Catégories
Jean-Luc Vayssière

Les étudiants n’iront pas à pied de Saclay à Versailles ou Saint-Quentin

L’attractivité de la future Université Paris Saclay est conditionnée par la perspective d’excellentes conditions d’études et de meilleures liaisons en transport en commun entre ses différents campus, vers Paris et Orly.

La confirmation par le Premier Ministre, lors du 7e Forum de la recherche et de l’innovation fin octobre, des contours géographiques du cluster Paris Saclay, au-delà du Plateau de Saclay, et incluant Versailles et Saint-Quentin est une avancée majeure.

Mais la construction de la ligne de transport en commun Orly-Versailles demeure une condition sine qua non pour que les campus de l’UVSQ soient partie prenante du futur cluster mondial. Les investissements immobiliers consentis par l’Etat sur le plateau du Moulon à Saclay ne doivent pas faire oublier la nécessité de relier les campus de Versailles, de Saint-Quentin-en-Yvelines, et de Vélizy sur lesquels l’UVSQ est implantée.

C’est pourquoi, le 27 novembre dernier, le conseil d’administration de l’UVSQ s’est prononcé à l’unanimité en faveur du soutien à la motion votée quelques jours auparavant par le Conseil général des Yvelines sur la ligne verte du Grand Paris Express et sur le projet Eole.

La nécessité d’améliorer le réseau de transports rassemble tous les acteurs du territoire. Yves Vandwalle, vice-président du Conseil général des Yvelines, a présenté la motion aux administrateurs en indiquant que « le transport entre Saint-Quentin-en-Yvelines, Versailles et Saclay est essentiel ». Il a affirmé : « l’UVSQ est une très belle réussite et le partenariat privilégié avec Paris Saclay est (aussi) le choix du Conseil général. »
Président de l’Etablissement Public Paris Saclay, Pierre Veltz a renchéri « j’ai toujours pensé que c’était important que l’UVSQ fasse partie du projet  Paris Saclay. La liaison de transport rapide est essentiel ». Enfin, le représentant du président de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, Jean-Pascal Dumas, a confirmé en séance que « la Casqy soutient le projet de transport présenté par le Conseil général et confirme son intérêt pour Paris Saclay. »

Une belle unanimité donc, même si le doute plane sur la réalisation effective du Grand Paris, son financement n’étant pas assuré. Car comme l’a rappelé le Premier Ministre, le budget prévisionnel 2013-2015 ne prévoit pas le milliard d’euros nécessaire au lancement de la construction du futur métro automatique.

« La réalisation de la ligne de métro automatique du Grand Paris Express est nécessaire, et elle devrait donc être réalisée pour apporter une réponse efficace, globale à la saturation du réseau actuel et pour le développement de toute la région. Mais je veux vous le dire franchement, l’exercice d’actualisation des coûts et de priorisation des travaux du futur métro automatique, a été engagé par Cécile Duflot à ma demande, mais c’est indispensable. Je veux savoir exactement quel est le coût, pour l’instant nous ne l’avons pas précisément. Des chiffres qui ont été annoncés, ils sont sous-estimés ; par ailleurs, il faudra décider dans quel ordre nous faisons, mais nous ferons. (…) Nous disposerons de tous les éléments en début de l’année prochaine. Et sur ces bases, dès que cela sera nécessaire, et en 2015, et dès 2015 s’il le faut, nous mettrons en place la dotation du milliard au capital de la société du Grand Paris. La liaison jusqu’à Saclay trouvera naturellement sa place dans ce cadre. Car le développement urbain, universitaire et économique de Paris-Saclay ne peut se concevoir sans qu’un moyen de transport adapté ne desserve le plateau et l’accompagne dans sa montée en puissance. »

Discours prononcé par le Premier Ministre au 7e Forum de la recherche et de l’innovation (30/10/12)

En savoir plus sur le Grand Paris Express

En savoir plus sur le Grand Paris Express

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *