Les nouveaux cycles et l’orientation

Le site VousNousIls a publié en juillet un article : « Education : 4 nouveaux cycles d’enseignement créés à partir de la rentrée 2014 (projet de décret) ». Le projet de décret devrait indiquer l’agenda de mise en œuvre, qui sera étalé dans le temps. Les cycles de trois ans commenceront chacun avec un an seulement de décalage dans le démarrage : « La mise en place de ces cycles se fera progressivement, à partir de la rentrée 2014 pour les classes de maternelle, à partir de la rentrée 2015 pour les classes de CP, CM1 et 5e, à partir de la rentrée 2016 pour les classes de CE1, CM2 et 4e, et à partir de la rentrée 2017 pour les classes de CE2, 6e et 3e. »

Quels en seront les effets sur les procédures d’orientation ?

Un peu d’histoire

Dans le secondaire, il me semble que la première apparition de la notion de cycle se trouve dans le projet Langevin-Wallon qui préconisait deux cycles après l’école primaire, un cycle d’observation et un cycle d’orientation. Ce projet n’a pas été réalisé, mais cette idée est à nouveau apparu avec la réforme Berthoin de 1959 qui reprenait les deux cycles. Mais on application était bien curieuse, car ces cycles étaient bien formés de deux années, mais chacune se terminait par une procédure d’orientation permettant le redoublement ou la « sortie » vers une autre formation.

Il faut donc attendre la réforme Haby de 1975 pour que la notion de cycle ait son effet sur les procédures : suppression de la procédure d’orientation en fin de sixième et en fin de quatrième, enfin sur le papier, car les statistiques montrent que les taux de redoublement à ces deux niveaux se maintiennent.

Pour casser le palier cinquième, la réforme Bayrou de 1994 découpe le collège en trois cycles : la sixième, puis le cycle central (cinquième-quatrième) et le cycle d’orientation de la troisième. L’orientation professionnelle se trouve enfin placée en troisième, telle qu’elle était prévue dès la réforme de Berthoin de 1959 !

La réforme Peillon

Cette fois-ci, l’objectif semble être le renforcement de la liaison école-collège. La sixième du collège sera la dernière année de cycle de trois ans démarré à l’école en CM1. Jusqu’à présent il y avait rupture pédagogique entre l’école et le collège surtout du fait de la multiplication des enseignants et de la spécialisation disciplinaire (voir un extrait d’un rapport du Sénat : «  UNE SPÉCIALISATION DISCIPLINAIRE EXCESSIVE »  ). Bien sûr, la loi d’orientation et de pro­grammation sur l’école prévoit la mise en place d’un conseil pédagogique entre le CM2 et la sixième, mais sera-t-il suffisant pour réellement coordonner les équipes de ces deux mondes ? Pour avoir participé à quelques réunions de commissions de ZEP je me le demande.

En tout cas, dans la logique des procédures et des cycles, la procédures d’orientation fin de sixième devrait être maintenue telle qu’elle fonctionne aujourd’hui. Certains font l’hypothèse que des enseignants du primaire pourraient y participer au conseil de classe (Liaison école-collège : « Tout faire pour éviter la rupture !« , interview de Yves Durand, député PS du Nord).

Mais toujours dans cette logique, le palier quatrième devrait être supprimé. Nous en verrons ce qui en est dans le décret  préparant la rentrée 2016 ! Donc un peu de patience. Si tel était le cas, il ne resterait que deux paliers au collège, la fin de sixième et la fin de troisième. Aujourd’hui encore, le palier de quatrième joue un rôle important dans la « pré-orientation » facilitant l’orientation en fin de troisième. Même si les conseils de classe ne peuvent imposer en fin de quatrième une entrée en classe de troisième « DP6 » ou le choix d’une option « DP 3 heures », ils facilitent ces choix de classes. L’alimentation de ces classes sera sans doute plus difficile, et l’hétérogénéité de la classe de troisième « générale » sera sans doute plus importante. Voir la différence des statistiques fin de troisième, toutes troisième et « non compris le module DP 6 heures ».

 toutes troisièmes

fin Troisième

 

 On peut se demander également si dans la logique du cycle on peut maintenir ce type de différenciation des classes de troisièmes, la différenciation des parcours individuels et la différenciation des classes n’étant pas la même chose.

 

Bernard Desclaux

 

Be Sociable, Share!

Tags:

This entry was posted on lundi, septembre 9th, 2013 at 10:02 and is filed under Système scolaire. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “Les nouveaux cycles et l’orientation”

  1. jm quairel Says:

    On pourrait aussi imaginer que le collège ne commence qu’en 5° et que le cycle CM1, CM2, 6°, soit organisé de telle sorte qu’il puisse se dérouler sur deux ou trois années , en fonction des rythmes d’acquisition des élèves : On évacue une fois pour toute la fausse solution du redoublement . Quant au palier de fin de 4° , il ne facilite rien du tout , mais fige au contraire les représentations négatives autour de la voie professionnelle ; Il revient à l’établissement et aux équipes pédagogique d’organiser l’information et le conseil , de telle sorte que les solutions de DP apparaissent comme des choix positifs . Le collège devrait ainsi se dérouler sans orientation jusqu’en 3°, sachant qu’il ne devrait pas exister de classe de DP6 ou de DP3 .

  2. bernard-desclaux Says:

    C’est en effet une hypothèse possible de l’évolution, Jean-Marie. Mais elle risque de se heurter à des problèmes de bâtiments… et de plate-bandes syndicales… Mais de toute façon, tout changement entraîne quelques résistances en retour.

Leave a Reply