Category Archives: Insertion professionnelle

Succession

Chers amis de mon blog,

 

Ma discrétion de ces derniers temps ne signifiait aucunement la disparition de l’opération Phénix et de notre combat, mais au contraire que nous étions entièrement dans l’action, c’est à dire dans le « faire » plutôt que dans le « dire ».

Thibault Saguez, jeune philosophe et historien qui a été recruté chez PwC comme auditeur junior en 2007, année du lancement de Phénix, a depuis lors progressé de façon exemplaire dans sa carrière dans ce grand cabinet international et a atteint le niveau de responsabilité de manager, illustrant par là parfaitement le bien-fondé de notre entreprise. Il m’assiste depuis deux ans dans notre développement de Phénix, et c’est la raison pour laquelle je lui ai demandé de me succéder dans mon rôle de coordinateur et promoteur de cette opération après 2015, opération que j’ai conçue en 2006 avec Serge Villepelet, décédé prématurément, et que nous avons récemment ouverte aux sciences, sous l’impulsion de son successeur Bernard Gainnier, Président de PwC et de l’Association Phénix.

Il était donc légitime que je donne aujourd’hui la parole à Thibault pour évoquer comment se dessine Phénix 2015, dont le grand Forum se déroulera le 7 avril, comme chaque année à la Cité Internationale Universitaire. Date à noter donc. J’en profite pour signaler aussi que nous (Thibault, moi-même et des représentants d’entreprises partenaires) ferons deux présentations de l’opération, l’une à Paris-Sorbonne Paris4 le 11 février à 18 h et l’autre le 12 février à l’UPMC à 12h45.

A bientôt

Bernard Deforge

Message de Thibault Saguez

Je suis fier du rôle de coordinateur du programme que j’ai tenu aux côtés de Bernard Deforge depuis bientôt deux ans. Je suis désormais très honoré de lui succéder pour continuer d’ancrer ce programme unique en son genre dans le paysage de l’insertion professionnelle et promouvoir le talent des étudiants titulaires d’un master en Lettres et Sciences Humaines, mais aussi depuis l’an dernier en Sciences.

Malgré un recrutement 2014 quelque peu décevant, j’ai plusieurs raisons d’être optimiste pour l’avenir du programme : c’est d’abord trois entreprises qui rejoignent le programme Phénix cette année :  Ipsos, Sisley, Accord.  C’est au total cinq nouvelles entreprises partenaires, avec Leroy Merlin et Vinci, au cours des deux dernières années! Pour rappel, les autres partenaires en 2015, pour certaines « historiques » : HSBC, Coca-Cola, L’Oréal, AXA, Bred, Marine Nationale, Helpline, PwC.

D’autre part, de plus en plus d’universités à Paris (et notamment l’Université Pierre et Marie Curie) comme en province nous font part de leur intérêt et diffusent  » la bonne parole » auprès de leurs étudiants. Car je suis convaincu qu’encore de trop nombreux étudiants ne sont tout simplement pas au courant de l’existence d’une telle opportunité qui s’adresse spécifiquement à eux.

C’est notre responsabilité à tous, coordinateurs du programme, entreprises partenaires, responsables de BAIP, enseignants chercheurs, anciens étudiants passés par le programme Phénix…de faire entendre ce programme concret qui est tout sauf une opération de communication! Alors n’hésitez surtout pas à promouvoir le programme auprès de vos contacts!

Merci d’avance et bien cordialement,

Thibault Saguez

Résultats des recrutements Phénix 2013

Vous trouverez ci-dessous les résultats de l’opération Phénix 2013.

La conjoncture économique difficile me fait considérer ces résultats comme satisfaisants et encourageants. Nous attendons encore les résultats de Danone.

L’année 2014 s’annonce plutôt sous de bons auspices pour l’opération Phénix, car quelques nouvelles grandes entreprises se sont engagées à nous rejoindre.

Vous lirez aussi avec intérêt l’article posté hier 4 septembre par Patrick Fauconnier sur Nouvelobs.com, qui vous fera mesurer combien notre opération Phénix se heurte au conservatisme français, contrairement à ce qui se passe en Grande-Bretagne où les littéraires ont tout naturellement leur place dans les entreprises.

Bernard Deforge
Professeur émérite des universités
Associé PwC
Coordinateur de l’opération Phénix
 

tableau Recrues Phenix 2013

 

Bilan opération Phénix 2012

Je dois reconnaître que la moisson de 14 recrutés Phénix en 2012 (soit 5% des candidats au lieu des 10 % environ des années précédentes) me laisse un goût amer. Tant d’efforts pour un tel résultat!

Il faut dire que la conjoncture économique désastreuse ne favorise ni les recrutements d’une façon générale ni a fortiori  les démarches originales et sophistiquées comme celle de l’opération Phénix.

J’ai noté aussi cette année – et cela est sans doute lié également au climat général anxiogène – une très grande volatilité des candidats. C’est près du double de propositions d’embauches qui ont été faites, mais nombre de jeunes ont préféré renoncer soit pour commencer un doctorat soit pour entrer dans une école de commerce. Comme si l’engagement professionnel réel, même dans les conditions privilégiées de l’opération Phénix, leur faisait peur.

Mais je ne veux pas rester sur une note pessimiste. Aujourd’hui, et ce depuis 2007, 165 jeunes gens titulaires d’un M2 en LSHS ont trouvé en entreprise un emploi de niveau cadre en CDI grâce à tous les acteurs de l’opération Phénix, qui peuvent légitimement en être fiers. Et j’ai personnellement été sensible aux témoignages de satisfaction exprimés par quelques-uns d’entre eux, lors de l’émission de France Inter « Service Public » du vendredi 22 septembre consacrée aux philosophes. « Grâce à Phénix, dit l’un d’eux non sans humour, j’ai fait mentir la dédicace de Jules Vallès : «  »A tous ceux qui, nourris de grec et de latin, sont morts de faim. » »

Autre point encourageant : l’interview du Ministre de l’Education Nationale, Monsieur Vincent Peillon dans Les Echos  du 3 octobre , appelant à mettre les élèves en contact avec le monde de l’entreprise dès la 6è. C’est effectivement très tôt que la perspective d’une carrière dans l’entreprise ou même d’entrepreneur doit trouver place dans les esprits : l’avenir des jeunes Français n’est pas de devenir tous fonctionnaires! Si cette acculturation à l’entreprise accompagnait tout au long la vie des élèves et des étudiants, l’opération Phénix n’apparaîtrait pas comme » une exception », ainsi que l’a nommée le journaliste de l’émission de France Inter déjà évoquée. Comme j’aimerais que la nouvelle Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Madame Geneviève Fioraso, s’exprime pareillement sur ce sujet! Mais les Assises en cours de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lui en donneront à coup sûr l’occasion.

Bernard Deforge

Lettre aux présidents d’universités

A Mesdames et Messieurs les Présidents d’Université

Mettre en œuvre un dispositif original permettant aux étudiants en lettres et sciences humaines et sociales d’être recrutés en entreprise : tel était le but de l’opération Phénix lancée en 2007, à l’instigation du cabinet d’audit et de conseil PwC France. Cette initiative résultait d’un double constat : du point de vue des universités, la quasi-fermeture des entreprises aux étudiants de LSHS ; du point de vue des entreprises, un vivier de recrutement trop limité et une diversité des recrues insuffisante. Elle a reçu l’adhésion de grandes entreprises (Société Générale, AXA, Renault, Eiffage, HSBC, Coca-Cola, L’Oréal, Danone) et de dix universités de la région parisienne ainsi que le soutien du Medef.

Continue reading

Retour à l’essentiel

Aujourd’hui l’opération Phénix a fait ses preuves. 150 diplômés d’un master de Lettres et sciences humaines ont été recrutés par les grandes entreprises partenaires de l’opération et la plupart d’entre eux y poursuivent un beau parcours au point, pour certains, d’être l’objet des sollicitations de cabinets de « chasse de têtes ». C’est que notre pari était le bon.

Continue reading

Vers une échelle des bonnes pratiques

Jeudi dernier 18 février s’est tenu au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche un colloque intitulé : « Sciences humaines : de nouvelles ressources pour l’entreprise ». Il faisait suite au rapport remis récemment à la Ministre par le Conseil pour le développement des Humanités et des Sciences sociales, dont j’ai déjà parlé ici. Continue reading

Etudiants en Humanités et Sciences Sociales, il y a d’autres devenirs pour vous que l’enseignement et la recherche

Dans Le Monde daté du 3 octobre, Alain Renaut, professeur de philosophie et d’éthique à l’université de Paris-Sorbonne a publié un article intitulé : »L’insertion professionnelle, clé décisive de la réussite. Le statu quo irresponsable ».

Cet article dit le vrai.

Il est évident que la grande majorité des 450 000 étudiants inscrits à la rentrée 2009 dans nos universités dans le secteur des Humanités et des Sciences sociales ne trouveront pas à exercer de métier dans l’enseignement ou dans la recherche. Il leur faut donc  « songer à d’autres devenirs », pour reprendre une expression d’Alain Renaut.

Continue reading