’imagine, votre leçon du jour. A méditer, effectivement !
    12.  » N’étant ni un discours pour démontrer, ni un récit pour montrer, le mythe doit user d’une insistance persuasive que dénote les variations symboliques sur un thème. « 

  3. Jean-Michel Zakhartchouk (Auteur de l'article)

    difficile à se limiter.
    Si on veut avoir une vue prospective sur l’acte d’apprendre, le numéro 500 des cahiers pédagogiques « apprendre au XXI siècle »
    Si on veut réfléchir sur ce qu’est l’école française d’aujourd’hui, pourquoi pas « l’élitisme républicain » de Baudelot-Establet
    un livre sur l’acte d’apprendre, celui de JP Astolfi « une école pour apprendre », chez ESF
    sur la classe, l’ouvrage collectif coordonné par mon ami Bruno RObbes, « construire l’autorité éducative » (site des cahiers pédagogiques)
    Oserai-je citer mon récent livre sur l’évaluation? (l’évaluation plus juste et plus efficace: c omment faire? » également sur le site des cahiers pédagogiques. OUi, j’ose, car il est collectif et pas que personnel, et comme les différents livres de la collection Repères pour agir qui a existé de 2000 à 2014, il est l’oeuvre d’un réseau de praticiens éclairés par des chercheurs.
    Philippe Meirieu a la générosité de mettre en ligne des ouvrages qu’il a écrits ou coordonnées, aller voir sur son site. J’ai collaboré à celui, très astucieux, qui s’appelle « l’école et les parents »
    bonnes lectures….

  4. Claudine Pierre

    Quelles lectures pédagogiques conseillez-vous ?
    merci

  5. Pingback: Douze souhaits pour 2015 - Jean-Michel Zakhartc...

  6. Jc Léon.

    on, j’adhère à tout cela Michel même si certains numéros me paraissent relever de l’illusion pure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.