Francis Danvers, l’orientation et la sérendipité

Francis Danvers vient de publier le tome 2 de son dictionnaire de sciences humaines et sociales aux éditions Septentrion, intitulé : S’orienter dans la vie : la sérendipité au travail ?  Un conseil pour ceux qui s’intéressent à l’orientation et à l’éducation : vous vous le procurez et vous le conservez près de vous.

Ancien conseiller d’orientation, Francis Danvers est professeur de psychologie de l’éducation à l’Université de Lille III.

Un dictionnaire ? Oui, mais pas seulement

Un dictionnaire, c’est bien sûr des mots classés par ordre alphabétique, et ce livre suit en effet cette règle, mais une petite astuce vient bouleverser ce calme. Chaque mot est précédé d’une question. Et vous avez là, en main, cent questions.
Utilisons la sérendipité, et piochons au hasard.
L’entrée « Orientation pédagogique » est précédée de la question « Y a-t-il une révolution pédagogique de l’orientation ? ». Six pages sont consacrées à y répondre par une excellente synthèse de ce thème, avec de nombreuses citations et références et trois conseils de lecture.
« Goût » est coiffé de la question : « Faire ce que l’on aime, ou aimer ce que l’on fait ? ».
« Démocratie » est introduite par « La démocratie est-elle simplement un régime de la décision ? », et « Temporalité » par « L’ère post-moderne : des temporalités qui s’entrechoquent ? ».
« Affectation » est premier ouvrant ce livre, et il est l’occasion pour Francis Danvers de nous questionner : « Pourquoi en France, la question de la relation affectation-orientation est-elle source de malentendu ? ».
Ainsi peut aller votre lecture. Au hasard des pages, les réponses aux questions sont toujours ouvertes et vous engagent vers d’autres pistes. Ainsi le mot « Latin », qui est amené par la question « Pourquoi le latin fut-il bien autre chose qu’une question linguistique qui devait se traduire en termes de compétences et de performances », renvoi à « Didactique », « Elite », « Front-populaire », « Humanités », « Langue », « Plan Langevin-Wallon ».
Ces cent mots et questions forment un panorama des thématiques concernant l’orientation et l’éducation. Car on mesure combien en France l’orientation est encrée du côté de l’éducation et finalement assez peu du côté du travail. Malgré cette donnée culturelle, Francis Danvers élargi le propos, et comme le dit la quatrième de couverture : « Son objectif est d’élaborer des éléments de connaissance pour une approche anthropologique de l’orientation au sens large du terme… ».
En ces temps de réflexions sur le fonctionnement de notre éducation nationale, cet ouvrage montre que l’orientation est loin d’être une question institutionnelle. Il s’agit d’un processus qui définit l’homme. Et l’éducation devrait d’abord le reconnaître et participer à son développement et à sa réalisation.
Pour prendre connaissance des dernières publications de Francis Danvers – Les ouvrages scientifiques
Et à propos de la sérendipité :
Colloque de Cerisy : La sérendipité dans les sciences, les arts et la décision, sous la direction de Pek Van ANDEL et Danièle BOURCIER

Bernard Desclaux

Be Sociable, Share!

Tags: ,

This entry was posted on mardi, novembre 6th, 2012 at 17:57 and is filed under Orientation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “Francis Danvers, l’orientation et la sérendipité”

  1. Quairel Jean marie Says:

    La sérendipité s’applique surtout à la recherche scientifique ….Dans un système éducatif aussi inégalitaire que le notre, en particulier concernant l’orientation et l’affectation des élèves , je m’interroge sur l’intention qui fait son succès actuel: Vous n’avez pas obtenu l’orientation que vous désiriez ? Pas grave , les hasards de la vie et les rencontres vous permettront de vous réaliser autrement ….Mème si cette observation est exacte, je trouve qu’en faire un recours possible , peut éviter de mettre en œuvre les changements institutionnels nécessaires . En clair c’est une notion qui , en sciences de l’éducation, en sociologie, en économie ou en Psychologie , peut alimenter des visées politiques conservatrices …Mais je vais m’empresser de lire le bouquin de Danvers .

  2. Sur notre agenda | apprendre et s'orienter Says:

    […] S’orienter dans la vie ; seconde partie de l’ouvrage de Francis Danvers […]

Leave a Reply