Catégories
Pierre Dubois

Le plagiat, gangrène de l’université

Le Monde du 11 novembre 2010 contre-enquête : “pourquoi le plagiat gangrène-t-il l’université” ? Excellent article de Philippe Jacqué, appuyé sur des entretiens auprès des meilleurs spécialistes et de témoins. Le plagiat, se développant rapidement, tant chez les étudiants que chez les doctorants et les professeurs, est même devenu… un champ de recherches et d’études (conception de logiciels anti-plagiat). Les articles du dossier du Monde distinguent les formes et les degrés de plagiat, analysent les réactions trop prudentes des autorités universitaires, mentionnent quelques cas de procès et de sanctions. Un plagiaire condamné s’estime quant à lui victime d’une double peine : un employeur potentiel reçoit des lettres anonymes le dissuadant d’embaucher un ex-plagiaire.

Pourquoi ce développement du plagiat ? Plusieurs raisons sont avancées dans le dossier, dont bien évidemment l’accroissement des ressources en ligne sur Internet. Une autre raison serait la pression à la productivité mise sur les étudiants, les doctorants et les professeurs : produire plus, en moins de temps. J’y ajouterai : pression de la productivité dans un contexte d’évaluation croissante. La peur d’être stigmatisé et sanctionné parce que “non-produisant”.

Je vais prolonger cette réflexion dans des chroniques à venir. La dernière sera consacrée à un cas de nombreux paragraphes copiés-collés repérés par un lecteur de ce blog. Celui-ci, appelons-le HM, tient à garder l’anonymat : je le remercie très sincèrement du travail de bénédictin qu’il a réalisé au cours des vacances dernières. Lire sur ce blog une première chronique, celle d’un collègue, intitulée : “mon copié-collé à moi“. 

Deux des pionniers et experts européens du repérage du plagiat et de la lutte contre lui sont, à juste titre, cités par la contre-enquête du Monde. Michèle Bergadaà tout d’abord. “De nationalité canadienne et française, professeur de marketing et communication à l’université de Genève”. Son site : “Internet. Fraude et déontologie selon les acteurs universitaires“. Il “est dédié aux professeurs, étudiants et dirigeants d’établissements universitaires qui refusent de fermer les yeux sur la fraude pratiquée via Internet et découlant du plagiat de mémoires, de thèses, d’articles de recherche et de livres académiques”.

Jean-Noël Darde, maître de conférences à l’université de Paris 8. Son blog : “Archéologie du “copier-coller“. Analyse de cas et parole donnée aux plagiés.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *