La place du lycée professionnel dans notre système scolaire

J’étais invité à la Journée nationale du Refus de l’Échec Scolaire (JRES) organisée par l’Afev, en partenariat avec le cabinet d’études Trajectoires-Reflex et plus de trente organisations, le 25 septembre. J’ai déjà évoqué quelques thématiques que je comptais y aborder (« La France, Etat éducateur, Etat formateur»).  Le temps d’intervention étant très court, j’ai ramassé mon propos et je vous présente l’intervention prévue.

 

En introduction

Je ne suis pas sur le thème : réformer l’enseignement professionnel. En tout cas je n’y répondrai pas immédiatement sans faire un détour historique.

Contrairement aux résultats de l’enquête qui était présentée dans cette journée, mon expérience témoignerait plutôt du « mauvais état » dans lequel les élèves rentrent en lycée professionnel.

D’où le thème de ma réflexion : quelle est la place de l’enseignement professionnel dans notre système scolaire ? Et c’est une place très particulière à la France.

Quelques repères historiques

On constate une intégration tardive de la formation professionnelle dans le système initial français, dans les années 50. Il y a plusieurs explications.

La première explication. Antérieurement, la suppression des corporations qui réglementaient la formation professionnelle chez nous. Cela se fait à la fin de l’ancien régime et à la Révolution (voir mon article « Apprentissage : le contexte historique français ».  Cela crée un vide, et une multitude d’acteurs apparaissent dans la formation professionnelle, (municipalités, certaines entreprises, associations).

Compte tenu de la pénurie de formation, l’état essaye de légiférer, comme dans tous les états européens. D’où la tentative de lancer l’apprentissage à partir de 1919. L’Orientation professionnelle sera également créée à cette époque. Mais… les entreprises suivent peu (l’artisanat oui, mais pas les entreprises).

Et au retour de la seconde guerre mondiale, l’état « nationalise » la formation professionnelle initiale : « Nous formons, vous reconstruisez », c’est le deal de l’époque.

Mais une autre raison doit être évoquée, et elle concerne l’organisation scolaire cette fois-ci.  L’intégration de l’enseignement professionnel se fait au moment où on a :

  • Allongement de la scolarisation jusqu’à 16 ans
  • Mise en place du système scolaire « unifié »

 

Et ce dernier point est important. Au fond l’enseignement professionnel permet de protéger l’enseignement secondaire général tout en assurant l’allongement de la scolarité. Ceci permet de maintenir, ou de croire que l’on peut maintenir la pureté de l’enseignement général. « On vous intègre, mais vous vous occuperez des élèves dont nous ne voulons pas ».

Et l’outil pour opérer ce tri qui a pour effet cette protection, c’est les procédures d’orientation.

Orientation-sélection

La matrice que nous connaissons aujourd’hui se met en place avec la réforme Berthoin en 1959. Le processus va se complexifier jusqu’à aujourd’hui.

La subtilité vient du fait que la famille doit faire une demande d’orientation à laquelle répond le conseil de classe. Avant 1959, pas de demande (on est dans un entre-nous sociologique = 5% de la population sont dans le secondaire). C’est la période de la démographisation comme disait Antoine Prost.

La décision du conseil de classe (je vais vite sur cette notion de décision) repose non plus sur des épreuves permettant de calculer une moyenne, mais sur un jugement collectif des enseignants qui se basent sur leurs évaluations individuelles (disparition des épreuves trimestrielles, apparues dans les années 1890,  en 1969). Voir mon article «Aux origines du conseil de classe ». 

L’élève « orienté » est d’abord un élève refusé pour une voie générale. C’est le jugement de base.

La double peine

Et l’orientation suppose un changement d’établissement… il faut trouver une place.

Avant les années 70, il s’agit d’une question « privée », chaque famille s’adresse à un établissement qui accepte ou non. A partir de 70, c’est l’affectation qui se met en place et cela devient l’affaire de l’état et de son représentant l’Inspecteur d’académie, le DASEN aujourd’hui et le recteur. De la foire aux dossiers on est passé au cours des années 80 à des procédures d’affectation assistées par l’informatique, et maintenant à une affectation gérée par une application nationale sur le web, AFFELNET. Les Proviseurs des Lycées professionnels sont souvent mécontents, car ils ne sont pas maitres du recrutement. Si l’application AFFELNET est nationale, sa mise en œuvre est rectorale. chaque rectorat introduits ses propres critères, mais les notes de l’élève sont le critère primordial pour calculer et produire les listings d’affectation.

 L’état des procédures aujourd’hui

Aujourd’hui, il existe trois paliers d’orientation au collège (6ème, 4ème, 3ème). Avec le projet de nouveaux cycles (voir mon article), sans doute on aurait seulement 6ème et 3ème comme paliers. Il y a également l’expérimentation de « donner la mains aux parents » dans quelques établissements, mais seulement après toutes les phases de la procédure habituelle en troisième, et celles de 6ème et de 4ème. Cela ne supprime pas l’intégration du jugement dévalorisant sur soi, ou au contraire le renforcement du conflit (voir mon article).

Chiffres actuels : 61% pour la seconde Gt, 36% pour la seconde pro et 2% de rdt.

 

Donc ma position

Les procédures d’orientation placent les enseignants et le collège dans un paradoxe pragmatique : faire réussir tout le monde et en même temps être capable de sélectionner  les élèves. C’est pourquoi je milite pour la suppression des procédures d’orientation, au moins au collège, dans le temps de la scolarité obligatoire.

L’obligation aujourd’hui (et hier) est de faire réussir tous les élèves à obtenir au moins le socle commun. Or les procédures attribuent au collège, et aux enseignants une fonction de sélection. Difficile de tenir les deux fonctions à la fois ! Dans ce principe de sélection, l’une des voies est nécessairement dévalorisée.

D’où l’idée d’une seconde commune rassemblant les trois voies, professionnelle, technologique et générale.

Le lycée polyvalent est un peu le collège créé en début de l’ère gaulliste. On y avait rassemblé les trois voies post primaire : les cours complémentaires, le CEG, et le premier cycle du lycée. Et petit à petit on a mis en place une seule 6ème… Le lycée polyvalent est une des hypothèses déjà bien avancée dans la réalité des constructions par diverses régions.

Une autre hypothèse, c’est le lycée des métiers. Au lieu de rassembler les formations « horizontalement », on rassemble fonctionnellement : on rapproche tout ce qui concerne la formation professionnelle, qu’elle soit initiale ou continue, qu’elle soit scolaire ou par alternance… Cette hypothèse est sans doute très intéressante pour la formation professionnelle par le mélange des différents apports des acteurs le plus souvent séparés. Mais elle ne résout pas la question de l’orientation.

L’organisation en silos des formations

Enfin il faut insister sur une autre tendance profonde de notre système de formation. C’est l’organisation en silos, ou en paquets cadeaux, ou encore par menus. Ce sont des blocs à prendre en totalité. La conception anglo-saxonne, libérale, diraient certains, ou modulaire, ou à la carte a beaucoup de mal à être concevable chez nous.

On peut se rappeler de diverses tentatives d’aller vers le modulaire :

  • La création de la seconde de détermination en 1985 avec des options. Personne n’avait dit qu’il fallait rassembler dans une même classe les élèves ayant choisi la même option ! Même phénomènes dans les collèges. Au fond la facilité organisationnelle s’impose le plus souvent contre l’intérêt pédagogique. Le principe des classes homogènes s’affirme.
  • A l’autre bout, dans l’enseignement supérieur, on peut observer la réforme dite LMD, qui avait comme principe une organisation modulaire des enseignements, permettant à l’étudiant de construire sa formation. Mais le principe du diplôme l’a emporté contre celui du niveau.

Et notre formation professionnelle est également largement organisée en silos.

 

Conclusion

Ce que je préconise, je le sais, n’est pas simple, car c’est une remise en cause très profonde du fonctionnement et des principes de notre système scolaire, mais c’est la seule manière à mon sens de réduire l’échec scolaire et les dégâts sociaux qu’il produit.

 

 

Bernard Desclaux

Tags: , ,

This entry was posted on Dimanche, septembre 29th, 2013 at 12:18 and is filed under Système scolaire. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “La place du lycée professionnel dans notre système scolaire”

  1. Pierre Dubois Says:

    C’est toujours très important de rappeler l’histoire. Il faudrait sans doute ajouter un développement sur les CFA.

    « D’où l’idée d’une seconde commune rassemblant les trois voies, professionnelle, technologiques et générales. Le lycée polyvalent est un peu le collège créé en début de l’ère gaulliste. On y avait rassemblé les trois voies post primaire : les cours complémentaires, le CEG, et le premier cycle du lycée. Et petit à petit on a mis en place une seule 6ème… Le lycée polyvalent est une des hypothèses déjà bien avancée dans la réalité des constructions par diverses régions ».

    Oui, Bernard, il faut penser un cycle et un établissement communs jusqu’à 16 ans, âge de la scolarité obligatoire. Et donc en finir avec l’orientation précoce.

    J’aime assez bien les lycée des métiers (il y en a un certain nombre à Strasbourg), mais ils ont tendance, exu aussi, à s’organiser en silos, jusqu’à bac+2 (BTS) et quelquefois jusqu’à bac+3 !

  2. Albert Ritzenthaler Says:

    Bravo pour cet article.
    On aurait pu évoquer également comment le statut particulier des enseignants, les Professeurs de Lycée Professionnel, a pesé dans cette organisation en silos, avec l’appui des syndicats majoritaires pour maintenir la prédominance corporatiste.

    Le paradoxe de « faire réussir tout le monde et en même temps sélectionner les élèves », a été particulièrement prégnant lors de la réforme de la voie pro puisque la sélection des meilleurs BEP pour aller en bac pro, soit un sur deux en gros, a disparu. Cela a parfois été perçu par les collègues comme un nouveau déclassement car leur capacité de sélectionner a été fortement remise en cause.

    Mais plus généralement, c’est bien la construction du système en voies séparées qui pose problème, que ce soit après la 3e ou après la seconde ( même si cela serait une amélioration). Cette organisation héritée de la distribution sociale des années de croissance est maintenant devenue un marqueur de la ségrégation. Il n’est que de comparer les cours de récréation des lycées.

    Pour en sortir, il faudrait au minimum remplacer les « passerelles », structures fragiles destinées à un passage très limité, par un dispositif de porosité des diplômes qui permettrait d’évoluer dans les parcours de formation, au moins dans un cursus -3 + 3 ( ou -2 +3 si on exclut la seconde). De plus ce système permettrait la connexion avec la formation continue des adultes dans le cadre de la formation tout au long de la vie. Enfin, il contribuerait à donner aux COP, une véritable mission de conseil en orientation auprès des jeunes mais aussi des adultes dans un CIO articulé avec les autres acteurs régionaux.

    Le conseil supérieur des programmes, s’il en a les moyens et le courage, pourrait contribuer à faire évoluer les diplômes pour rendre les parcours plus modulaires,à condition de rompre avec le principe qui reste structurant dans notre système éducatif, à savoir l’élitisme républicain, qui distribue les places pour la vie.

Leave a Reply