Catégories
Pierre Dubois

Lille 1. A la recherche de 6 voix !

Philippe Rollet, président de l’université de Lille 1 Sciences et Technologies, devenu administrateur provisoire, peut-il être réélu ? La liste qui soutient sa candidature, Construire ensemble une grande université”, n’a obtenu, aux élections du 12 avril 2012, que 5 élus au Conseil d’administration dans les deux collèges enseignants (1 + 4). Isam Shahrour, ancien vice-président du Conseil scientifique, soutenu par la liste Ambition. Pour une université de notoriété internationale, solidaire, innovante et engagée dans son territoire”, se trouve dans la même situation : 5 voix (4 + 1). Philippe Rollet et Isam Shahrour sont donc à égalité : pour être élu par la majorité absolue du CA de 20 membres, ils doivent donc obtenir 6 voix de plus que leur capital de départ.

Résultats des élections du 12 avril. Election du président, le 11 mai 2012. Lire également les chroniques des 5 et 6 avril et leurs 14 commentaires : “Lille 1 vote le 12 avril” et “L’étudiant précise pour Lille 1“. 

Le scrutin lillois comporte des singularités et des similitudes avec les autres scrutins universitaires. Deux similitudes. Assez bonne participation au scrutin et hiérarchie habituelle des taux selon les collèges : 82,6% dans le collège des 413 professeurs, 77,1% dans celui des 1.180 autres enseignants, 68,2% dans celui des 1.486 BIATOSS, 14,4% dans celui des 20.236 étudiants. A noter au passage que l’université de Lille 1, parce qu’université scientifique et ancienne, a un taux d’encadrement des étudiants qui n’est pas parmi les pires !

Autre similitude avec d’autres scrutins : la prime majoritaire accordée à la liste arrivée en tête, “la prime tueuse“, a joué en sens inverse dans les deux collèges enseignants, mettant à égalité de sièges la liste “Construire ensemble” (Rollet) et la liste “Ambition” (Shahrour).

Nombreuses singularités du scrutin lillois. La première. Le CA ne comporte que 20 élus, dont 12 enseignants. La majorité des universités, comme le leur permet la loi LRU, ont choisi d’avoir un CA de 22 élus (dont 14 enseignants). Le poids des BIATOSS (3 sièges) et des étudiants (5 sièges) est donc renforcé à Lille 1. Les étudiants et les BIATOSS devraient faire l’élection. Négociations en cours.

Deuxième singularité : aucun des deux présidentiables ne s’est présenté comme tête de liste au CA. Le futur président disposera cependant d’une voix au CA, s’ajoutant à celles de la liste qui a soutenu sa candidature.

Troisième singularité : le nombre très important de listes (toutes les professions de foi). A ma connaissance, Lille 1 détient le record : 25 (6 dans le collège des professeurs, 5 dans celui des autres enseignants, 7 dans celui des BIATOSS, 7 dans celui des usagers). Dans un scrutin avec prime majoritaire à la liste arrivée en tête, la pléthore de listes est incompréhensible, sauf si on dépose une liste, non pour avoir des élus, mais pour compter ses voix. 11 listes n’ont aucun élu au CA : 3 dans le collège A, 2 dans le collège B, 4 dans le collège BIATOSS, 2 dans le collège des étudiants. 14 listes se partagent les 20 sièges : dispersion des voix et des sièges. Comment Philippe Rollet et Isam Shahrour vont-ils parvenir à capter 6 voix pour être élu ?

Quatrième singularité. La pléthore de listes est due à l’existence de nombreuses listes syndicales dans les collèges enseignants et BIATOSS. Les syndicats patentés ont choisi de ne pas soutenir officiellement un des deux candidats à la présidence. A noter que Lille 1 a presque toujours, depuis 1970, élu un président SNESUP. La division syndicale n’est pas une stratégie gagnante. Les listes intersyndicales FSU et CGT, présentes dans les trois collèges, n’obtiennent que deux sièges (1 dans le collège B, un dans le collège BIATOSS). Les listes SGEN-CFDT, présentes également dans les 3 collèges, n’obtiennent aucun siège. UNSA Education obtient un siège chez les BIATOSS.

Cinquième singularité. Dynamisme, Pluralité et Engagement (profession de foi) a présenté des listes dans les 4 collèges ! Elle obtient 2 sièges, 1 dans le collège des professeurs et 1 dans le collège… des étudiants. Ce doit être un cas unique en France !

Sixième singularité. Si Philippe Rollet est réélu, il sera, chez les enseignants, un président minoritaire en voix par rapport à son challenger, Isam Shahrour. La liste soutenant ce dernier a en effet a obtenu 136 voix dans le collège A et 231 dans le collège B, soit un total de 367. La liste soutenant Philippe Rollet n’en a obtenu que 332 (97 dans le collège A, 235 dans le collège B). Une seule voix d’écart dans le collège B : fait-elle ou fera-t-elle l’objet d’un recours en contentieux ?

Quoi qu’il en soit, les deux présidentiables n’ont obtenu que la majorité relative des suffrages exprimés dans les deux collèges enseignants : 29,8% pour Shahrour, 27% pour Rollet. A eux deux, ils ne totalisent que 56,8% des suffrages exprimés. Ce score affaiblit leur légitimité future, même s’ils pourront arguer de leur élection à la majorité absolue par un corps électoral réduit à 20 membres ! Oui, il faut abroger la gouvernance de la LRU.

Septième singularité. L’existence, dans le collège des usagers, de la liste Avenir (profession de foi). Elle est arrivée en tête chez les étudiants avec 813 voix et a obtenu un des 5 sièges étudiants. Le lecteur peut s’intéresser à la composition nominative de cette liste. Cette liste a donné lieu sur ce blog à des polémiques. Lire la chronique, “L’étudiant précise pour Lille 1“, et les commentaires. Selon cet étudiant bien informé et rendu anonyme avec mon accord, cette liste aurait été montée par Isam Shahrour et disposerait de beaucoup de moyens. Ce que des étudiants de Lumière du Maroc, candidats sur cette liste, contestent (commentaires 5, 6 et 7). 

Lille 1 élira prochainement son président, à moins qu’aucun des deux présidentiables n’atteigne la majorité absolue de 11 voix, après plusieurs tours ou jours de scrutin. Ce n’est pas impossible dans cette situation de grande confusion et d’incertitudes. Ce serait une première dans les élections universitaires 2012 et une huitième singularité du scrutin lillois. Lille 1 aurait dû se passer d’un tel imbroglio et devrait pouvoir se consacrer davantage aux vrais défis : la recréation de l’université de Lille. 35 chroniques de ce blog sur le SUP dans le Nord Pas-de-Calais.

Be Sociable, Share!