Formation professionnelle et transformation digitale – ou en est-on ?

photo numa ad

 

 

 

 

 

 

 

Cela fait un peu plus de 6 mois que LearnAssembly travaille avec le groupe Abilways, l’un des leaders du secteur de la formation professionnelle. Au menu : le lancement d’Abilways Digital, la nouvelle marque du groupe sur la transformation digitale. Cette nouvelle marque que nous accompagnons dans son lancement propose des formats pédagogiques innovants, un média digital et une réelle remise en question du secteur de la formation professionnelle, un secteur encore très conservateur quand il s’agit de transformation numérique. C’est donc l’occasion de réfléchir à la transformation digitale du secteur de la formation professionnelle.

2014 a été l’année de la transformation digitale. Alors que de nombreux marchés sont déjà relativement avancés, d’autres ont enfin compris l’enjeu stratégique, voire disons-le franchement, l’enjeu de survie, lié au numérique. Pour faire simple : tout le monde craint de se faire « uberiser ». Si les investissements sont souvent concentrés sur le marketing, la digitalisation de process ou encore les technologies big data, un nombre croissant d’entreprises fait le constat que la transformation digitale concerne tous les collaborateurs, quel que soit leur niveau, et nécessite une vision, une compréhension globale de ses enjeux. Qui passe donc par la formation.

 

Le lancement d’Abilways Digital au Numa s’ouvre une étude réalisée avec TNS-Sofres sur la perception de la transformation digitale. Un premier élément à relever ne manque pas de surprendre : 87% des sondés ont une perception positive de la transformation numérique et ne la voient pas comme une menace. Ce n’est pourtant pas l’impression généralement véhiculée par un grand nombre d’entreprises que l’on sent moyennement sereines sur le sujet.

De même, pour 85% des sondés, le tournant digital a déjà commencé ou eu lieu. Le déni de réalité n’est donc plus d’actualité. En revanche, et c’est peut-être le principal enseignement de cette étude, l’écart entre le discours officiel autour de la transformation digitale et son déploiement en interne est important. Pour aller plus loin, on s’aperçoit que certains services sont déjà très digitaux, alors que certains très peu, ce qui crée des distorsions et des freins importants au sein d’une même organisation.

 

infogtaphie-transfo-digitale-400x640

Parmi eux, les services RH et formation. Le sujet a été abordé dans l’article saignant et un peu facilement polémique de Patrick Arnoux sur la digitalisation de l’enseignement supérieur, et un constat similaire s’applique aux services formation. La transformation digitale commence par une bonne compréhension des enjeux, une maîtrise des outils digitaux et enfin une évolution des modes de pensée, et ce à tous les niveaux de l’entreprise. La formation est donc au cœur du sujet. Mais de nombreux salariés semblent considérer que les services RH et formation n’ont pas le bagage nécessaire pour accompagner la transformation numérique. Il est d’ailleurs intéressant de noter que chez LearnAssembly, nous ne sommes que très rarement en contact avec des fonctions RH et formation, mais dans la plupart des cas avec des directeurs du digital, des directeurs marketing, des dirigeants, qui souhaitent accélérer et contourner certaines rigidités liées au fonctionnement pyramidal voire archaïque de bon nombre de nos fleurons nationaux.

 

Autre aspect révélé par l’étude, l’incarnation par les dirigeants de cette transformation digitale. C’est là que le bât blesse : pour la moitié des sondés par TNS et Abilways Digital, les dirigeants n’incarnent pas et ne sont pas prescripteurs de la transformation digitale. Cet écart entre le discours officiel et le fonctionnement opérationnel entraîne nombre de frustrations et freine l’innovation. Si pour 70% des personnes sondées, le digital est une opportunité de carrière, seuls 27% s’estiment vraiment à l’aise. Sensibiliser les dirigeants est une priorité : très souvent, les jeunes salariés ont une connaissance du numérique bien supérieure à leurs managers, ce qui engendre une frustration palpable.

Capture d’écran 2015-02-02 à 15.12.22

Le digital est un sujet qui dépasse les frontières classiques de l’entreprise telle qu’elle a été pensée après la révolution industrielle. Tout le monde est concerné. Les modalités pédagogiques doivent donc s’assouplir, coller aux nouveaux usages, à la consumérisation de la formation et la capacité de prescription forte de la part des salariés individus. Former au digital oblige à repenser sa pédagogie et pousse donc les acteurs de la formation professionnelle à effectuer leur propre transformation digitale.

 

A titre personnel, travailler avec un groupe leader du secteur de la formation lorsqu’on est une jeune startup de l’éducation est riche d’enseignements. C’est d’abord un vrai exemple de partenariat startup-grand compte, un sujet dont se gargarisent de nombreuses entreprises sans donner lieu à de réelles actions. En mettant en place une collaboration avec une startup, Abilways Digital est allé plus loin que de nombreuses entreprises qui envoient des communiqués de presse aux grands journaux économiques dès qu’elles organisent un petit cocktail avec leur directeur de l’innovation.

Retrouvez sur le site d’Abilways Digital les principales innovations pédagogiques, le magazine et l’offre de formation sur la transformation digitale la plus complète du marché.

 

 

Be Sociable, Share!

2 Comments

Filed under Non classé

2 Responses to Formation professionnelle et transformation digitale – ou en est-on ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *