Catégories
Pierre Dubois

Nominations du “Prince” au CNU

Les élections au Conseil national des universités (CNU) sont terminées. Est venu le temps des nominations par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR). Rappels. Chaque section disciplinaire ou transdisciplinaire du CNU est composée de 36 membres, 18 professeurs (PR) et 18 maîtres de conférences (MCF), 24 élus au scrutin de liste et 12 nommés par le MESR. Le CNU instruit et délivre les qualifications aux fonctions de MCF et de PR ; il faut être “qualifié” pour pouvoir postuler sur les postes ouverts au concours dans les universités. Le CNU attribue 50% des promotions dans les deux corps, les autres 50% sont décidées au niveau local. Il accorde des congés pour recherche ou conversion thématique. Le CNU nouvellement élu a été doté d’une mission supplémentaire (statut de 2009) : l’évaluation des enseignants-chercheurs tous les 4 ans. Enfin, le CNU a un mandat de quatre ans ; il demeurera donc en place après le printemps 2012. 

Critères de nomination ? Au vu des résultats des élections, le MESR peut nommer telle ou tel pour ses compétences scientifiques reconnues dans le milieu, pour instaurer un équilibre entre les sous-disciplines ou entre les “écoles”, entre les origines géographiques et universitaires des membres de la section. Il est bien sûr tentant, pour le MESR, de nommer des PR et des MCF qui lui sont “politiquement” proches. Nommés du “fait du Prince” : c’est déjà arrivé ; cela arrivera encore, en l’état du système d’élection et de nomination au CNU. Débattre d’une réforme ?

Section 6 du CNU (Sciences de Gestion). La liste “Variance” s’est présentée aux suffrages des enseignants sous la bannière : “refus de l’auto-promotion, renouvellement des personnes, diversité des candidats” (profession de foi). Variance a obtenu la majorité relative dans les deux collèges (43% et 44% des suffrages) et a 10 sièges sur 24 (résultat des élections), loin devant les autres listes (Autonome SUP, 15%, et SNESUP-SGEN, 15%).

Lettre ouverte de Variance au directeur de cabinet de Laurent Wauquiez : “le mécanisme de nomination a été utilisé [par le passé] pour renverser les majorités issues des urnes… Nous nous élevons naturellement contre l’utilisation politiques des nominations au CNU qui ont eu lieu par le passé“… Variance plaide pour que “les 36 membres du CNU soient tous des membres issus des urnes… ou que les membres nommés soient désignés par le Ministère sur proposition de chacune des listes, au prorata du nombre de voix à l’issue du scrutin”.

Laurent Wauquiez, sasn vergogne, n’a tenu aucun compte de ces deux propositions. Dans un communiqué, Variance s’indigne : “le Ministère est resté sourd à nos appels et n’a tenu aucun compte des propositions de noms qui lui ont été communiquées. Nous relevons, par ailleurs, que sur les 12 membres nommés, 7 au moins sont directement liés au Syndicat Autonome (qui a obtenu 15% des suffrages à l’issue du processus électoral”.

Tout se passe comme s’il y avait le feu dans la maison ministérielle. Laurent Wauquiez commence-t-il à compter les mois qui lui restent à la tête du MESR ? Il invente un fort cocasse “comité des pairs” pour accompagner les universités qui vont aller dans le mur financier en 2012. Il place des enseignants politiquement proches dans des instances-clés et qui vont perdurer au-delà de 2012. Des nominations, “faits du Prince”, dans les autres sections du CNU ? D’autres dénis de démocratie ?

Be Sociable, Share!