Universités d’entreprise : le tournant !

Universités d’entreprise : le tournant !

 

Les Universités d’Entreprise sont à la mode, avec des modèles, des organisations, des gouvernances et des projets  différents dans chaque entreprise.

Et certaines sont redevenues de simples centres de formation, parce que c’était ce que les gens en place savaient faire, et ce que la DRH leur demandait. Il faut dire que la dimension réglementaire de la formation en France les y poussait naturellement.

Mais ce n’est pas la mission originelle de ces instances.

Leur vocation est par nature stratégique, tournée sur l’avenir, et on ne mélange pas une fonction de conservation et transmission des savoirs avec celle d’un laboratoire de recherche.

En se structurant, en prenant du pouvoir, et de la place (parfois un château) ces entités se sont parfois lourdement cristallisées et sont désormais moins réactives.

Les Directions Générales ont besoin de vecteurs de performance, de transformation, d’invention de solutions et d’avenir pas de musées archéologiques. La fonction innovation, ingénierie et consulting doit dominer le fonctionnement. La réactivité est leur leitmotiv. La proximité de la DG est un must de leur positionnement. La lecture  du projet stratégique de l’entreprise, doit être le livre de chevet du responsable. Ces instances seront jugées sur leur capacité à améliorer les performances, résoudre les problèmes (action learning), inventer des solutions avec les clients et les fournisseurs.

Les entreprises se sont dotées de systèmes d’accompagnement interne, de procédures de contrôle de gestion, de suivi financier et marketing. Il faut un dispositif identique et innovant sur l’amélioration de la performance et la résolution de problème.

Attaquer la question de l’Université Interne sous l’angle de la formation uniquement c’est être certain d’avoir à terme des difficultés : perte de pertinence et de légitimité, coûts non contrôlés, rentabilité non démontrée. Tout change trop vite pour construire des mausolées du savoir.

Les Chief learning officers doivent devenir des  R&D performance and solution improvement. Le learning n’est qu’un moyen pas la finalité. La FNEGE ( www.fnege)  et le projet CORES, Corporate executive Education Survey peut les aider à faire le bon diagnostic.

 

 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.