Catégories
Pierre Dubois

Coût de la scolarité de Wauquiez

Laurent Wauquiez-Motte a été un fort brillant étudiant. Combien ont coûté à l’Etat ses formations supérieures successives (9 années en continu) et combien a-t-il payé de droits d’inscription ? Dans une période où l’on supprime des postes d’enseignants et où des débats relancent opportunément la question de l’augmentation des droits d’inscription dans le Supérieur, il est légitime de poser ces deux questions.

Reconstitution de la scolarité de Laurent, le 1er partout, à partir de 3 CV consultables en ligne : Wikipédia, Site perso, MESR. Certaines dates ne figurent pas dans ces trois sources : une erreur à la marge est possible. Que le lecteur averti veuille bien apporter des précisions.

Naissance en avril 1975. 1. “Etudes secondaires au lycée Louis le Grand et au Lycée Henri IV. Entrée en 1994 à l’ENS ULM”. Déduction : baccalauréat à 17 ans en 1992, deux années de classe préparatoire (CPGE) dans un des deux lycées prestigieux parisiens. Dépense publique pour 2 ans de scolarité en CPGE en euros 2010 : 30.000 euros (indicateur 10.5. des RERS 2011). Droits d’inscription : 0 euro.

2. Deux ans de scolarité à l’ENS ULM de 1994 à 1996. Durant cette période, il obtient à l’université une licence puis une maîtrise d’histoire. Je suppose qu’il a obtenu l’agrégation d’histoire en 1997. Dépense publique pour 2 ans de scolarité à l’ENS ULM et pour une année de préparation de l’agrégation : 30.000 euros pour 2 années d’ENS + 10.000 euros pour une année de prépa Agrég + 50.000 de rémunération, charges incluses = 90.000 euros. Droits d’inscription : 750 euros (3 années d’inscription à l’université, en parallèle à la scolarité au sein de l’ENS).

Laurent Wauquiez, agrégé d’histoire, ne s’engage pas dans un doctorat, décide de ne pas faire l’enseignant d’histoire en lycée ou en CPGE. Il poursuit ses études supérieures de 1997 à 1999. 3. Il intègre Sciences Po Paris, en sort diplômé ; il obtient alors un DEA de droit public. Dépense publique pour ces deux années d’études supérieures : 30.000 euros. Droits d’inscription : 500 euros. Perçoit-il sa rémunération de fonctionnaire pendant les deux années de Sciences po ?

Ce n’est pas fini. 4. Laurent Wauquiez obtient le concours de l’ENA en 1999 et sort major de la promotion Mandela en 2001 après 2 années de formation et de stage (chronique : “Laurent 1er et le classement de l’ENA“). Dépense publique pour ces deux années de formation supérieure : 30.000 euros + 50.000 euros de rémunération, charges sociales incluses (les élèves de l’ENA, de même que ceux de l’ENS, perçoivent un salaire) = 80.000 euros. Droits d’inscription = 0 euro.

Au total, 9 ans d’études supérieures en continu (dont un an de stage lors de la formation à l’ENA). Dépense publique pour Laurent Wauquiez : 230.000 euros. Droits d’inscription : 1.250 euros. 230.000 euros, ce n’est pas une pécadille, même pour un jeune homme né “avec une cuiller d’argent dans la bouche”. Laurent, le 1er partout, se rend-il compte de ce que l’Etat, l’impôt des français, ont fait pour lui ? Destiné à la Haute fonction publique, qu’a-t-il rendu en échange ? “Faire l’homme politique dans une famille politique” n’est pas “faire le haut fonctionnaire”.

Je reconnais que je suis choqué par cette forte inégalité d’accès aux études supérieures longues. Oui, il faut poser la question des droits d’inscription. J’ai déjà exprimé un premier choix (chronique : “Faire un 2ème Master 2“). Quand des études supérieures sont poursuivies après l’obtention d’un diplôme permettant l’accès au marché du travail (cas de Laurent Wauquiez après l’obtention de l’agrégation d’histoire), ce n’est pas à l’Etat de payer ! Il a déjà donné !    

Notes. Quelle est aujourd’hui la situation de Laurent Wauquiez par rapport à l’obligation décennale de servir dans la Fonction publique ? Régime financier de l’ENA (décret du janvier 2002, article 17) : “les recettes de l’Ecole nationale d’administration comprennent notamment : … 7° Le remboursement des frais de scolarité des élèves démissionnaires”.

Article 24 de l’Arrêté du 23 décembre 2009 portant approbation du règlement intérieur de l’Ecole nationale d’administration. “Le Directeur invite les élèves à signer l’engagement de servir pendant dix ans dans un des corps recrutés par la voie de l’Ecole nationale d’administration. Les élèves qui refuseraient de signer cet engagement seront réputés avoir renoncé au bénéfice de leur scolarité dans les conditions définies à l’article 52 du décret n° 2002-50 du 10 janvier 2002 susmentionné”. Observatoire Boivigny, chronique du 14 janvier 2007. “ENA, Polytechnique, Normale : quand les études payent”.

Be Sociable, Share!