Catégories
Pierre Dubois

Le KIT est d’excellence

Le Karlsruher Institut für Technologie (KIT) est une des 9 universités allemandes qui ont gagné, en 2006 ou 2007, le label d’Eliteuniversitäten. Cinq d’entre elles se situent dans le Bade-Wurtemberg. La performance est remarquable pour le KIT, qui n’est pas particulièrement bien positionné dans le classement de Shanghaï 2010 : entre le 300 et 400ème rang, entre la 24 et la 33ème place pour ce qui est des universités allemandes. Le KIT en quelques chiffres : près de 20.000 étudiants, 8.000 salariés (dont plus de 300 professeurs), plusieurs campus… (histoire du KIT sur Wikipédia).

3 août 2011. Echappée belle Strasbourg – Karlsruhe et 115 photos. Album 1. 20 photos du Campus Sud du KIT. Album 2. 40 photos de la collection permanente de peintures du Kuntshalle. Album 340 photos de tableaux de l’exposition Unsere Moderne. Album 4. 15 photos de la façade du Schloss (exposition temporaire sur les vitraux contemporains).  

L’idée des investissements d’avenir français a été directement empruntée à l’initiative d’excellence allemande. De nombreux points différencient cependant les 2 initiatives. Point de départ : le classement de Shanghaï 2010 retient 39 universités allemandes et seulement 22 universités françaises. Objet : centration sur la seule recherche scientifique en Allemagne, ouverture des IDEX aux innovations pédagogiques en France. Architecture plus simple en Allemagne. 3 volets seulement et volets obligatoirement associés : universités d’élite, clusters d’excellence (réseau local entre une université, un ou plusieurs établissements de recherche et des entreprises), écoles d’enseignement supérieur (formation des doctorants).

Financement apparemment globalement moins important en Allemagne, mais financement annuel et mis à disposition rapidement : combien de millions d’euros du Grand emprunt seront, fin 2001, réellement mobilisables par les lauréats des divers investissement d’avenir (Quiz d’EducPros) ? Cofinancement de l’Etat fédéral et des Länder ; en France, les régions ne sont pas partie prenante des investissements d’avenir (alors qu’elles le sont pour le Plan Campus)…

Le Karlsruher Institut für Technologie (KIT) est donc à la fois université d’élite, cluster d’excellence (Center for Functional Nanostructures), et école d’enseignement supérieur (School of Optics and Photonics). L’initiative allemande d’excellence a incité l’université de Karlsruhe, fondée en 1825, à fusionner, pour une meilleure performance dans la compétition internationale, avec le Centre de recherche du Forschungszentrum Karlsruhe. La fusion entre les deux institutions est opérationnelle depuis la loi du 25 juillet 2009. Au titre de l’initiative d’excellence, le KIT perçoit, depuis Novembre 2006, 21 millions d’euros par an pendant 5 ans.

Le KIT est en passe de faire reconnaître de nouveaux projets dans le cadre de l’initiative d’excellence II : “Trois nouvelles propositions lors de la finale 2011” (site de l’université et traduction en français par Google). Initiative d’excellence II en Allemagne : cinq ans de retard pour la France. Et pour des résultats qui n’y sont pas assurés : “IDEX. Pire qu’une usine à gaz“, “Mesurer l’impact des IDEX“. 39 chroniques sur le Grand emprunt. L’argent de celui-ci aurait dû être utilisé en priorité pour faire émerger, par fusion, 15 à 17 universités en France et 600 Instituts d’enseignement supérieur (69 chroniques sur les IES).

Be Sociable, Share!