Une évolution des modèles de formation

Dans cadre de la formation continue à l’éducation nationale, on peut, en simplifiant, repérer  trois modèles de situations de formation.

Trois types de situations  de formation

  • Le stage fermé, centré sur le temps et l’espace du stage. Tout se passe pendant le stage, et seuls les stagiaires sont concernés.
  • L’intervention, articule le temps du stage et les stagiaires, à son contenant, le temps institutionnel et les autres acteurs. L’engagement dans le changement suppose une « décision institutionnelle », facilitée par les temps du stage.
  • L’accompagnement est un suivi d’un groupe, d’une unité réelle, qui agit dans le réel, hors du stage, et qui prend le temps, par ce dispositif d’accompagnement, d’une auto-réflexion, d’une mise à distance, d’une mise en perspective.

0n peut penser que ces trois situations seront de plus en plus à combiner dans les dispositifs de formation offerts dans les académies.  Penser, organiser une formation ne concerne jamais seulement le contenu et le temps du stage.

Les consultants

Dans la plus part des  académies, un dispositif de consultants a le mérite d’exister. Ce dispositif permet de prendre en compte l’élaboration de la demande, sa formulation officielle, l’analyse de cette demande. Et de proposer un dispositif de formation adéquat à la situation. Le rôle de consultant et celui de formateur sont bien distingués. Mais il est sans doute nécessaire de réfléchir plus précisément aux conséquences de l’absence de statut clairement affirmé du consultant.

  • Par rapport aux demandeurs de stage, il se trouve soit en infériorité statutaire (par rapport au chef d’établissement), soit en identité (relation de collègue à collègue).
  • Il peut être de plus dépendant statutairement des commandeurs de formation (les inspecteurs). La plus part du temps, ce sont les inspecteurs qui désignent ou valident les formateurs.
  • Et pour finir la liste des difficultés, l’évaluation des effets du stage est de la responsabilité des personnels d’inspection.

Cet ensemble de situations est source de difficultés et en tout cas potentiellement dangereux pour le consultant car il s’agit le plus souvent d’un enseignant en partie déchargé pour cette fonction.

Savoirs ou changements

Il s’agit également de penser et d’organiser les effets possibles du stage. La nature des changements attendus ne se résout plus seulement en une transmission de savoir. Il y a nécessairement des modifications de représentations sociales, des remaniements de comportements, tant individuels que collectifs. La modification d’un élément du système peut entraîner d’autres modifications. Celles-ci peuvent être « voulues », mais elles sont rarement désirées ou acceptées par tous. Elles peuvent être également non-prévues, et déclencher des réactions vécues éventuellement sur un mode plus grave que la situation à l’origine de la demande du stage.

 

L’avant, le moment de la consultation et l’après du stage, son évaluation,  sont aussi important. On peut toujours considérer que la responsabilité concernant ces deux moments ne relève pas de la formation continue, et la restreindre au temps du stage.  Mais ce serait une vision très étroite de la formation et des compétences des formateurs.

C’est pourquoi des compétences permettant la participation à la négociation du stage doivent être travaillées dans les formations de formateurs. Il est également nécessaire de penser des dispositifs permettant des retours dans les établissements.

La suite dans les articles suivants

 

Bernard Desclaux

Be Sociable, Share!

This entry was posted on mercredi, août 7th, 2013 at 10:37 and is filed under Formation de formateurs. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply