L’apprentissage, une voie d’orientation comme une autre ?

« A l’occasion de la 3e conférence sociale, l’apprentissage et l’alternance ont, à nouveau, été présentés comme la solution au chômage des jeunes. Mais la formule n’est pas forcément plébiscitée par les principaux prescripteurs d’orientation: les professeurs de collège. » écrit Sandrine Chesnel  dans un article au titre très clair : Les profs, responsables de l’échec de l’apprentissage en France?

La question de la relance de l’apprentissage est un véritable serpent de mer. Jusque-là la responsabilité de la baisse ou de la stagnation se jouait entre l’Etat d’un côté et l’entreprise de l’autre. Ici c’est un troisième acteur qui se trouve désigné en tant que prescripteur d’orientation : l’enseignant de collège. Examinons cette accusation.

Les termes de l’accusation

L’article s’ouvre tout d’abord sur un témoignage d’un enseignant, Christophe Chartreux, bien connu des blogueurs et des twitos. Je suis très souvent en accord avec les articles qu’il reprend sur son blog Profencampagne. Sandrine Chesnel le cite : « Souvent, en conseil de classe de 3e, j’ai dû batailler pour faire respecter le vœu d’un élève qui souhaitait choisir une formation en apprentissage plutôt que de rester en filière générale. L’opposition des professeurs à ce choix d’orientation est encore plus forte quand l’élève a de bons résultats scolaires : pour beaucoup d’enseignants, le laisser devenir apprenti, c’est du gâchis ».  

Elle cite ensuite un rapport conjoint de l’IGAS, l’IGA, l’IGEN, et l’IGAENR Les freins non financiers au développement de l’apprentissage et le résume ainsi : « Ainsi, d’après ce rapport, le peu de goût pour l’apprentissage dont font preuve de nombreux principaux de collège serait lié au fait que l’un des critères de leur évaluation est le taux d’orientation des élèves de 3e en seconde générale et technologique « souvent considéré, de manière implicite, comme un élément d’évaluation positive ». Ce qui les incite « à faire preuve d’une certaine frilosité dans l’orientation des élèves vers la voie professionnelle ». »

Du côté syndical, elle interroge Thierry Reygades, en charge de l’enseignement technologique et de la formation professionnelle au SNES, qui déclare : « Avec un contrat d’apprentissage sur quatre qui se termine par une rupture, il ne faut pas croire que l’apprentissage va régler le problème de l’échec scolaire et du chômage ». Et pour Patrick Désiré, secrétaire général de la CGT-Education, « Augmenter les apprentis reviendrait seulement à augmenter la quantité de main d’œuvre à bon marché ». Et « Si le nombre d’apprentis augmente dans les entreprises, elles prendront moins de stagiaires, au détriment des lycéens professionnels du public ». 

Pour que ce débat soit pertinent il faut vérifier un présupposé : l’apprentissage est-il une voie d’orientation ?

 

Ces diverses positions sont très surprenantes, venant de divers professionnels de l’éducation nationale qui devraient mieux connaître les procédures d’orientation de l’éducation nationale, mais aussi le statut de l’apprentissage et ses modalités d’accès.

Un contrat de travail

L’apprentissage n’est pas définit en tant que voie de formation mais en tant que contrat de travail. Même si le statut de l’apprenti a évolué, et qu’il est désormais « apprenti étudiant des métiers », bénéficiant ainsi de certains avantages réservés jusqu’alors aux étudiants (des tarifs réduits), il reste que « Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail à durée déterminée signé entre un jeune de 16 à 25 ans et l’entreprise d’accueil pour une durée de six mois à trois ans, selon le diplôme préparé. » comme on peut le lire sur le site du MEN.  Autrement dit l’entrée en apprentissage est un acte personnel qui engagent deux acteurs, le jeunes et l’entreprise. « Le contrat comporte obligatoirement une formation qui est donnée à la fois en entreprise et dans un centre de formation d’apprentis. » Et ce troisième acteur est souvent primordial, car le plus souvent les CFA ont des pratiques de sélections particulière qui conditionnent l’inscription au CFA et par contrecoup la signature du contrat.
Depuis 1919, l’apprentissage a toujours été un contrat de travail. Depuis quelques années, certains réclame une transformation de l’apprentissage pour en faire une voie d’orientation pleine et entière, mais ce n’est pas encore le cas aujourd’hui.

J’ai déjà abordé ce thème dans mon article : Depuis quand l’apprentissage fait-il partie du système éducatif ? Voir également les commentaires.

 

Une voie d’orientation

Du côté des procédures d’orientation, les choses me semblent très claires, même si cela ne le parait pas aux travers des propos rapportés par Sandrine Chesnel.

Les procédures d’orientation définissent ce que les parents peuvent demander en tant qu’orientation, et ce que les conseils de classe peuvent proposer (ce que le chef d’établissement peut proposer sur l’avis du conseil de classe). Je prendrais le niveau troisième, niveau du problème de l’apprentissage. Trois voies d’orientation sont possibles, la seconde générale et technologique, la seconde professionnelle, la 1re année de CAP. A ces trois voies s’ajoute le redoublement, qui est de droit. L’apprentissage n’a jamais été une voie d’orientation.

