A distance ou en salle, la qualité d’un cours dépend de l’intention pédagogique de l’enseignant

Les ingrédients d’un bon cours sont toujours les mêmes, quel que soit le mode de diffusion : en salle ou en amphi d’un côté, à distance et médiatisé d’autre part.

Dans les deux cas, peu importe le matériel dont vous disposez, le niveau supposé de vos étudiants, le point du programme que vous avez à traiter. L’essentiel tient à votre intention pédagogique.

Si vous prenez au sérieux les recherches en didactique qui se mènent dans le champ des sciences de l’éducation, si donc vous êtes convaicus du fait que l’apprentissage expérientiel, l’apprentissage collaboratif, la métacognition… améliorent la rétention, la construction et la compréhension des savoirs chez l’apprenant, alors vous ne lirez plus vos cours devant un amphi de 400 personnes, et vous ne déposerez pas 200 pages de fichiers pdf sur la plateforme de votre établissement.

C’est ce que démontre de manière époustouflante Josiane Basque, enseignante à la TELUQ et chercheuse au centre de recherche LICEF, dans une communication réalisée en 2008, lors d’un colloque sur lequel j’ai eu à me pencher récemment.

Regardez les exemples de pages de cours fournis par J. Basque : on aurait envie de suivre de tels cours, n’est-ce pas ? Bien plus que de rester assis pendant 2 ou 3 heures à écouter un prof lire son cours, bien plus également que de lire un pavé occupant plusieurs Mo sur notre ordinateur, désigné comme « le cours de la semaine » !

Manifestement, J. Basque dispose d’un service multimédia très performant à la TELUQ. Mais cela n’empêche pas certains de ses collègues de continuer à réduire leurs cours (suivis à distance par des centaines d’étudiants de par le Québec) à de gros fichiers pdf qu’il faut lire tout seul dans son coin…

Car entre la ressource et l’apprenant, il y a le cours, cet espace si particulier qui donne sens et organisation à la matière brute … Nous y reviendrons.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , ,

Article du on samedi, janvier 8th, 2011 at 19:56 dans la rubrique enseignement supérieur, Formation enseignants, utilisation ressources numériques. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

6 commentaires “A distance ou en salle, la qualité d’un cours dépend de l’intention pédagogique de l’enseignant”

  1. Dubois dit:

    « L’essentiel tient à votre intention pédagogique ». Diantre ! En 40 ans d’enseignement supérieur (en présentiel et, dans la dernière période, avec des cours mis en ligne), je n’avais jamais pensé que je devais avoir une intention pédagogique pour faire un bon cours. Pour moi, sociologue, « l’intention pédagogique » n’est pas dans mon univers intellectuel.

  2. christine-vaufrey dit:

    L’intention pédagogique est ce qui permet de passer de la ressource au parcours d’apprentissage, ce qui permet de bâtir le cours, conçu autrement que comme une simple opération de transfert de contenu de l’un vers les autres. Il y a sûrement plusieurs dénominations possibles pour ce qui relève si précisément du métier de l’enseignant, mais je ne peux croire que le terme ne vous évoque rien 🙂

  3. formation à distance dit:

    je suis entièrement d’accord c’est l’intention pédagogique de l’enseignant qui compte, merci pour le partage

  4. laurent-carraro dit:

    Bien que Directeur d’une école en STIC qui assure nombre d’enseignements à distance, je reste convaincu que tout cela reste un outil. Ceci même si la transformation des outils peut poser des problèmes de fond (penser à la crise de la presse).
    Tout cela pour dire que je suis convaincu du bien fondé de cette remarque sur l’intention pédagogique.
    Mais tout cela pose la question de l’engagement des enseignants (car préciser l’intention nécessite du temps, quelquefois beaucoup de temps).
    Voir mon post sur le sujet.
    http://blog.educpros.fr/laurent-carraro/2010/09/17/quel-interet-un-enseignant-chercheur-a-t-il-a-enseigner/

  5. zohra dit:

    Excellent contenu dans lequel je m identifie pleinement !
    Il est vrai que le bon cours ne se limite pas à ce qui se passe dans la salle pendant une ou deux heures , mais se trouve ailleurs : dans cette empathie avec l etudiant , dans cette envie d apprendre et de transmettre plus que des savoirs, surtout l amour du Savoir !

    Les eleves sentent lorsque cette synergie existe , et font la difference entre celui qui dicte et s en va , et le vrai professeur qui communique et laisse des traces sur tous les plans !

    Merci pour ce merveilleux blog que je decouvre avec passion : je seria une fervente adhérente !

  6. Dubois dit:

    D’accord avec Laurent Carraro et avec Zohra.

Laisser un commentaire