Catégories
Pierre Dubois

Vogel et ses trois présidences

Jeudi 13 octobre 2011, 18 heures 30, siège de la Présidence de Paris 2 Panthéon Assas. J’y ai rendez-vous pour la deuxième fois avec Louis Vogel. La première, c’était en janvier 2010 (chroniques : “Paris 2 : 3 parcours en licence“, “Coût des diplômes et indicateurs de performance“). Depuis la création du blog en janvier 2009, “Louis Vogel” a été cité dans une trentaine de chroniques. La dernière, le Quiz “Il cumule trois présidences“. Trois questions en 45 minutes pour 3 présidences : l’université Paris 2, le PRES Sorbonne Universités, la CPU.

Président de l’université Paris 2 Panthéon-Assas (le site). Louis Vogel a été réélu à l’unanimité à la présidence le 6 juillet 2011 pour un mandat d’un an (communiqué). Elu une première fois en 2006, confirmé en 2008, LRU oblige, réélu en 2011, il ne pourra pas se représenter en 2012. Six ans de mandat seulement alors que la LRU avait innové en permettant deux mandats de 4 ans. Valérie Pécresse avait même mis les points sur les “i”, huit ans pas plus ! Louis Vogel : “elle a oublié sa promesse et n’a pas fait la modification réglementaire nécessaire pour permettre ces huit ans. Bien d’autres présidents vont se retrouver dans la même situation que moi en 2012“.

Lettre d’Assas de septembre 2001. Evènements et initiatives en 2011 : inauguration de la Bibliothèque d’Assas, Assas Vert et implication de l’université dans le développement durable, Assas Web TV (janvier 2011, Louis Vogel répond à trois questions sur l’université, posées par des étudiants journalistes de l’IFP). 2012, fin des travaux de restauration et d’extension du bâtiment de la rue d’Assas, avec “des équipements dignes d’une université moderne, soucieuse des conditions de vie et de travail”.

Où en êtes-vous des parcours différenciés en Licence ? Je n’ai pas trouvé de données chiffrées sur le site de l’université. “Nous sommes très satisfaits de la réussite des trois parcours : parcours de réussite, parcours normal, collège de droit. Ce ne sont pas des parcours définitifs : les étudiants peuvent circuler d’un parcours à l’autre en fonction de leurs résultats. Pour accéder au Collège de droit, il faut une moyenne de 13 ; un tiers des étudiants du parcours normal sont passés dans ce collège, qui a ouvert cette année la 1ère année de master. L’Ecole de Droit de Paris 2 est sur la bonne voie”.

“Le parcours de réussite est aussi un succès. Il a été ouvert à la suite des conclusions tirées de l’orientation active ; si nous ne faisions rien, des étudiants allaient tout droit à l’échec ; nous sommes fiers d’avoir atteint un taux de 30% de réussite. Nous avons amélioré les conditions d’encadrement et multiplié les ateliers de professionnalisation dans lesquels les professionnels interviennent”.

Louis Vogel n’est pas d’accord avec le projet de création des Instituts d’enseignement supérieur. (IES). “Il faut maintenir la licence dans l’université, mettre en oeuvre des parcours diversifiés, multiplier les passerelles. Plusieurs exemples. On a créé des certifications en droit pour les étudiants de sciences de Paris 6 (libertés et droits fondamentaux, droit et analyse financière). C’est plus léger qu’une double licence”. Louis Vogel pourrait être appelé Monsieur “Passerelles”, passerelle vers le droit pour les étudiants qui ont raté le concours de fin de 1ère année d’études de santé, passerelle pour les CPGE d’Henri IV (2 cours fondamentaux en droit ouverts en prépa), passerelle pour se transférer des études de droit à Paris 2 en BTS.

Je partage la préoccupation de Louis Vogel : l’important est de ne pas reculer d’une case, de ne pas perdre une année. “Il faut créer en France une mentalité de confiance alors qu’y domine une culture de l’échec. Je suis énarque mais j’ai échoué à être dans “la botte” ; je suis élève d’une Grande école, mais j’ai raté l’entrée à Normale Sup ; je suis en master mais j’ai échoué à obtenir le master que je souhaitais ; j’ai réussi la licence mais j’ai raté de peu la mention Bien“. Louis Vogel aurait pu dire : “il faut toujours positiver“.

En début de semaine, la CPU a publié un communiqué très critique sur le budget 2012 (chronique : “La CPU enfin clairvoyante ?“). Paris 2 va-t-elle dans le mur ? L’université connaît-elle des difficultés financières ? Louis Vogel : “Non !”

