Edtech Europe : mais ou sont les Frenchies ?

Capture d’écran 2016-06-18 à 17.42.28

Je participais la semaine passée à la conférence EdtechXEurope2016, à Londres. Pendant deux jours, plusieurs centaines de participants venus du monde entier échangeaient sur le futur de l’edtech. L’évènement, très orienté business models et levée de fonds, s’est imposé comme le hub annuel de l’edtech.
Continue reading

Leave a Comment

Filed under french touch education, Non classé, Startup, transformation digitale

Le digital learning : “un changement de culture”.

A la veille de la French Touch de l’Education organisée par LearnAssembly en partenariat avec Educpros, nous avons voulu analyser à quel point le digital learning bouleversait les habitudes de formation pour les apprenants comme pour les responsables formation. 

Un responsable marketing veut développer le SEO de la chaîne Youtube de son entreprise. Que fera-t-il ? Il s’inspirera probablement d’un pair notoirement talentueux ou consultera le blog d’un expert en la matière. Les technologies et les usages évoluent à un tel rythme qu’il n’est plus envisageable pour lui d’attendre six mois ou un an que son entreprise mette en place une formation adéquate. De facto, la formation continue sort de plus en plus du cadre traditionnel. Chaque salarié pioche l’information où elle se trouve : sur les réseaux, sur les forums, sur les vidéos en ligne; c’est à lui de se former en fonction de ses besoins, de ses missions et de ses lacunes. La formation devient auto-formation, c’est là un changement de paradigme !

Oui mais voilà… Si ces formations et ces informations existent, elles sont souvent difficiles à trouver, perdues dans la jungle du web. Comment sourcer les meilleurs pratiques ? Les blogs les plus pertinents ? Les MOOC les mieux pensés ?

Un changement culturel pour l’organisation

C’est justement là que doit intervenir l’organisation : adapter son rôle à l’aune de ce nouveau paradigme. Elle doit accompagner les salariés dans leur formation en proposant des contenus pertinents, en accord avec leurs besoins. Sur les plateformes LMS des grands groupes, des milliers voire des dizaines de milliers de contenus de formation coexistent. Sur le LMS de Schneider Electric par exemple, “il y a plus de 10.000 learning objects” estime Xavier D’Esquerre, Senior Vice President Workforce Planning & Learning Solutions de l’entreprise. Les grands groupes se mettent donc à sourcer, voire produire des contenus de formation pour répondre aux problématiques de chacun de leurs collaborateurs. Ils vont même plus loin, optimisant le référencement de chaque formation pour que les collaborateurs puissent trouver plus facilement les contenus dont ils ont besoin.

Le rôle du responsable formation évolue.

Le rôle du  responsable formation évolue de manière substantielle. En fait, il doit de plus en plus maîtriser les sujets techniques. Il a pour responsabilité de développer des plateformes LMS, de produire de nouveaux formats et de nouveaux contenus. Xavier D’Esquerre, qui interviendra à la French Touch de l’Education, le résume à sa manière : “C’est un rôle plus high-tech, un rôle plus agile, un rôle centré sur l’expérience. Car aujourd’hui si les employés n’ont pas une expérience attirante autour du learning, ils ne vont plus du tout utiliser ce qu’on leur propose.” Le rôle du “RF” est évidemment d’appréhender les besoins de formation de chacun mais il doit également s’assurer que les modalités pédagogiques sont compatibles avec les usages des collaborateurs. Faut-il pousser des contenus accessibles sur mobile ? Faut-il déployer des MOOC ? Faut-il favoriser le blended learning au vu de la complexité des sujets ?

Le responsable formation doit s’approprier l’ensemble des techniques offertes par le digital : “C’est quelqu’un qui doit être très branché sur les tendances digitales, les tendances sur l’apprentissage” analyse Xavier D’Esquerre. La variété des formats, des modalités pédagogiques et des solutions techniques font du digital learning une véritable science. C’est d’ailleurs pour aider les formateurs à réinventer leur métier, à s’approprier les nouveaux outils et les nouveaux usages, que nous avons lancé un parcours de formation dédié au digital learning.

Un changement culturel pour le salarié

Enfin, l’auto-formation demande au salarié d’être proactif et de prendre en main son parcours de formation. Les nouvelles modalités pédagogiques, souvent distancielles, lui permettent de se former où il le veut et quand il le décide. Plus besoin de bloquer une demi journée dans son agenda pour assister à un atelier de formation. Il pourra désormais consommer ces nouveaux formats directement de chez lui, dans les transports, ou simplement depuis sur son poste de travail. Mais cette flexibilité n’est pas toujours bien perçue par les salariés car elle désacralise le temps de formation. Qu’on le déplore ou non, la formation continue est en train de vivre une révolution copernicienne, un profond “changement de culture” comme le dit Xavier D’Esquerre.

Maxime THUILLEZ

Leave a Comment

Filed under french touch education

French Touch de l’éducation : quel rôle pour l’expérience apprenant ?