Ajoutons un point particulier. Depuis 1982, sous le ministère d’Alain Savary, il est imposé que chaque élève reçoive une proposition d’orientation scolaire. Savary fait ainsi disparaître une proposition que l’on voyait assez souvent dans les conseils de classe des lycées : « vie active ». Autrement dit, vous n’avez plus rien à faire ici, vous sortez du système scolaire. Au collège, il suffisait de ne pas proposer d’orientation. Dans les statistiques nationales de l’époque, 90% des élèves de troisième avaient une proposition d’orientation. Les 10% restant n’en avait pas demandé ou n’en recevaient pas.

C’est pourquoi je suis très étonné de cette déclaration de Christophe Chartreux, un enseignant : « Souvent, en conseil de classe de 3e, j’ai dû batailler pour faire respecter le vœu d’un élève qui souhaitait choisir une formation en apprentissage plutôt que de rester en filière générale. » On a là une confusion entre deux processus, le processus du conseil d’orientation ( actions entre des personnes) et le processus de la procédure d’orientation (acte institutionnel).

Une famille peut tout-à-fait avoir pour projet un apprentissage pour son enfant, il n’empêche que le conseil de classe doit formuler une proposition d’orientation scolaire. Il me semble qu’il serait très important que les enseignants, dans l’état actuel des procédures d’orientation, soient au clair avec cette distinction de manière à réduire, un peu, le rapport de pouvoir sur les familles.

Il est donc également très curieux de trouver sous la plume d’inspecteurs généraux la remarque rapportée ci-dessus : « : « Ainsi, d’après ce rapport, le peu de goût pour l’apprentissage dont font preuve de nombreux principaux de collège serait lié au fait que l’un des critères de leur évaluation est le taux d’orientation des élèves de 3e en seconde générale et technologique… ». Une décision d’orientation n’impose en rien aux parents désirant un apprentissage de suivre cette décision. Sauf à ce que les acteurs ne soient pas au clair quant à leurs droits et devoirs… et là est le vrai problème.

 

 

Mais ce débat repose également sur l’idée qu’il n’y a pas assez d’orientation vers le professionnel. D’autres ont le sentiment inverse. Ainsi Laurent Escure, secrétaire général de l’Unsa Education vient de s’exprimer ainsi dans le Café pédagogique du 10 juillet : « En amont de la formation professionnelle il faut un socle qui permette une orientation choisie. C’est lui qui va permettre ensuite d’avoir une vie professionnelle épanouie. Promouvoir le socle commun c’est aussi arrêter la machine à trier qu’est devenu le collège qui pousse vers le professionnel une partie des jeunes malgré eux. Parmi ceux-ci une bonne partie décrochera dès qu’elle aura 16 ans. »

Qu’en est-il ? Si on regarde sur un temps long, on peut au contraire s’étonner d’une stabilité dans les statistiques. Au niveau troisième, nationalement, dans les années 80 la répartition des décisions d’orientation était la suivante :

  • 10% de rdt ;
  • 30% de voie professionnelle (BEP + CAP) ;
  • 60% de seconde.

Et aujourd’hui ? Pour une évolution très récente voir la page d’Eduscol.  Si donc on peut relever la diminution du taux de rdt tombé à un peu plus de 3%, on doit remarquer la constante de la répartition entre les deux autres voies…

Joli formatage du processus d’évaluation des élèves.

 

Bernard Desclaux

Be Sociable, Share!

Tags: ,

This entry was posted on jeudi, juillet 10th, 2014 at 18:01 and is filed under Apprentissage. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses to “L’apprentissage, une voie d’orientation comme une autre ?”

  1. jm quairel Says:

    Quelques rappels précieux dans cet article , qui situent bien le problème : De fait , l’Apprentissage est la seule solution de formation ( même si c’est un contrat de travail)à la quelle personne ne peut s’opposer et surtout pas les enseignants ou les Principaux . Simplement , ils peuvent exercer des pressions dissuasives ( certains COP aussi ) sur le jeune et la famille . Ce débat éternel s’explique pour deux raisons : La première est liée à l’organisation de notre système éducatif et notamment à l’utilisation de la notation chiffrée , comme outil d’évaluation des connaissances et compétences et comme méthode de classement des individus ( tri social ) : Dans l’inconscient collectif des enseignants et des parents , il faudra toujours des gens pour exécuter les taches de production ( les manuels) et il est normal qu’il soient désignés par les notes , forcément médiocres ou mauvaises : A partir de là , tout s’enchaine , le mépris et la condescendance d’un coté , la perte de l’estime de soi et la rancœur , de l’autre . La deuxième raison est effectivement liée aux conditions d’exercice trop souvent dégradées et dégradantes faites aux apprentis : Normal , encore une fois , puisque ce sont des jeunes de  » peu de valeurs  » …Et le cercle vicieux fonctionne à plein depuis des décennies . Pas de raison que cela change : si les causes ne sont pas changés , elles continueront à produire les mêmes effets . Observant ce phénomène depuis des dizaines d’années , on peut , légitimement , se demander quels sont les protagonistes du système qui ont intérêt à ce que rien ne change .

  2. Blay Says:

    Je ne comprends pas l’obstination des discours des analyses qui résument l’apprentissage au niveau IV et V !!! … Nos formations ingénieurs par la filière apprentissage sont de plus en plus plébiscitées par les jeunes pressés de mettre ou de développer leurs compétences sur le terrain et conscient de l’ouverture donnée pour l’accès à l’emploi (accélérateur de maturité professionnelle) … par contre à force de ne pas croire à l’apprentissage en France, il subsiste un modèle économique qui n’est pas à la hauteur des enjeux et de la demande. Nous refusons de nombreuses offres et de nombreuses demandes chaque année…

Leave a Reply