Catégories
Pierre Dubois

La prime à Bordeaux 3 : 7, 6, 1

Bordeaux 3 Michel de Montaigne. Les personnels ont voté le 6 mars 2012 pour élire leurs représentants aux conseils centraux. Les étudiants ont voté les 7 et 8 mars. Chronique du blog et commentaires “engagés” : trois candidats à la présidence. Les résultats des élections des représentants du personnel (au Conseil d’administration en particulier) sont publiés sur le site de l’université. Michel de Montaigne continue la course en tête pour le trophée de la transparence de l’information.

Pour les deux collèges enseignants, les résultats figurent également sur deux des trois blogs des candidats, Agir (Pierre Beylot) et Alternative (Jean-Yves Coquelin). Seul le blog Partages, blog du “dauphin”, Jean-Paul Jourdan, ne donne pas de résultats. 

Résultats. Un fort taux de participation : 90% dans le collège A, 77% dans le collège B. Nombre de voix et de sièges obtenus par chacune des listes. Comme dans d’autres universités, la prime à la liste arrivée en tête a “frappé” : 7, 6, 1. Dans le collège A des professeurs, Agir emporte 6 sièges et Partages 1 siège pour une différence de 7 voix (59 à 52), Alternative n’obtenant que 8 voix. Dans le collège B, Partages emporte 5 sièges contre 1 à Agir et 1 à Altermative (respectivement 141, 110 et 81 voix).

L’élection du président par le CA de 22 électeurs n’est donc pas jouée. 7 élus pour Pierre Beylot, 6 pour Jean-Paul Jourdan, 1 pour Jean-Yves Coquelin. Pour qui celui-ci votera-t-il ? Décompte des voix sur l’ensemble des deux collèges : Jean-Paul Jourdan (193 voix et 6 sièges), Pierre Beylot (169 voix et 7 sièges), Jean-Yves Coquelin (89 voix et 1 siège). Mais chacun sait que la voix d’un maître de conférences compte moins que celle d’un professeur… Sur l’ensemble des 3 conseils centraux, la liste Partages emporte 25 sièges, la liste Agir, 23, et la liste Alternative, 6. Résultats serrés ! 

Pierre Beylot et Jean-Paul Jourdan seront donc départagés par les élus des BIATOSS (3 sièges pour 4 listes) et par les élus étudiants (5 sièges pour 4 listes). Situation qui s’est déjà produite dans d’autres universités et qui me persuade qu’il faut vraiment abroger le titre de la loi LRU qui porte sur la gouvernance des universités. Réformer la LRU et garder un régime présidentiel ? Si oui, il faut élire le président avant d’élire les conseillers. 

Les négociations entre les candidats et les élus BIATOSS et étudiants vont aller bon train dans les jours qui viennent. Chaque voix va compter ! Rappelons que les listes BIATOSS et étudiantes ne sont pas tenues de dire, dans leur profession de foi, pour quel candidat à la présidence leurs élus vont voter. Au coeur des discussions : la réforme interne de l’organisation de l’université et son impact sur les conditions de travail, la situation financière de l’université, les SHS et les investissements d’avenir, l’IDEX et les relations avec les autres universités d’Aquitaine…

Autant les personnels BIATOSS sont concernés très directement par ces enjeux, autant les étudiants vont d’abord mettre en avant les conditions de l’enseignement et de la vie étudiante. Une élection dans le contexte de Bordeaux 3 peut tenir à si peu ! Renvoyer le sortant ? Les élus au Conseil d’administration doivent relire les professions de foi de Pierre Beylot et de Jean-Paul Jourdan.

Be Sociable, Share!