Apprentissage vs formation à temps plein

On a peu de travaux statistiques concernant l’apprentissage, ce qui permettrait d’une part une comparaison entre les deux modes de formation professionnelle en initiale, et d’autre part, peut-être de mieux agir pour modifier et faire évoluer ces deux systèmes qui dépendent pourtant l’un de l’autre. Dans les deux études que nous commenterons, on voit bien les liens qui les réunissent.

Qui sont les jeunes qui vont en apprentissage ?

Une autre manière de s’intéresser à la question du rôle de l’acteur dans l’insertion, c’est de se demander qui sont les jeunes formés professionnellement, en formation plein temps ou formation par alternance ? C’est ce qu’Elodie Alet et Liliane Bonnal se sont demandé en publiant : Apprentis et lycéens professionnels : deux profils d’élèves équivalents ?

A partir d’une analyse fine des données de la génération 95 elles identifient une série de constantes qu’elles présentent ainsi :

« Les caractéristiques familiales qui ont un effet sur l’orientation vers une formation professionnelle sont les suivantes : être un garçon, avoir des frères et/ou des sœurs, vivre avec un seul de ses parents, avoir un père de nationalité française, avoir un père artisan, commerçant ou agriculteur, avoir une mère sans diplôme. Ces différents critères, augmentent, toutes choses égales par ailleurs, la probabilité d’être orienté vers une formation professionnelle. De plus, lorsque l’on s’intéresse aux variables caractérisant la trajectoire scolaire passée, il apparait que, avoir redoublé à l’école primaire et/ou au collège, avoir suivi une classe spécialisée au collège (classe de quatrième ou de troisième), et avoir un score moyen inférieur à neuf (l’effet est encore plus fort pour ceux ayant obtenu un score moyen inférieur à sept) augmentent la probabilité d’être orienté vers la formation professionnelle. La filière professionnelle est donc plutôt suivie par des élèves en difficulté, voire grande, scolaire. » (p. 9)

En simplifiant, on peut dire qu’il y a un double marquage des jeunes apprentis :

  • Un marquage familial d’appartenance à ce réseau « apprentissage » se double souvent par un rejet de l’école comme moyen de promotion, c’est le travail qui est « salvateur ». On peut renvoyer à l’idée de « monde » que l’on a signalé dans le post précédent.
  • Un deuxième marquage est scolaire. L’échec scolaire, intervenu souvent très tôt dans la scolarité, induit une orientation vers le « professionnel » globalement à la fin de la troisième. Le fameux choix d’orientation après la troisième est le plus souvent une imposition. Et parmi ceux-ci, ce sont les « plus mauvais » scolairement, qui ne pouvant être admis dans les lycées professionnels (effet des procédures d’affectation justement basée sur les notes scolaires), se tournent vers l’apprentissage.

Ces deux marquages vont bien dans le sens que nous avions signalé dans notre article sur le contexte historique de l’apprentissage en France . Il y a à la fois une dimension sociale et culturelle (les représentations familiales) et une conception élitiste du système scolaire qui se conjuguent. Les tentatives d’amélioration de l’apprentissage par le gouvernement, en tout cas au niveau V ou IV, sont sans doute de peu d’effets.

La part de la diplomation par l’apprentissage

Malgré cette remarque, il faut prendre en compte un autre phénomène de fond qui semble marquer depuis quelques années la part de diplomation exercée par l’apprentissage.

Liliane Bonnal et Pascal Favard, Janvier 2007 ont rédigé un Rapport final pour le Haut Conseil de l’Education, intitulé : Conséquences de l’augmentation du nombre de diplômes sur la relation formation-emploi, dans lequel vous trouver le tableau suivant p. 11 et le commentaire que nous rapportons également.


« L’apprentissage est la voie de formation choisie par plus du quart des jeunes préparant un diplôme de niveau IV (niveau baccalauréat) en 1999, contre seulement un sur huit en 1990. L’évolution la plus marquée concerne les diplômes de niveaux I à III. Pratiquement inexistants en 1990, les apprentis représentent jusqu’à 20 % (en formation d’ingénieurs, 13 % en 1999 et près de 20 % en 2005) des effectifs totaux. D’une manière générale, et quel que soit le diplôme préparé, l’évolution à la hausse des effectifs d’apprentis s’est aussi accompagnée d’un poids plus grand de l’apprentissage dans l’ensemble des formations préparées (17,3 % des effectifs en 1990 et 22,7 % en 1999). Toutefois, le niveau à l’entrée reste faible, plus de 80 % des nouveaux apprentis ont un niveau inférieur au baccalauréat.

Le poids de l’apprentissage dans les formations professionnelles est relativement stable depuis les années 2000. En ce qui concerne les diplômes inférieurs au baccalauréat, on observe à la fois une diminution du nombre d’apprentis préparant un CAP et du nombre de lycéens préparant un BEP. Dans le cadre de l’apprentissage, la part des CAP a diminuée en faveur des diplômes de l’enseignement supérieur (ingénieurs et dans une moindre mesure BTS et DUT). » (p. 11)

Ces grands changements sont-ils dus à des modifications dans les représentations des différents acteurs ?

Peut-être en partie, mais nous pensons que la structuration de l’offre de formation au sein de l’éducation nationale est sans doute le grand facteur de changement. Pour exemple prenons l’effet de la fermeture des formations de CAP offert après la cinquième (suite à la réforme dite « Bayrou » de 1994) et pas du tout compensée par le report de quelques-unes de ces formation après la troisième. On voit le parallèle avec l’augmentation de la part de l’apprentissage de la formation de ce niveau.

Bernard Desclaux

Be Sociable, Share!

Tags:

This entry was posted on mardi, août 23rd, 2011 at 16:21 and is filed under Apprentissage. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

4 Responses to “Apprentissage vs formation à temps plein”

  1. Le blog de Bernard Desclaux» Blog Archive » Apprentissage vs formation à temps plein | Higher Ed. Management | Scoop.it Says:

    […] Le blog de Bernard Desclaux» Blog Archive » Apprentissage vs formation à temps p… Source: blog.educpros.fr […]

  2. formation en alternance / apprentissage by pierrev.laurent2 - Pearltrees Says:

    […] On a peu de travaux statistiques concernant l’apprentissage, ce qui permettrait d’une part une comparaison entre les deux modes de formation professionnelle en initiale, et d’autre part, peut-être de mieux agir pour modifier et faire évoluer ces deux systèmes qui dépendent pourtant l’un de l’autre. Dans les deux études que nous commenterons, on voit bien les liens qui les réunissent. Qui sont les jeunes qui vont en apprentissage ? Le blog de Bernard Desclaux» Blog Archive » Apprentissage vs formation à temps plein […]

  3. formation-emploi by labodmutations - Pearltrees Says:

    […] Liliane Bonnal et Pascal Favard , Janvier 2007 ont rédigé un Rapport final pour le Haut Conseil de l’Education, intitulé : Conséquences de l’augmentation du nombre de diplômes sur la relation formation-emploi , dans lequel vous trouver le tableau suivant p. 11 et le commentaire que nous rapportons également. Malgré cette remarque, il faut prendre en compte un autre phénomène de fond qui semble marquer depuis quelques années la part de diplomation exercée par l’apprentissage. Le blog de Bernard Desclaux» Blog Archive » Apprentissage vs formation à temps plein […]

  4. Orientation by ferdinanbuisson - Pearltrees Says:

    […] Le blog de Bernard Desclaux» Blog Archive » Apprentissage vs formation à temps plein « Les caractéristiques familiales qui ont un effet sur l’orientation vers une formation professionnelle sont les suivantes : être un garçon, avoir des frères et/ou des sœurs, vivre avec un seul de ses parents, avoir un père de nationalité française, avoir un père artisan, commerçant ou agriculteur, avoir une mère sans diplôme. formation en alternance / apprentissage Rythmes de l’enfant formation-emploi Redoublement insertion professionnelle [+] formation continue chiffre Respect Contrat Limites Rythme google travail biographie les rythmes scolaires cahiers chronologies Enseignement nulles activités ccdmd enseignement mission andragogie comprendre formation mieux logistique université concours Débats-Société fonctionne leçon lycée Stress au travail santé france econoclaste sciences de l’éducation françoise réseaux militants chretiens mamairie Alternance filières formation inffolor préqual industrie charpentier Formation pro alternance emploi annuaires Découvir l’apprentissage chambres jobs accueil offres actualite formation bienvenue centre ETUDES université bibliothèque enseignement politiques publiques chine âgées connaissent pouvoirs publics collectivités doivent école du futur 21ème caroline #innov11 retombées médias arnal projets brigitte outils firefox allié Démarches pédagogiques faire etherpad mind mapping cartes objet pedagogie ministère alphabet pour l’initiation en 6e astuces faire Sites pour parents associations organisation des études apprentissage lisboa route andsoblog globetrotteuse musique bandes Site et blog de moniteurs stockage agricuture cours PEDAGOGIE dictionnaire expert ingénieurie Cafipemf activement Comptabilité franchir bulletin recherche travail accueil S3C grilles développement académie economie enjary cédrick archive home • contact • blog • fb • twitter to experience pearltrees activate javascript. […]

Leave a Reply