Président du PRES Sorbonne Universités (le site). Le PRES a été présélectionné parmi les 7 Initiatives d’excellence (IDEX) mais n’a pas figuré parmi les 3 premiers lauréats. Envisagez-vous désormais la fusion entre Paris 2, 4, 6 ? Louis Vogel : “Non ! Présélectionnés, nous avons encore un peu de temps pour déposer une nouvelle version de l’IDEX et le CA n’a pas encore pris toutes les décisions. Nous envisageons une gouvernance plus robuste (incluant des Grands organismes et des membres jusqu’alors seulement associés), la fin d’une présidence “tournante” (vers un mandat de 4 ans pour le Président), la disparition de la nécessité de votes à l’unanimité. Le concept pourrait être celui d’une université globale, respectant la spécificité de chacun des partenaires. Strasbourg, Aix-Marseille, Lorraine ont fusionné, mais ce n’est pas le cas pour l’IDEX Paris Sciences Lettres qui fait partie des lauréats. Il ne doit pas y avoir de forme juridique unique. L’important est de pouvoir prendre des décisions rapidement sur des questions qui nous concernent tous”. Je n’ai pas l’impression que Louis Vogel veuille en dire plus sur le dossier des IDEX. Parce qu’il sait que je suis en profond désaccord avec lui ? Chronique : “Deux IDEX en Ile-de-France : absurdités !

Président de la CPU. Je ne comprends pas la gouvernance de la CPU. Elle alterne des positions favorables au Ministère (l’abstention sur la réforme de la licence) et des positions très critiques (sur le budget 2012 par exemple). Et cela toujours à l’unanimité. Expliquez-moi comment se prennent les décisions à la CPU. Vous vous étiez engagé, dans votre profession de foi pour être élu Président, à faire voter les présidents, à publier les résultats des votes, bref à rendre la CPU plus transparente. D’ailleurs il est impossible de trouver le moindre PV sur le site de la CPU. Qui sont les présidents présents et absents ?

Louis Vogel. “Les 127 présidents ne sont pas absentéistes, même si nous voyons moins souvent les présidents des Ecoles et des Grands établissements. La salle où nous nous réunissons comporte 109 places et elle est toujours aux 3/4 pleine“. J’en conclus un taux de présence de 64%. “Il y a effectivement des votes. Ils sont précédés de la recherche d’un consensus et nous parvenons à des votes à l’unanimité. Il en a été pour les propositions de la CPU pour la réforme de la licence, après le colloque de Toulouse. Nous remettons ensuite au travail les commissions pour parvenir à un consensus sur des propositions plus affinées”… “La CPU n’a pas la culture de faire voter des propositions alternatives“.

Louis Vogel ne remet pas en question l’abstention de la CPU lors du vote au CNESER sur la réforme de la licence. “Nous ne voulions pas de coupure avec les étudiants. Nous avons obtenu l’élargissement de la grille des coefficients. Et nous savions que des universités n’avaient pas le personnel suffisant pour mettre en place la réforme des 1.500 heures”. Qui a pris la décision de l’absention ? “Le Conseil d’administration (la CP2U)”.

Mais pourquoi la CPU s’est-elle abstenue alors que la réforme ne parle que de référentiels de compétences (qui ne sont d’ailleurs pas encore élaborés) et non pas de programmes de formation ? Louis Vogel : “il est vrai que nous n’avons aucune nouvelle pour les réunions de travail sur les référentiels de formation”.

Et les restrictions budgétaires pour 2012 ? Louis Vogel : “il manque 15 millions d’euros pour prendre en compte le Glissement – Vieillesse – Technicité” (GVT). Nous n’arrêtons pas de les demander. Sans succès jusqu’à présent. Et puis, on nous impose de geler une partie du bdget. Les universités devront geler des postes. De plus, elles sont contraintes de voter le budget 2012 avant la fin de l’année civile alors qu’elles ne connaîtront pas encore leur dotation budgétaire“. [NB. Laurent Wauquiez a annoncé hier le versement de 15 millions pour le GVT, Fabienne Guimont, EducPros].

Trois présidences pour un seul homme. Il est 19 heures 20. C’est la fin de l’entretien. Combien de temps travaillez-vous par semaine ? 60 heures ? Louis Vogel me paraît fatigué mais il sourit. Si ce n’était que 60 heures ! Certaines semaines, j’ai des activités tous les jours, week-end compris”. 2011, trois présidences. En 2013, quand Louis Vogel aura 59 ans, une seule présidence lui restera éventuellement ouverte, celle du PRES Sorbonne Universités. Quels projets pour la dernière étape d’une vie professionnelle ? Reprendre le blog arrêté depuis septembre 2010 ? Projet un peu court !

Be Sociable, Share!