Catégories
Pierre Dubois

Laurent 1er et les Présidents

Laurent Wauquiez, le 1er partout, est aux “petits oignons” avec les présidents d’université. Ceux-ci le lui rendent bien. Ils ne se quittent plus ! Le Lundi 18 juillet 2011, le Ministre a dîné avec les membres du Conseil d’administration de la CPU. Le jeudi 27 juillet, il s’est entretenu avec le président et les deux vice-présidents. Aucun communiqué n’a suivi ces deux rencontres. Dommage ! La CPU a-t-elle obtenu du Ministre, qui ne “sera pas celui des affaires courantes“, qu’il surseoit à la publication de l’arrêté réformant la licence (85 chroniques sur la licence) ?

Rebelote le vendredi 28 juillet : cérémonie de signature des contrats devenus quinquennaux avec les présidents et directeurs des 38 établissements d’enseignement supérieur de la dite “vague A” (académies de Bordeaux, Grenoble, Lyon, Montpellier et Toulouse). Ces présidents et directeurs sont presque tous présents sur la photo. Le communiqué de presse est vraiment très mauvais. Un bogue dans la communication. “Première vague de contractualisation post LRU”. Est-ce à dire que la loi LRU a été abolie ? Les contrats signés de 2008 à 2010 n’étaient-ils pas des contrats post LRU ?

Il faut lire avec délectation le second paragraphe de communiqué fort peu professionnel. L’embrouille des chiffres continue avec Laurent Wauquiez. Que veulent dire les “20 millions supplémentaires attribués en 2011” (100 millions pour les 5 ans du contrat) ? Supplémentaires par rapport à quoi ? Par rapport aux contrats précédents, mais alors quel était le montant de ceux-ci ? Supplémentaires en ce sens que ces millions s’ajoutent aux autres dotations de l’Etat réparties selon le modèle Sympa ? ”Les universités de la vague A voient leurs moyens progresser de 26% en moyenne sur 2007-2011“, moyens globaux ou moyens alloués par le contrat ?

Dans le contexte de l’autonomie des universités, des responsabilités et compétences élargies (31 chroniques sur les RCE), des investissements d’avenir, la politique contractuelle n’a plus de sens : elle apporte peu d’argent aux universités eu égard à leur budget global. Pour l’IDEX Université de Bordeaux, qui va en principe toucher par année quelques 40 millions d’intérêts de son capital, les sous des nouveaux contrats quinquennaux ne sont que des “clopinettes”. Et si la politique contractuelle n’était plus qu’une politique résiduelle pour les pauvres établissements hors investissements d’avenir ? “A votre bon coeur, M’sieur, Dame” ! 

La CPU s’est mise en vacances. Dans sa dernière Lettre (n°73, 22 juillet 2011), elle annonce que sa “Commission permanente a défini les grands axes de l’action de la CPU pour les mois à venir”. Il faudra attendre septembre pour les connaître ! La Lettre rappelle que cette action “devra prendre en considération deux éléments de contexte forts” : les élections présidentielle et législative du printemps 2012, les élections dans les établissements. Les périodes d’élections sont toujours propices aux grandes déclarations, mais paralysent le plus souvent les changements de fond. 2012, une année “blanche” pour la CPU ? 15 septembre 2011, premier séminaire de l’année de la CPU : ”Les classements d’universités“. J’en prévois déjà la conclusion : “les classements sont incontournables mais il faut en diversifier les critères ; leur méthodologie doit devenir plus rigoureuse et plus transparente”. Bref, une thématique qui ne mange pas de pain !

Be Sociable, Share!