Catégories
Pierre Dubois

Indicateurs de réorientation

Suite de la chronique : “SUIO et réorientations“. Lire, dans cette chronique précédentes, le commentaire de Laurence Menu, coordinatrice du module Tremplin : elle y indique les résultats des enquêtes menées auprès des étudiants qui ont suivi le module Tremplin. Le dispositif est pleinement efficace pour les réorientations d’étudiants inscrits en 1ère année.

Observatoire des formations et du suivi des étudiants (OFE) de Joseph Fourier. Evelyne Janeau, en charge de mission sur le suivi interuniversitaire des étudiants de l’académie de Grenoble, m’a par envoyé deux documents fort pertinents. L’un de février 2011 sur les trajectoires antérieures des étudiants inscrits en 2ème année de licence de l’université Joseph Fourier : cliquer ici. L’autre de juillet 2010 sur le devenir en 2009-2010 des bacheliers 2008 inscrits dans l’une des cinq universités de l’académie de Grenoble, immédiatement après l’obtention de leur bac : cliquer ici. Evelyne Janeau mène le combat pour la réalisation de suivis de cohortes depuis… 1988. Il s’agit d’un travail long fort complexe et il faut l’en féliciter. Elle n’est hélas pas souvent entendue par les décideurs !

Ce dernier document – je n’en connais pas d’équivalent et il est à ce titre une “initiative excellente” – a pour objectif d’en savoir plus sur les changements d’orientation d’une année (rentrée 2008) à l’autre (rentrée 2009). Plusieurs taux de réorientation sont calculés et figurent dans le tableau ci-dessous. Le taux de départ (% de bacheliers 2008 qui ne sont plus inscrits en 2009 dans l’université où ils étaient inscrits en 2008) est décomposé en deux sous-indicateurs : départ dans une autre université de l’académie (départ intra académique) ou mobilité vers une autre académie (départ inter-académique). Le tableau mesure également l’attractivité des universités de l’académie : le taux d’entrée inter-académique mesure la part des bacheliers 2008, inscrits en 2009 en première ou deuxième année de licence dans l’académie de Grenoble mais venus d’une autre académie à la rentrée 2009.    

Université

Effectif 1èreannée 1er cycle 2008-09

Maintien

% sur effectif 2008

Départ intra académique

% sur effectif 2008

Départ inter académique

% sur effectif 2008

Entrée intra académique

% sur effectif 2009

Effectif 1ère ou 2èmeannée 1er cycle

2009-10

U. Joseph Fourier

2192

87,4 (1915)

8,5

(187)

4,1

(90)

4,8

(98)

2192 – (187+90) + 98 = 2013

U. Pierre Mendès France

2217

90,1

(1998)

5,0

(111)

4,8

(108)

9,4

(207)

2217 – (111+108) + 207 =  2205

U. Stendhal

599

74,4

(446)

16,2

(97)

9,3

(56)

11,5

(58)

599- (97+56) + 58 = 504

U.  Savoie

1707

93,4

(1594)

2,1

(37)

4,5

(76)

4,1

(69)

1707- (37+76) + 69

= 1663

Grenoble INP

151

77,5

(117)

17,2

(26)

5,3

(8)

18,2

(26)

151- (26+8) + 26 =  143

Ensemble

6866

88,4

(6070)

6,7

(458)

4,9

(338)

7,0

(458)

6528

Quelques brefs commentaires et surtout un encouragement à lire les deux documents. Le taux de maintien (inscription dans la même université en 2008 et 2009 en L2 ou en en L1 – inscrits en redoublement) est globalement fort : 88,4%. Il varie significativement d’une université à l’autre. Il est le plus faible dans l’université de Stendhal (74,4%), université de Lettres, langues et sciences humaines. Il est proche de la moyenne dans l’université Joseph Fourier (Sciences et Santé), en dépit de réorientations significatives en fin de 1ère année des étudiants en sciences de la santé.

Les universités de l’académie de Grenoble sont plutôt attractives : le solde arrivées / départs est en effet positif. 338 bacheliers 2008 se sont inscrits dans une autre académie en 2009 ; 458 bacheliers 2008 inscrits précédemment dans une autre acédémie sont arrivés dans l’académie de Grenoble. Le document apporte une autre information clé : les changements d’établissement au sein ou en dehors de l’académie entraînent fort majoritairement la “perte d’une année”, i.e. une réinscription dans une première année. 

Les deux documents transmis par Evelyne Janeau (à droite sur la photo ci-dessus) ne couvrent cependant pas toutes les facettes de la réorientation. A Grenoble, le changement d’établissement signifie dans la plupart des cas un changement de filière ou de discipline de formation, mais ne sont pas pris en compte les réorientations (les changements de formation) au sein de chacune des universités.

Quelle évolution des taux de réorientation au fil du temps ? Dans son courriel, Evelyne Janeau m’indique que, pour les étudiants de Joseph Fourier tout au moins, la réorientation vers un autre établissement avec validation de la 1ère année progresse au fil du temps. Et dans l’avenir ? Imaginons le futur souhaitable, i.e. la fusion des 4 voire 5 universités de l’académie : il n’y aura alors plus de ”départs inter-académiques” !

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *