Enseigner au XXI siècle

C’était au temps où Bruxelles pleurait…

Un court billet, plein d’émotion, devant le drame de Bruxelles. J’ai plusieurs fois animé des formations, notamment « d’écoles de devoirs » à Molenbeek, accompagné des équipes, participé aussi à des journées autour de l’idée de « passeur culturel » , sans oublier une mémorable parlement-européen1rencontre au Parlement européen avec Dany Cohn-Bendit pour un Cahiers pédagogiques sur l’école en Allemagne (en 1997). Chaque fois, j’ai rencontré beaucoup de gens chaleureux et aussi plein d’humour, cet humour qui s’exerce d’abord sur soi. Combien d’universitaires spécialistes de l’éducation souvent simples (plus peut-être que bien de leurs collègues français!) et possédant cet humour (je pense par exemple à Marc Romainville), qu’on retrouve dans les dessins de Geluck et autres, que j’ai l’occasion d’utiliser en formation. Et puis (ou et pouis), quand  on a été et qu’on reste un fan de Tintin et inconnudelatamisecouv03couv_20081104_8384de Blake et Mortimer, comment ne pas être ému par cette tragédie. Bruxelles, pour moi, c’est une ville sympathique, certes au passé pas toujours bien préservé malgré le superbe patrimoine « art nouveau » et la merveilleuse Grand Place (même si on n’y joue pas Mozart dans je ne sais quel kiosque), c’est aussi le nom maudit « Bruxelles-le diktat néo-libéral, l’Europe qui nous impose les pires choses), le bouc émissaire de nos propres faiblesses et insuffisances… C’est désormais aussi une ville victime de ces sinistres méfaits après Londres, Madrid, Istanbul, Paris…

Bruegel_584_L_complete_large@2x

la chute des Anges, Bruegel, Musée des Beaux Arts de Bruxelles

Oui, évidemment, ce soir, « je suis Bruxelles », des beaux musées Magritte et Beaux-Arts(merveilleux Bruegel), mais aussi des kebabs de quartiers « de la diversité » qui doivent souffrir des risques d’amalgame, de cet atomium qui a fasciné autrefois et a inspiré le délicieux Jonathan Coe  et des chansons de Brel, bien sûr….

Et pour rester dans le domaine éducatif, la capitale d’un pays si partagé entre deux écoles bien différentes, dont l’une a du mal à bien réussir (l’école wallonne) parce que trop ségrégative et sélective (pas de carte scolaire).

Mais ce soir, j’ai conscience de m’être un peu écarté du champ purement éducatif, même si plus que jamais nous avons des responsabilités, comme après le 13 novembre, d’explications, de travail de fond et de lutte contre les fausses informations, et bien sûr prendre notre part dans la prévention de la radicalisation. Nous y reviendrons, mais j’avais surtout envie d’exprimer cette pensée pour cette ville chère à mon coeur…

Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. Jean-Michel Zakhartchouk (Auteur de l'article)

    aucun problème.
    JMZ

  2. Véritable baume du tigre

    Salut, super pour ce bref post, il est attirant. Notre sujet correspond, pour cela je me permet de vous faire un lien seulement si tu n’y constate pas d’inconvénient. Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.