La French Touch de l’éducation, organisée par LearnAssembly en partenariat avec Educpros, est l’occasion de revenir sur différentes tendances de fond des pratiques de la formation; commençons par l’idée d’expérience apprenant.

Capture d’échttp://www.frenchtoucheducation.com/ran 2016-05-05 à 15.45.00Qu’est-ce que l’expérience utilisateur ?

On parle depuis quelques années d’expérience utilisateur pour un internaute ou d’expérience collaborateur pour un salarié : l’économie de l’usage se développe partout. L’internaute est l’utilisateur d’un service, qu’il faut convaincre de rester, de passer du temps. Cette démarche renverse le mode de fonctionnement traditionnel des projets. On part de l’environnement de l’utilisateur,de ses besoins, de son environnement, pour construire la solution qui lui sera proposée, et non l’inverse.

L’expérience utilisateur en formation

Les entreprises avec lesquelles nous travaillons réfléchissent de plus en plus à la manière de retenir les apprenants, à les engager. C’est l’éternel problème de la formation distancielle. Comment rendre autonomes les apprenants ? Comment les faire revenir sur la plateforme LMS ? Comment leur redonner envie d’apprendre ?

De nouvelles pratiques émergent : nous avons récemment collaboré avec une entreprise faisant appel à des UX designers pour designer sa stratégie de formation. En partant d’une observation de terrain, utilisant des interviews et des observations documentées, l’équipe de designers remonte les besoins, la perception de la formation, pour alimenter le plan de formation.

ux designLe rôle des plateformes

La place centrale de l’expérience utilisateur se reflète dans l’évolution des interfaces LMS. Les plateformes LMS sont plus souvent connues pour leur robustesse technologique que pour la qualité de leur interface. Plus souvent pensés pour les acheteurs de formation plus que pour les utilisateurs finaux, ils font partie de l’équation de l’expérience apprenant et sont challengés par les nouveaux usages.

Autre évolution révélatrice : le terme de design pédagogique, par opposition à l’ingénierie pédagogique montre bien le choix de mettre l’apprenant au centre, et non le commanditaire. Caroline Meyer, directrice pédagogique chez LearnAssembly, qui interviendra à la French Touch de l’éducation a complété son parcours par un master en design; des ingénieurs pédagogiques avec qui nous travaillons utilisent les méthodologies design thinking pour construire leurs dispositifs.

Pour en savoir plus sur l’évolution des plateformes et le rôle de l’expérience utilisateur en formation, rejoignez la communauté de la French Touch de l’éducation, les 1 et 2 Juin prochains !

Leave a Comment

Filed under french touch education, transformation digitale

French Touch de l’éducation 2016 : c’est reparti !

LearnAssembly organise depuis fin 2013 les conférences French Touch de l’éducation avec un objectif simple : réunir les passionnés de pédagogie et de numérique pour contribuer à la création d’une vraie filière edtech/digital learning française, capable de peser dans un environnement global, concurrentiel et de plus en plus technologique. Pour la première fois, LearnAssembly s’associe à Educpros pour cette 5ème édition !
Continue reading

Leave a Comment

Filed under french touch education, Startup, transformation digitale

Comment former les étudiants à la culture digitale ?

TGONTG

La culture digitale est  l’un des axes prioritaires des universités et des entreprises depuis quelques mois; il ne se passe pas un jour sans que le sujet ne soit abordé lors de conférences, de tables-rondes, d’articles. Les entreprises attendent un socle de compétences digitales minimum de la part de leurs salariés, et cette évolution va logiquement se répercuter sur les plaquettes pédagogiques universitaires.

Or le digital est un véritable challenge pédagogique. Quelles sont les modalités pédagogiques pertinentes pour aborder ce sujet ? Comment distinguer acculturation et formation ? Comment adapter les parcours aux cibles ? Comment aborder ce sujet avec des populations peu sensibilisées au sujet ? Comment éviter de faire peur ? Comment créer de réelles compétences digitales chez des jeunes qui croient maîtriser le digital ?

Continue reading

Leave a Comment

Filed under mooc d'entreprise

Un Mooc sur l’innovation managériale !

Il y a tout juste un an, Sophie Cohendet rejoint LearnAssembly en tant que Directrice Générale. Lors de notre première semaine de travail, elle m’interroge sur des sujets comme la vision du marché de la formation, le choix des business models, le rôle des Moocs etc… Passionnés par ces thématiques, nous en parlons des heures et débattons avec enthousiasme.

Un jour, elle aborde le sujet de la culture d’entreprise de LearnAssembly, de la vision, des valeurs managériales que nous souhaitons développer. Grand silence de mon côté. Je la regarde de travers avec un regard ironique, l’air de dire : “ De quoi me parle-t-elle ? Je n’ai pas le temps pour ce blabla corporate, j’ai une entreprise à développer ”. En bon startuper obsédé par la sacro-sainte scalabilité et rêvant d’un destin à la Instagram, je me préoccupais surtout de voir mes courbes monter vite et haut. Le reste me paraissait intéressant intellectuellement mais accessoire : le bonheur au travail vient tout seul, quand les gens aiment leur travail, sont impliqués, traités avec bienveillance, et participent à de beaux projets ambitieux.

Pourtant, si je suis devenu entrepreneur,  c’était bien pour réinventer le travail, à commencer par le mien !

C’est vous dire mon niveau de maturité sur les enjeux du management et du leadership. Cela vous donne également une idée de ce qu’on apprend (ou apprend pas) dans les célèbres business schools qui se targuent d’être des écoles de “management”, là ou le management est surtout vu comme de l’optimisation de process en vue de la maximisation de la création de valeur pour les actionnaires.

Un an a passé; je suis désormais passionné d’innovation managériale et de transformation des organisations. Je lis, assiste à des conférences, échange avec de nombreux DRH sur le sujet. Chaque mois j’essaie de rencontrer un entrepreneur ayant une société d’une taille équivalente à LearnAssembly pour m’inspirer et voir comment il structure sa société.

Les questions du bonheur au travail, du développement personnel, de l’entreprise libérée, du rôle de l’entreprise dans l’épanouissement des individus sont devenus de réelles préoccupations car même si le terme de “ Génération Y “ me déplaît, il faut bien reconnaître que la jeunesse a envie changer le travail, et surtout les moyens de le faire, grâce au numérique.

C’est en entamant une collaboration avec le groupe Poult, groupe leader du marché des biscuits en marque de distributeur, connu pour son modèle managérial innovant et déhiérarchisé que le sujet de l’innovation managériale est venu. Souhaitant démystifier et expliquer sa démarche, le groupe a envisagé la piste du Mooc et du Spoc (pour les entreprises) comme d’excellents leviers de transmission et de sensibilisation de cette vision.

Parallèlement, l’équipe LearnAssembly est passée de 4 à 16 personnes, ce qui nécessitait de réellement réfléchir à la culture d’entreprise, aux valeurs, aux rôles de chacun. Nous avons adopté des valeurs fondamentales, qui ont été votées par l’ensemble de l’équipe, mis en place des pratiques de retours d’expériences, d’échanges, de transparence qui sont désormais le socle de l’entreprise.

Un an de réflexion, de tentatives et de travail collectif nous ont permis de donner le jour au premier Mooc, suivi d’un Spoc sur le sujet de l’innovation managériale. Isaac Getz, Arantxa Balson, les équipes de Poult, F.Lippi, Michel Hervé prennent la parole pour partager leur vision sur le sujet.

Rendez-vous le 16 Mars pour le lancement du Mooc !

 

Leave a Comment

Filed under mooc d'entreprise, Non classé

Comment digitaliser et transmettre le savoir des baby-boomers ?

Un ingénieur-formateur proche de la retraite, amené à voyager aux quatre coins du monde pour former ses pairs, m’a contacté récemment pour savoir comment optimiser sa formation avec le digital. En soi, rien de bien innovant. Ce qui l’est plus c’est le moment ou il m’a dit : « on est trois dans la boite à savoir faire ce que je fais; quand je partirai à la retraite, ce sera un bordel monstre ».

Continue reading

Leave a Comment

Filed under mooc d'entreprise

Petit coup de gueule d’un patron de startup à l’adresse des services carrières de l’enseignement supérieur

Chers responsables de service carrières d’universités et de grandes écoles, je suis un entrepreneur ne parvenant pas à recruter, frustré par vos services et votre vision rétrograde de l’emploi : je vous écris donc une courte missive au sujet de l’employabilité et de l’insertion professionnelle de vos étudiants.

Continue reading

7 Comments

Filed under Non classé, Startup

Uberisation, crowdsourcing, emploi : retour sur le rapport du Conseil National du Numérique

cnnumEnfin ! Un rapport institutionnel qui pose les pieds dans le plat du digital, aborde les vraies questions en exposant les différents points de vue sous forme de controverses.

On ne peut que saluer qu’un rapport émanant d’une structure publique, certes libre de toute tutelle, aborde des sujets aussi techniques et innovants. Le revers de la médaille : il est probable que 70% des politiciens français ne seront pas en mesure de comprendre les enjeux du rapport. L’équilibre entre la prospective et l’opérationnel est toujours difficile à trouver.

Continue reading

Commentaires fermés

Filed under mooc d'entreprise

RH, Formation et Digital : les cordonniers sont-il les plus mal chaussés ?

Avez-vous déjà vu un responsable RH demander à un éditeur de logiciels en SaaS s’il a une API ouverte ? Ou encore entendre un responsable formation commenter les taux d’ouverture de sa campagne multicanal lancée pour sa nouvelle formation ? Ou si un Mooc pouvait être interfacé avec un RSE permettant aux apprenants de faire du multiposting ?

La réponse est probablement non. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé