Catégories
Caroline Chanlon

2.0 : quoi de neuf en 2012 ?

Le terme web 2.0 a été largement popularisé par Tim O’Reilly en 2005 dans son texte “What is web 2.0“. Un terme qui a d’ailleurs “essaimé” :  politique 2.0, culture 2.0, entreprise 2.0, … Un terme à la mode donc qui représente bien une tendance : l’humain au cœur du système, le pouvoir aux utilisateurs, mais qui véhicule aussi son lot d’idées reçues et de fausses vérités.

Le web 2.0  c’est le passage de l’utilisateur “inactif” qui consulte, consomme l’information à l’internaute actif qui va produire du contenu, le partager ou le commenter. C’est cet état de participation, de collaborativité, d’intelligence collective même qui marque à priori la bascule du 1.0 au 2.0. Force est de constater que tous les internautes ne sont pas des commentateurs, des blogueurs, des influenceurs et pourtant ils sont bien des acteurs du web collaboratif, aussi, je propose : “web 2.0 = lieu qui présente la caractéristique d’être construit sur des contenus postés par des membres”.

On a tendance à faire de ce terme un concept magique : “Entreprises, prenez le virage 2.0 !” C’est le remède pour sortir de la crise … Pour moi, le web 2.0 a pour grand mérite d’avoir fait émerger de nouveaux rédacteurs et ainsi de nouveaux points de vue (à trier du coup parmi la masse de fausses informations et de faux experts).

Quoi qu’il en soit, les médias sociaux sous entendent plusieurs grandes vérités :

– C’est une culture qui m’enferme chez moi

A priori, aller sur Internet implique de se retrouver face à un écran, souvent seul. On parle de culture 2.0 ou de “culture de la chambre”. Un état qui sur le principe suggère la solitude et l’isolement mais il semble qu’il n’en est rien. Les médias sociaux apparaissent pour la plupart comme un moyen d’étendre ses relations avec les gens que je fréquente déjà. Mon premier réflexe lorsque je me connecte sur un réseau n’est-il pas de chercher les personnes que je connais ? D’autre part, les communautés parfois très ciblées autour d’un intérêt commun développeraient le sentiment d’appartenance et réduiraient l’isolement. A vérifier dans les années à venir sur les jeunes générations …

– C’est pour les jeunes

La plus forte progression sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis concernent les plus de 65 ans… Ces publics sont de plus en plus actifs. Une tendance qui arrive en France à grande vitesse. Qui a ses parents, beaux parents sur Facebook ?

D’autre part, les plus de 30 ans sont de plus en plus présents sur les plateformes de blogs : ce sont eux qui rédigent et proposent le plus de contenus.

– Les pratiques ne sont pas prêtes de changer : Facebook est le Roi

A première vue, les jeunes vont sur Facebook pour chatter avec leurs amis, oui, mais pas que … Il semble que les jeunes délaissent peu à peu le réseau aux 900 millions de membres pour Twitter. La raison ? Trop de monde qu’ils connaissent, le sentiment d’être épié par ses connaissances mais aussi par ses parents, oncles, cousines, … qu’ils n’ont pas eu le cœur à refuser comme “ami”. Sur Twitter, la possibilité d’anonymat et le rapport différent qu’ils entretiennent avec leur réseau ont su convaincre les plus jeunes.

A noter que Facebook est bien implanté en Europe et aux US mais il n’a pas réussi à convaincre de grandes zones géographiques comme la Russie (vKontakte) ou  la Chine (RenREn, QZone)

Pour moi le web 2.0 est devenu un concept marketing, on met du 2.0 partout … Le web c’est le web ! Aujourd’hui, il a un idéal de collaborativité et d’échanges et demain ce sera certainement autre chose …

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *