Catégories
Thomas Roulet

Tout savoir sur les bourses Fulbright pour financer vos études aux US : les conseils… d’un recalé !

Comment financer des études (bachelor, master, doctorat) ou un séjour de recherche aux Etats-Unis (pendant ou après votre doctorat)? Si vous vous posez cette question vous avez sans doute déjà entendu parler de la bourse Fulbright.

Bien que recalé, j’ai eu l’occasion de participer au processus de sélection, et j’ai constaté qu’il y avait relativement peu d’informations disponibles sur internet. Sur la base de mon expérience et de mes discussions avec des lauréats avant et après le processus, je vais essayer d’éclairer un peu votre lanterne… afin que vous puissiez réussir là ou j’ai échoué !

  • Quelques éléments de contexte

Le programme Fulbright a été créé aux Etats-Unis au lendemain de la seconde guerre mondiale par le sénateur qui lui a donné son nom : J. William Fulbright. Très symboliquement, l’idée était de financer un programme d’échange d’étudiants et de professeurs grâce aux revenus rapportés par la vente du surplus d’armes.

Fulbright est perçu aux Etats-Unis comme un « effort diplomatique » permettant à l’Oncle Sam de faire la promotion de son système éducatif, de ses universités, et plus généralement de sa culture, en attirant les étudiants étrangers les plus brillants (« Bringing the world’s finest minds on U.S. campuses » comme le dit leur site). Une fois ces étudiants étrangers retournés dans leur pays d’origine, on suppose qu’ils y occuperont des postes clés, et pourront à leur tour se faire les ambassadeurs de la culture américaine. La bourse Fulbright est aussi proposée aux étudiants et chercheurs américains pour partir à l’étranger.

La bourse Fulbright est non seulement un financement mais aussi un label extrêmement prestigieux aux Etats-Unis : c’est une marque de reconnaissance, qui rappelle que le lauréat Fulbright a été sélectionné parmi les meilleurs de son pays d’origine.

  • La bourse Fulbright en France

Comment la bourse est-elle administrée ? Elle est gérée dans chaque pays par une commission bi-partite. C’est notamment le cas en France où la Commission Franco-Américaine en a la charge.

En plus de la bourse Fulbright, la comission Franco-Américaine gère une partie du processus de candidature pour d’autres financements issus de fondations privées. Généralement le processus d’application vous permet de candidater à ces bourses (parfois réservées à des profils très spécifiques) en même temps qu’au programme Fulbright.

La bourse s’adresse à la fois à des étudiants au niveau master (3 ans ou plus après le bac) ou doctorat, qu’à des doctorants ou chercheurs en France souhaitant effectuer une période de recherche à l’étranger. Ce sont cependant 3 processus de candidature distincts avec des dates limites différentes. Attention, il est vital de s’y prendre extrêmement tôt ! La deadline pour les bourses master et doctorat est généralement fixée au 1er décembre de l’année précédent votre entrée dans la formation visée. Les chercheurs ont un peu plus de temps (jusqu’à février). Autant dire qu’il faut s’y prendre une bonne année en avance, bien avant d’avoir ses résultats d’admission. Les lettres d’admission ou d’invitation peuvent être transmises après la deadline. Comme vous le verrez, avoir un projet très précis est pourtant crucial pour décrocher la Fulbright.

Attention, les bi-nationaux et les étudiants déjà aux Etats-Unis ne peuvent candidater pour la bourse Fulbright. A noter aussi : théoriquement les bourses ne sont pas accordées sur critères de ressources mais uniquement au mérite.

Le montant est d’environ $20 000 pour les masters et doctorats (pas de quoi financer l’intégralité de vos frais de scolarité dans la plupart des cas) et $10 000 pour les doctorants en période d’échange, plus le paiement du billet d’avion. Les lauréats sont aussi accompagnés dans leurs démarches d’obtention du visa. Il y a des bourses accordées dans tous les domaines, mais attention, ce sont parfois des programmes spécifiques pour les sciences dures.

N’oubliez pas que via Fulbright vous pouvez aussi candidater pour les bourses de certaines fondations privées. Ainsi si vous candidatez à Harvard, votre dossier pourra aussi être transmis au Harvard Club de France et à la Fondation Sachs qui financent de nombreuses bourses pour étudiants en master ou doctorat (qui peuvent être parfois beaucoup plus généreuses que les bourses Fulbright classiques). Autres financements qui bénéficient de « l’infrastructure Fulbright » (la commission leur transmet votre dossier papier pour leur processus d’admissibilité) : la bourse George Lurcy (sciences sociales et artistes), la bourse Leonora Lindsley (accordée à des descendants de résistants, mais n’est semble-t-il pas accessible tous les ans), la bourse Monahan (pour les sciences exactes), et la bourse Herbert Smith (pour les étudiants en LLM).

Une fois l’admissibilité passée ces fondations ont leur propre processus d’admission, et vous feront donc passer un entretien différent de celui de la commission Franco-Américaine. Le processus de sélection est laissé à l’initiative de ces fondations, et peut paraître parfois relativement opaque en ce qui concerne les critères de sélection et le type de candidat recherché.

Enfin la commission Franco-Américaine gère un programme d’assistants de français dans les universités, lycées, et collèges américains : il vous permet d’aller enseigner le français aux Etats-Unis tous frais payés. Une bonne occasion d’améliorer son anglais et de vivre une expérience probablement très enrichissante.

Le processus de sélection et d’admission pour la bourse Fulbright

Entrons maintenant dans le vif du sujet. Comment se passe l’admission et la sélection des candidats ? Je me concentre ici sur la procédure pour le financement de master, doctorat et de séjour de recherche pour doctorants.

Tout d’abord, il va vous falloir remplir un énorme dossier. A ma connaissance il semble qu’une majorité des candidats soit invitée à l’entretien d’admission, qui est donc l’étape la plus déterminante.

1- Le dossier

Le dossier se remplit en ligne. Les parties qui vous prendront le plus de temps sont sans conteste les deux « essays ». L’un concerne vos objectifs d’études ou de recherche (Pourquoi souhaitez vous vous spécialiser dans ce domaine ? Avec quel objectif ? Pourquoi cette université ? Ou si vous êtes doctorant postulant pour des séjours de recherche à l’étranger : quel est votre sujet de thèse ? votre projet de recherche ? Comment comptez vous le mener à bien ? Avec qui et pourquoi dans cette université ?). On s’attend à environ 2 ou 3 pages, le double pour un séjour de recherche. Le second est un « personal statement » : les étudiants familiers des procédures d’admission dans les universités américaines connaissent généralement bien cet élément du dossier. En substance, il s’agit de vous vendre en 3 ou 4 pages : quelles sont les expériences, les éléments de votre cursus, les passions, les projets qui font de vous un candidat qui sort du lot. Si vous en avez la possibilité, n’oubliez pas de faire relire vos textes par des anglophones afin d’éviter toutes fautes et erreurs grammaticales qui pourraient faire mauvais genre !

Il faut aussi inclure dans votre candidature un CV détaillé, des transcripts (vos relevés de notes) de toutes les institutions dans lesquelles vous avez étudié, ainsi que 3 lettres de recommandations. Difficile de savoir quel est le poids des lettres de recommandation : d’excellentes lettres de recommandations ne sont une condition ni nécessaire ni suffisante pour décrocher la bourse, mais elles peuvent peser dans la balance. Si vous en avez la possibilité, mixez lettres de recommandation académiques (de vos professeurs) et professionnelles (collègues, supérieurs, etc.). Les lettres peuvent être remplies online (vous avez alors à spécifier les personnes qui auront à remplir les recommandations, et celle-ci recevront un email les appelant à se rendre sur le site) ou envoyées par courrier à la commission, directement par leurs auteurs. Là aussi, il faut avoir pris beaucoup d’avance, car vous aurez peut être à relancer vos interlocuteurs pour ne pas qu’ils oublient de remplir le formulaire en ligne (on est averti lorsqu’une lettre de recommandation n’a pas encore été remplie) ou d’envoyer leur courrier !

Vous aurez aussi besoin de fournir vos résultats aux tests d’admission standardisés que vous devrez de toute façon passer pour vos candidatures dans les universités américaines (TOEFL ou autre test d’anglais standard + GMAT ou GRE)

2- L’entretien

Après le dossier vient l’entretien, d’une durée d’environ 20 minutes, au siège de la commission Franco-Américaine à deux pas du Trocadéro. Vous aurez généralement en face de vous le directeur de la commission Franco-Américaine, principale personne à convaincre, ainsi que 2 anciens lauréats Fulbright, généralement ayant suivi un cursus proche du votre ou étant dans votre champ de recherche (ou assimilé).

