Les enjeux en 2011-2012 pour les services d’orientation

Au cours de la formation des nouveaux directeurs de CIO à l’ESEN que je viens de coordonner, divers acteurs institutionnels se sont exprimés (Bureau de l’orientation et de l’insertion de la DEGESCO, un adjoint du DIO, un CSAIO) devant les stagiaires afin d’indiquer les évolutions dans lesquelles ils devaient inscrire leur fonction de directeurs de CIO :

  • L’orientation dans la réforme du lycée
  • La lutte contre le décrochage
  • Le service public d’orientation tout au long de la vie
  • Le décret relatif au statut particulier des directeurs de CIO et des COP

Je développerais dans un premier temps ces différents points, et les commentaires feront l’objet de posts à venir.

L’orientation dans la réforme des lycées

L’insistance a porté sur la « nouvelle conception » pédagogique de l’orientation. Nous avons déjà abordé ce point dans divers posts (Nouvelle mission pour l’EPLE : la mission d’information pour l’orientationTendance de fond : l’aide à l’orientation est attribuée aux enseignants ). L’orientation n’est pas seulement une affaire de gestion de flux et de procédures d’orientation, il s’agit de préparer le mieux possible les élèves aux divers choix qu’ils ont à formuler, à concevoir au cours de leur formation initiale. Pour cela on formalise et on « pédagogise » ce qui se faisait souvent déjà de manière volontaire par les acteurs, mais le plus souvent sans coordination.

Pour cet objectif, on poursuit la montée du pdmf dans le lycée, avec son arrivée en première. Cette activité est menée par les enseignants. Sur ce terrain, les services d’orientation sont invités à participer à l’exécution de ces différentes tâches, et donc d’inscrire d’une certaine manière ce qu’ils faisaient jusqu’ici dans le cadre du pdmf, défini par le projet d’établissement. Mais de nouvelles activités en amont de la réalisation sont à développer : le conseil technique auprès du chef d’établissement, une ingénierie de la formation des acteurs et principalement des enseignants.

A l’autre bout pourrait-on dire, l’orientation active descend en première (circulaire du Conseil d’orientation anticipé pour la rentrée 2011, NOR : ESRS1118741C, circulaire n° 2011-1015 du 24-6-2011, mais publiée le 1er septembre 2011). L’entretien de conseil, réalisé jusque-là par le professeur principal, le conseiller d’orientation-psychologue, ou d’autres acteurs de l’établissement, devient un acte encadré, réglé par circulaire, participant au traitement institutionnel des élèves.

Sur ces deux versants de l’orientation, pédagogie de l’orientation et conseil d’orientation, il y a inscription des actes dans un projet institutionnel.

On peut pointer également déjà que les rôles professionnels des acteurs se trouvent modifiés de manière très profonde, ce que nous avions déjà signalé.

La lutte contre le décrochage

Ce thème, une réalité tragique pour de nombreux pays occidentaux et développés, semble être pris enfin au sérieux en France (Lutte contre le décrochage scolaire, Organisation et mise en œuvre des articles L. 313-7 et L. 313-8 du code de l’Éducation ) .

Pour cela une étape semble être nécessaire : sortir de l’estimation de l’à peu près, pour essayer d’avoir une mesure et une définition « stable » du phénomène. Donc depuis l’an dernier des logiciels et des croisements de bases de données diverses sont essayés. Sur le territoire, la plus part du temps c’est un directeur de CIO qui a la responsabilité de l’accès à ces données et à leur traitement. Le décompte et l’identification des personnes concernées étant fait, il s’agit de mettre en place des plates-formes d’accueil et d’aide pour ces jeunes. Cette activité étant interministérielle, le préfet est à la manœuvre.

L‘implication des DCIO sera donc capitale, mais aussi celle des COP pour le fonctionnement des plates-formes d’accueil.

Le service public d’orientation tout-au-long de la vie

La période de la labellisation des différentes structures engagées dans une convention les liant pour assurer sur un territoire donné ce « nouveau » service va débuter. Les recteurs et les préfets ont reçus au cours du mois d’août une circulaire pour mettre en œuvre cette politique et ce nouveau service. Pour plus de détails vous pourrez vous reporter à mes posts sur ce sujet et remonter jusqu’au décret et à l’arrêté concernant la labellisation (Quelques réflexions à propos du service public d’orientation tout au long de la vie (I) ).

La fenêtre temporelle sera étroite compte tenu de la campagne électorale. En tout cas il semble important de participer à l’affaire, même si historiquement les CIO sont sans aucun doute les structures les plus anciennes sur cette question et qu’ils leur paraissent surprenant de devoir demander à être « labellisés ». Il sera sans doute difficile de rentrer, après coup, dans un réseau territorial déjà constitué.

Il y a des inquiétudes autant sur la participation que sur la non-participation à ce Service. Nous en discuterons dans un prochain post.

Le décret relatif au statut particulier des directeurs de CIO et des COP

Après plusieurs années de discussion il est enfin publié (Décret n°91-290 du 20 mars 1991 relatif au statut particulier des directeurs de centre d’information et d’orientation et conseillers d’orientation-psychologues). On s’interrogera dans un prochain post sur le contenu de ce décret. Mais il est enfin là, et il doit servir de cadre et de point d’appuis pour les acteurs, conseillers d’orientation-psychologues, personnels administratifs, directeurs de CIO.

Quelques points sur lesquels il faut attirer l’attention :

  • compte tenu de la réorganisation de la gouvernance académique, le recteur a l’autorité sur les services et non plus les IA-DSDEN ;
  • on y trouve une hiérarchisation des publics ;
  • enfin, l’autorité du directeur de CIO est affirmée sur les personnels du CIO.

L’organisation des activités du service devra donc prendre en compte le projet académique, une réflexion sur la répartition des moyens d’action en fonction des publics et sera l’effet d’un choix assumé par le directeur, responsable du service vis-à-vis de sa hiérarchie.

Contexte

Tout ceci se faisant dans un contexte de restriction, non renouvellement des départs à la retraite, accroissement des contractuels, modifications du réseau des CIO avec fermeture, fusion, transformation en annexe.

Et le tout récent décret n° 2011-1038 du 29 août 2011 instituant une prime d’intéressement à la performance collective des services dans les administrations de l’Etat va sans doute échauffer les esprits. Ce sera l’occasion peut-être pour la hiérarchie de définir des objectifs à chaque CIO, ou pour ceux-ci d’en réclamer !

Nous verrons dans un autre post quelques problèmes que cela pose.

Bernard Desclaux

Be Sociable, Share!

Tags:

This entry was posted on samedi, septembre 3rd, 2011 at 17:35 and is filed under Orientation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “Les enjeux en 2011-2012 pour les services d’orientation”

  1. Le blog de Bernard Desclaux » Blog Archive » Pédagogisation de l’orientation dans le secondaire Says:

    […] notre précédent post, 2011-2012 les enjeux pour les services d’orientation nous avons commencé par le thème de […]

  2. Le blog de Bernard Desclaux » Blog Archive » Participer ou ne pas participer au Service public d’orientation tout au long de la vie (SPOTLV) ? Says:

    […] de nos réflexions et commentaires à propos de notre article : 2011-2012 les enjeux pour les services d’orientation et de la série ouverte par l’article Quelques réflexions à propos du service public […]

Leave a Reply