« La relation école-emploi bousculée par l’orientation », quelques remarques

Dans le cadre de sa VST, l’INRP avait publié en septembre 2009 un dossier intitulé : La relation école-emploi bousculée par l’orientation : http://www.inrp.fr/vst/LettreVST/47-septembre-2009.htm . Un excellent document conçu par Laure Endrizzi. Mais j’aurai préféré le titre inverse :

L’orientation bousculée par la relation école-emploi.

Pourquoi ?

L’un des points qui m’intéressait particulièrement dans ce document, était la partie intitulée : « Vues sur l’orientation dans l’enseignement secondaire ici et ailleurs ».


J’espérais y trouver un panorama des manières de gérer la circulation des élèves à l’intérieur du système scolaire. Mais pas du tout. Iil rassemblait quelques éléments sur la structuration des systèmes scolaires, et surtout une description « institutionnelle » des pratiques d’éducation à l’orientation au sein de ces systèmes.


Une démarche éducative peut-elle se développer quelque soit le contexte institutionnel de la gestion des parcours des élèves ? Peut-on penser que des démarches éducatives aient une chance d’être pertinentes dans un système où le redoublement est imposé, où le choix d’une formation est contraint par le jugement des éducateurs ?


Si « nous » voulons, en France, réellement développer des pratiques éducatives permettant le développement (et non pas l’acquisition) de compétences propres à s’orienter dans la vie (scolaires, professionnelles, personnelles), alors il nous faut faire le deuil de nos procédures d’orientation (entre autres), et permettre réellement une pratique de « tasting » comme l’indique ce dossier.


C’est bien une réflexion sur la relation école-emploi qui doit bousculer notre conception française de l’orientation !


Bernard Desclaux, publié à l’origine le 28 septembre 2009


Laure Endrizzi, l’auteure du texte de la VST m’avait fait le commentaire suivant à l’époque :


mardi, 29 septembre 2009 10:41

Merci de votre réactivité et de votre lecture attentive. Vous avez bien évidemment raison, les procédures sont un élément clé et il me semble l’avoir souligné à plusieurs reprises dans le dossier. Et elles sont étroitement dépendantes de l’offre d’enseignement.
Mais il est vrai que je n’en ai pas fait un fil directeur, en particulier dans les descriptions nationales de la dernière partie. C’était volontaire, vous l’aurez compris.
L’objectif, annoncé, était effectivement une présentation des dispositifs déployés récemment ou en cours de déploiement dans quelques pays européens (et donc avec assez peu de recul, nécessairement) ; la perspective était celle d’une prise de conscience de la mobilisation récente des pouvoirs publics sur les compétences transversales, auxquelles la capacité à s’orienter est liée.
Je ne peux également que vous rejoindre sur les limites d’une telle exploration « institutionnelle » ; et chacun n’est pas sans savoir que l’adéquation entre pratiques prescrites et pratiques implantées est un leurre… C’est un parti pris qui, je l’espère, ouvrira quelques espaces de discussion (ou de réaction)…

Tags:

This entry was posted on Jeudi, octobre 7th, 2010 at 11:56 and is filed under Orientation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

One Response to “« La relation école-emploi bousculée par l’orientation », quelques remarques”

  1. Le blog de Bernard Desclaux » Blog Archive » Faut-il choisir son métier en fonction du marché de l’emploi ? Says:

    [...] époque j’avais écrit un commentaire à ce document, publié sur ce blog et intitulé : « « La relation école-emploi bousculée par l’orientation », quelques remarques [...]

Leave a Reply