En ce qui me concerne, je postulais pour le financement d’un séjour de recherche, étant doctorant en France. Je suis passé dans un groupe de candidats « sciences sociales ». En plus du directeur de la commission, le jury était composé de deux économistes. Je ne suis pas sûr que cela soit désavantageux pour des doctorants dans d’autres domaines. Si vous faites de l’économie vous aurez au contraire des questions potentiellement précises sur le contenu de votre recherche. En ce qui me concerne, un de mes juré était surtout très intéressé par les données INSEE que j’utilisais ! Inutile d’aller trop dans le détail de vos travaux, votre public n’étant pas nécessairement spécialiste. Il faut juste convaincre le jury que vos recherches sont importantes et porteuses.

Vous aurez sûrement des questions sur vos expériences passées et votre cursus, mais l’essentiel de l’entretien porte sur votre projet d’études ou de recherche aux Etats-Unis. C’est donc bien cet élément qui est crucial. Il faut savoir précisément pourquoi vous décidez de suivre cette formation aux Etats-Unis, comment cela s’articule-t-il avec votre projet professionnel et comment cela peut vous aider à atteindre vos objectifs. Ca peut être un exercice particulièrement difficile si vous n’avez pas encore reçu de lettre d’admission.

De même pour les doctorants postulant pour le financement d’un séjour de recherche, il est spécifié dans la FAQ qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une lettre d’invitation avant courant mars. Dans les faits pourtant, il est indispensable d’avoir un projet bien précis et fixé lors de l’entretien, sous peine d’être recalé. En ce qui me concerne, c’est là ou j’ai pêché : au moment de l’entretien, j’étais en discussion avec plusieurs contacts dans des universités américaines, mais je n’étais pas encore fixé sur le projet exact sur lequel j’allais travailler. J’ai eu ma lettre d’invitation début avril (donc pas si longtemps après l’entretien) et je l’ai immédiatement transmise à la commission, mais il était déjà trop tard pour convaincre le jury (j’avais en somme déjà été disqualifié par le manque de précisions concernant mon séjour de recherche).

J’insiste donc, la précision du projet (pour un doctorant en séjour de recherche : université d’accueil, contenu du projet, professeur accueillant, retombées pour votre thèse / pour un étudiant candidat à un programme diplômant : la matière, le programme, l’université d’accueil, votre projet professionnel après la formation) est cruciale !

Ensuite, vous n’avez plus qu’à croiser les doigts jusqu’à fin avril, date à laquelle vous êtes censé recevoir la lettre d’acceptation ou de refus, par courrier. Mon conseil est d’avoir en parallèle cherché d’autres sources de financement au cas où la réponse de la commission serait négative (bonne chance car elles ne sont pas légions… il faudra donc frapper à toutes les portes).

J’espère que ces informations vous auront été utiles et je vous souhaite très sincèrement de réussir là ou j’ai échoué ! N’hésitez pas à poser vos questions et partager vos expériences dans les commentaires.

P.S. Pour plus de détails sur les formations aux Etats-Unis :

En plus de gérer, la bourse Fulbright, la commission Franco-Américaine peut aussi vous conseiller et vous aiguiller concernant les démarches à suivre si vous envisagez d’étudier aux Etats-Unis via le centre Education USA. Compte tenu des différences avec le système français, ces conseils ne sont pas de trop et peuvent être particulièrement utiles pour construire un projet d’études dans une université américaine. Les conseillères de la commission reçoivent individuellement et fournissent donc des conseils personnalisés.

Quelques liens utiles:

Liste des programmes Fulbright

Autres bourses gérées par la commission Franco-Américaine

Liste des derniers lauréats, si vous voulez jeter un oeil à leur profil

Campus Channel a aussi réalisé deux vidéos extrêmement instructives avec la commission Franco-Américaine.

Une interview d’une lauréate et du directeur de la commission concernant les financements Fulbright avec de nombreuses informations utiles :

Le REPLAY du Programme FULBRIGHT from CAMPUS-CHANNEL on Vimeo.

Une interview des conseillères de la commission sur les études aux USA :

Le direct de la COMMISSION FRANCO-AMERICAINE sur CAMPUS-CHANNEL ! from CAMPUS-CHANNEL on Vimeo.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *