Enseigner au XXI siècle

Archive mensuelles: octobre 2017

Eh non, l’elixir miracle n’existe pas !

L’elixir d’amour du Docteur Dulcamara de Donizetti n’était que du charlatanisme, mais il était vanté avec tant de truculence ! Mais on sait bien que les remèdes magiques, ça n’existe pas. Et en matière de pédagogie, plutôt moins qu’ailleurs. Et pourtant, la tentation est grande, malgré les dénégations, de chercher le moyen infaillible de faire réussir les élèves et de résoudre tous les problèmes d’échec et elixirtoutes les difficultés scolaires.

Le dernier en date de ces solutions si merveilleuses est sans doute les neurosciences, qui nous diraient ce qu’il faut faire, il suffirait de suivre les indications sur la notice. Toute phrase commençant pas « les neurosciences nous disent que… » doit nous pousser à la vigilance, voire à la méfiance. Bien sûr que les travaux de Houdé, Dehaene, Della Chiesa ou Steve Masson sont passionnants, utiles, féconds. Mais quand ils sont transformés en préceptes, lorsqu’ils sont instrumentalisés, souvent à partir d’éléments partiels, le risque est grand, par contre-coup, de les voir alors rejetés dans un refus des sciences cognitives au lieu de constituer un élément éclairant les pratiques. Pour les uns d’ailleurs, ces neurosciences iraient dans le sens d’une pédagogie active, créative, tandis que pour d’autres, elles réhabiliteraient la répétition et le par cœur ! (more…)

A propos de l’écriture soi-disant « inclusive »

D’abord, on pourrait largement contester ce terme d’ « inclusif » appliqué à cet étrange « e » encadré par deux points. Au fond, le « ils » neutre désignant aussi bien les garçons que les filles dans « les élèves ont été intéressés » n’est-il pas plus inclusif ?  En quoi devoir écrire « les élèves de cette classe sont vifs/vives » est-il davantage « inclusif » quand il faut deux termes au lieu d’un pour désigner la même réalité.

Sur le fond, je suis un farouche adversaire de cette complication, qui n’est pas de la complexification, et qui va à l’encontre de ce qu’on pourrait appeler le « génie de la langue » qui penche vers la simplification, la facilitation de lecture ou d’écriture. Quand on plaide pour une diminution des accents circonflexes ou une réduction drastique des trémas, voire, ô crime de lèse-orthographe, une simplification radicale des accords des participes passés, comment pourrait-on défendre un mode d’écriture qui d’une part va ralentir le rythme d’écriture, va gêner la lecture et d’autre part éloigne l’écrit de l’oral (« les parisien.ne.s –où mettre le second « n » ?- à l’écrit, parisiens/parisiennes à l’oral) ? (more…)

Les Anciens ont été un jour modernes

On connait le juste reproche qui est fait par les connaisseurs de l’Islam, croyants ou non, aux « fondamentalistes » en tous genres, qu’ils soient pacifiques ou non : celui de refuser toute historicisation, toute contextualisation des propos du Coran et autres textes canoniques. Avec de surcroît une lecture très partielle et partiale de ces textes. Qu’on lise par exemple des ouvrages grand public aussi remarquables que ceux de Rachid Benzine  Finalement il y a quoi dans le Coran ? ou du dominicain Adrien Candiard (Comprendre l’islam, ou plutôt : pourquoi on n’y comprend rien) qui montrent bien la nécessité d’un travail historique complexe pour SCU2013SacredTextsExhibit_IlluminatedKoransaisir dans quel environnement s’est développée cette religion et comment elle s’insère dans des pratiques de l’époque, parfois en opposition « progressiste » à la pensée dominante d’ailleurs. Leçons de relativisation qui provoquent bien sûr l’ire des docteurs de la Loi rigoristes qui mesurent la taille de la barbe en se référant à tel ou tel Hadit ou discutent à l’infini de ce qui est possible ou non en matière de rapports sexuels. L’usage du portable et de l’informatique n’étant pas cité dans les textes sacrés, ils deviennent « hallal » y compris pour des causes criminelles.  Resituer dans l’époque apparait pour les fondamentalistes comme un blasphème, comme c’était (c’est ?) le cas d’ailleurs des catholiques intégristes justifiant le racisme envers les Noirs à partir de quelques lignes de l’épisode de Noé et ses fils ou la violence contre les hérétiques à partir d’un extrait isolé de l’Évangile (« je suis venu apporter le glaive ») en oubliant d’autres (« la joue gauche et la joue droite). Mais le fondamentalisme ne concerne pas que la religion et ceux qui se réclamaient de Marx ont dans l’histoire combattu au nom de la lettre des textes dits fondateurs toute innovation ( d’où la gêne, par exemple, lorsqu’Engels lui-même laissait entrevoir les nouvelles possibilités ouvertes par la généralisation du suffrage universel et ouvrait la voie au réformisme pacifique dans un texte postérieur à la mort de son ami)

Tant pis si certains vont trouver le rapprochement hasardeux, mais je pense que l’attitude intellectuelle est la même chez ceux qui opposent l’école d’aujourd’hui, (more…)