Le CIO a disparu des radars

Je poursuis mes commentaires du dernier rapport de l’IGESR à propos de l’orientation[1]. J’avais proposé une première réaction à chaud dans mon précédent post[2],  puis une deuxième[3]. Cette fois-ci, je vais simplement me poser une question : « Où sont passés les CIO ? »

Trois types de discours

On trouve trois types de discours dans ce rapport.

Tout d’abord c’est un historique de l’orientation qui est une belle synthèse, et qui montre comment la question de l’orientation s’est concentrée sur le monde scolaire assez rapidement en France. Il y a ensuite un travail de constat critique très large, et qui sûrement pour la première fois englobe un très grand nombre de publics. Il y a enfin un troisième type de discours : les préconisations au nombre de 24. Dans la synthèse qui est proposée en début de rapport ou séparément, les préconisations sont rassemblées ensemble à la fin de la synthèse. Par contre dans le rapport, qui débute avec la synthèse, les préconisations sont dispersées au cours du texte.

Un anniversaire silencieux

« Le décret du 7 juillet 1971 définit, en application de la loi du 12 novembre 1968, l’organisation des services d’information et d’orientation. » (p.  24). Il transforme les centres d’orientation scolaire et professionnelle COSP) en centres d’information et d’orientation (CIO). Cette année 2021 est donc le cinquantième anniversaire de la création de cet organisme. Nulle manifestation à l’horizon, à ma connaissance pour fêter ce moment important du développement des services d’orientation en France, qui ne peut d’ailleurs être cantonné au seul CIO. C’est également une nouvelle organisation administrative qui est mise en place.

Et le silence a bien failli être encore plus profond. Lors des débats concernant le projet de loi pour la réussite de son avenir professionnel en 2018, il était question de transférer les CIO aux Régions. Cela ne s’est pas fait, mais cela ne freine pas les difficultés. Le schéma envisagé par le rapport Charvet[4] se met tout doucement en place : au moins un CIO par département avec éventuellement des annexes, et des directeurs de CIO, sans CIO, placés comme chargés de mission auprès de DRAIO (nouvelle dénomination des CSAIO) et des IEN-IO en DASEN[5].

Il y a donc une interrogation concernant les missions du CIO. Le rapport Charvet la posait, mais qu’en est-il dans le présent rapport ?

A propos du CIO dans le Rapport

Dans le chapitre 3 consacré à l’information, trois quarts de page sont consacrés au CIO (p. 75). Quatre précisions sont formulées :

  • « Les centres d’information et d’orientation (CIO) sont des services déconcentrés de l’État ». Ce qui rappelle l’ambiguïté « congénitale » entre les CIO d’Etat et les CIO départementaux.
  • « Le décret du 1er février 2017 définit les missions dévolues aux psychologues de l’éducation nationale (psy-EN), qui ont succédé aux conseillers d’orientation psychologue (co-psy). » Rappelons que ce décret ne précise aucune mission pour le CIO.
  • « Le nouveau maillage territorial s’est appuyé sur l’organisation administrative des préfectures et sous-préfectures et sur les bassins d’emplois en fonction du contexte local et en tenant compte de l’implantation des structures du SPRO. » Les résultats sont donc très disparates sur le territoire national.
  • « Le réseau des CIO est ainsi passé de 556 CIO (État et départementaux confondus) en 2012 à 427 en 2019 dont 351 CIO d’État et 76 CIO départementaux ». Ce rapport est terminé et publié en 2021 !  Pas de chiffres plus récents que ceux de 2019 ?

Où sont passés les CIO ?

Lorsque l’on recherche l’occurrence du terme CIO, on trouve un nombre très important de celles-ci, 76. Le CIO apparaît dans les deux parties, « L’orientation : de quoi parle-t-on ? » et « L’orientation : quelles réalités ? » et dans les divers chapitres quelles comportent. Ils sont donc omniprésents dans tous les aspects explorés par ce rapport, encore une fois très complet.

Sauf que ces occurrences apparaissent dans les deux premiers types de discours, soit l’historique et les constats !  Dispersées dans le texte apparaissent les 24 préconisations. Et le CIO n’apparait dans aucune de celles-ci préconisations !

Les psychologues de l’éducation nationale apparaissent une fois dans une préconisation :

Préconisation 11 : Définir dans un texte de politique générale les attendus ministériels en matière d’orientation. La coordination des nombreux acteurs censés intervenir auprès des élèves et des étudiants nécessite de préciser ce que les ministères attendent précisément de chacun d’entre eux et à quel projet commun ils contribuent. Bien que ces acteurs puissent se référer à des textes précisant leur rôles et missions, ces textes en l’état ne font pas système. Or, c’est de l’action du plus grand nombre, en particulier les enseignants, appuyée par celle des professionnels de l’orientation, les psychologues de l’éducation nationale, action par ailleurs convergente avec celle des parents, que l’on peut attendre des avancées significatives en matière d’accompagnement et d’aide à l’orientation.

 

« Mais que pourrait-on faire des CIO ? » reste donc une question sans réponse ni pistes de réflexions.

Bernard Desclaux

[1] L’orientation, de la quatrième au master. On peut récupérer le rapport, la synthèse et les annexes à partir de la page du site du ministère https://www.education.gouv.fr/publication-du-rapport-thematique-annuel-2020-de-l-igesr-l-orientation-de-la-quatrieme-au-master-325852

[2] L’orientation au rapport, http://blog.educpros.fr/bernard-desclaux/2021/10/27/lorientation-au-rapport/#_ftn1

[3] La conception européenne de l’orientation dans le Rapport de l’GESR  http://blog.educpros.fr/bernard-desclaux/2021/11/18/la-conception-europeenne-de-lorientation-dans-le-rapport-de-lgesr/

[4] Voir ma lecture critique  sur Educpros : Réactions primaires au rapport Charvet http://blog.educpros.fr/bernard-desclaux/2019/06/28/reactions-primaires-au-rapport-charvet/

[5] « Le délégué régional académique à l’orientation (ancien CSAIO) assisté d’un IEN-IO adjoint, aura donc la responsabilité d’un service organisé autour de trois pôles : un pôle pédagogie de l’information et de l’orientation, un pôle animation et suivi des procédures et un pôle persévérance scolaire. La coordination et la responsabilité de chacun des trois services pourrait être confiées à trois DCIO chefs de pôle, auprès du délégué régional académique. »

Be Sociable, Share!

Tags: ,

This entry was posted on lundi, novembre 22nd, 2021 at 11:55 and is filed under Orientation. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply