Catégories
Pierre Dubois

5.000 postes pour 50% de diplômés

5.000 postes pour l’enseignement supérieur promis par François Hollande. Pourquoi ? Pour faire progresser les taux de succès en premier cycle. Le lien postes / taux de succès procède d’une hypothèse forte : un taux d’encadrement plus élevé améliore les conditions d’études et donc les taux de succès.

Le problème est que cette hypothèse n’a jamais été confirmée ou infirmée par des études statistiques rigoureuses et pour une raison simple : lacunes de données. Personne ne connaît le taux d’encadrement dans chacune des années de premier cycle. Personne ne sait qui enseigne en 1er cycle : quelle part des services d’enseignement assurée par des professeurs, des maîtres de conférences, des PRAG et PRCE, des professeurs associés, des ATER, des doctorants sous contrats, des vacataires ? Cette donnée indispensable pour réfléchir sérieusement ne figure dans aucun des bilans sociaux des universités.

Il est donc indispensable de ne pas se précipiter pour recruter 5.000 enseignants supplémentaires en 1er cycle. Il faut mettre les bœufs avant la charrue, procéder avec ordre et méthode. 1. Tenir les assises de l’enseignement supérieur et de la recherche : aucune date n’est annoncée. Inadmissible !

2. Refonder la statistique publique malmenée par le gouvernement sortant : on ne peut penser la réforme nécessaire du premier cycle sans avoir toutes les données statistiques indispensables (cf. également infra la question du taux de diplômés du supérieur).

3. Refonder le 1er cycle et ne pas se contenter de cataplasmes sur une jambe de bois : cf. la question des quotas pour l’accès aux classes préparatoires, aux IUT et aux BTS. Cette refondation doit concerner l’ensemble des formations post-bac : licence, DUT, BTS, CPGE et autres formations. Elle passe d’abord par l’abrogation immédiate de l’arrêté Wauquiez sur la réforme de la licence : “oui, la licence est bradée. La refondation du premier cycle doit être discutée dans les Assises. Je ne désespère pas d’y voir discuté le projet porté par ce blog : “Universités et Instituts d’enseignement supérieur en 20 propositions“.

Ne pas se précipiter mais ne pas reporter aux calendes grecques les réformes absolument nécessaires. Il n’est pas inutile de rappeler que trois réformes du premier cycle ont été faites par un gouvernement en fin de course : réforme Bayrou en 1997, réforme LMD en 2002, réforme Pécresse Wauquiez en 2011. Souhaitons que la nouvelle loi pour le 1er cycle puisse être votée entre octobre 2013 et mars 2014.

4. La réforme étant faite : y consacrer des postes. Il y a urgence à réformer le 1er cycle mais ce serait une grave erreur de recruter dans l’urgence de nouveaux enseignants.

L’objectif de parvenir à 50% de diplômés du supérieur dans les jeunes générations est inscrit dans la loi sur l’École de 2005. Il ne figure ni dans les 39 engagements de François Hollande, ni dans sa réponse à la lettre à la présidente de CPCNU. L’objectif est-il abandonné ? Chronique à suivre.

Be Sociable, Share!