Les politiques et l’université

Alors que la campagne officielle va être lancée le 9 avril et comme il l’avait fait pour les primaires socialistes, Universitas commence aujourd’hui sa couverture de l’élection reine de la Ve République. Les propositions sur l’éducation au sens large et l’enseignement supérieur en particulier sont très présentes. Le site Sauvons la recherche a mis au point un comparatif des propositions des candidats pour s’y repérer.

Mais c’est aussi sur le bilan du quinquennat que le président sortant sera jugé. Si les Français sont majoritairement favorables au principe d’autonomie (y compris chez les sympathisants socialistes, les Verts et les apolitiques), la loi phare de Nicolas Sarkozy sur les universités peine, elle, à convaincre, de son “succès”, comme le proclame pourtant dans Libération Françoise Guégot, la secrétaire nationale de l’UMP en charge de l’enseignement supérieur.

Pour 58 % des personnes interrogées, les budgets des universités n’ont par exemple pas été assez augmentés, selon le sondage Ipsos sur l’image des universités pour EducPros et Campus communication. “Il existe un décalage entre la perception des Français et la réalité” estime le ministre Laurent Wauquiez.

Thomas Piketty, directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’Ecole d’économie de Paris revient, lui, sur ce qu’il nomme “les mensonges de Sarkozy” concernant notamment l’augmentation des moyens des universités. Un débat récurrent ces derniers mois, et qui a pris un tour politique lors de la discussion du budget 2012 au sénat, passé à gauche.

Le rapport spécial de Philippe Adnot au nom de la commission des finances estimait que loin des 9 milliards promis, le “montant effectif des augmentations de moyens paraît plus proche de 5 milliards d’euros”.

> La semaine prochaine : l’université fait-elle une élection ?

 

Leave a Reply