Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ?

La rentrée approche, y compris dans les universités. Dans certaines facs, les étudiants de 1e année sont convoqués dès le 1er septembre, et bénéficieront avant le commencement officiel des enseignements de sessions de sensibilisation aux Tice. Quelques profs auront également cette chance, comme ceux de Lyon 1 par exemple, d’après ce que nous en dit le camarade Batier, du service Icap.

Qui oserait encore proposer des formations aux enseignants sur la confection des diaporamas, les fameux PowerPoint, comme s’il n’existait que ce logiciel pour projeter des diapos dans les amphis ? Tous les enseignants et formateurs devraient aujourd’hui avoir une micro-puce greffée dans leur poignet, qui ferait office à la fois de matériel et de logiciel, ça éviterait des dépenses d’équipement et le transport de matériel. Ceci, car le diaporama est devenu le nouveau bloc-note de l’enseignant ou du formateur, le support sur lequel il note l’essentiel de ce qu’il a à transmettre. Et c’est bien là le problème.

Car un diaporama est fait pour soutenir le propos de l’enseignant, pas pour s’y substituer. Remarquez, ça pourrait être intéressant : le prof lancerait son diaporama en mode « automatique », il le sonoriserait, et il irait boire un café en attendant la fin. Je parie qu’il serait rejoint par de nombreux étudiants.

Petite suggestion : pour renouveler vos diaporamas de photos de vos vacances, substituez une description écrite sur grand écran à vos images. Vous aurez un franc succès, car vous ressemblerez alors aux conférenciers les plus sérieux.

L’absurdité du propos précédent montre à quel point l’on se fourvoie en remplissant ses diapos de texte. L’écran, c’est fait pour projeter des objets visuels. Les mots en font partie, éventuellement, à condition d’être traités comme des objets visuels. Malheureusement, nombre de diaporamas projetés dans le cadre de l’enseignement ou de la formation ressemblent encore trop à des livres debout : du texte, dense, serré, qui déborde même parfois du cadre de la page. L’étudiant est alors écartelé entre deux opérations mentales consommatrices de concentration : écouter son prof, ou lire ce qui est affiché à l’écran. Souvent, on lui offre même un troisième support de communication : la photocopie des diapos ! Et il paraît que les étudiants ne savent plus se concentrer ? …

Pensons donc plutôt en termes de complémentarité. Et soyons clairs : le message principal, c’est le prof qui le transmet, en parlant. Le support visuel n’est là que pour accompagner le discours, focaliser l’attention des étudiants, rythmer et structurer la présentation grâce à des images, des mots et des chiffres clés. Le support visuel est une aide puissante à la mémorisation, non parce qu’on est censé retenir tout le texte qui y est écrit, mais parce que les images constituent des points d’appui, des pense-bête qui permettront d’amorcer le travail de mémorisation du discours principal, qui est oral.

Illustration : voyez ce diaporama de François Guité, enseignant d’anglais au Québec, sur la i-génération. On constate une nette prédominance de l’image sur le texte, ce dernier n’étant présent que sous forme de citations. Du discours de Guité, point. Mais on peut lui faire confiance pour ne pas se contenter de quelques citations. J’aurais aimé être dans la salle.

Oui mais, trop facile, Guité utilise les outils numériques pour parler du numérique, rien à voir avec ce que je dois transmettre à mes étudiants, je m’occupe de choses abstraites, je ne peux pas les illustrer…

OK. Autre exemple : le cours de philosophie de François Jourde consacré à la morale et dans ce diaporama, à la pensée de Kant. Là, c’est du lourd, du compliqué, de l’abstrait. Peu de faits, beaucoup de concepts. Et pourtant, ça marche.

Un point commun à ces deux exemples : les diaporamas ne tiennent pas debout tout seuls. ils ne peuvent être utilisés sans l’enseignant qui va avec. Et c’est précisément ce qui fait leur qualité. Loin de simplifier une pensée (les fameuses listes à puces qui hiérarchisent artificiellement le propos, les énoncés court qui le simplifient…), ils l’enrichissent en mobilisant l’oeil et le sens esthétique de l’étudiant, en complément (et seulement en complément) de son intelligence et de sa capacité de concentration.

Ces diaporamas éminemment visuels comportent un défaut majeur : ils ne peuvent servir de pense-bête à l’enseignant. Ce dernier n’a plus la possibilité de lire ses diapos. Doit-il alors apprendre par coeur son texte, pour ne pas avoir l’air ballot en lisant ses notes ? Point du tout. L’enseignant astucieux sait utiliser les outils du présentateur sur son logiciel préféré de création de diaporama. Sur l’écran de son ordinateur s’affichent deux fenêtres : ce que voient les étudiants d’une part, et le texte qu’il a préparé d’autre part, invisible pour l’auditoire. C’est magique.

Ces propos n’ont rien d’original. Je travaille sur le sujet depuis plusieurs années, et d’autres bien plus experts que moi m’ont précédée. Mais il n’empêche qu’à la première séance de travail collectif avec mes collègues formateurs, nous allons remettre la question sur le tapis : « tu crois que… ces diapos… tout ce texte… Qu’est-ce que tu dirais de le remplacer par ces images ? » Jusqu’au jour où nous aurons le plaisir de participer ensemble à un atelier de formation sur les diaporamas ou même, pourquoi pas, à un Pecha Kucha. Tiens, créer des compétitions universitaires de Pecha Kucha, en voilà une bonne idée. Qui est partant ?

Illustration : capture d’écran d’un diaporama de François Jourde, consacré à la philosophie politique antique. Lorsque le mot devient objet graphique.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , ,

Article du on lundi, août 29th, 2011 at 13:35 dans la rubrique culture numérique, enseignement supérieur, Formation enseignants. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

17 commentaires “Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ?”

  1. Emilie Bouvrand dit:

    Bonjour,
    Votre billet est juste et l’usage abusif du diaporama est une réalité en enseignement mais aussi lors des colloques et séminaires où parfois il est même imposé.
    Quelle est la plus-value du diaporama quand il est surchargé de texte, d’image, sans compter le discours de l’orateur qui vient se rajouter à cela…Bug cognitif…
    Oui, oser former les enseignants à réaliser un diaporama efficace est possible du moins ce sera le défi à l’Université de Bretagne Sud cette année! Il faudra aussi (in)former quelques personnes du Ministère aussi, quelques personnes qui parlent des TICE…mais arrêtons-nous là!

    Voici quelques ressources qui m’ont aidé à construire la formation auprès des enseignants :
    http://www.mindmeister.com/fr/50144813/lyon-concevoir-et-sc-nariser-un-diaporama-num-rique-pour-l-enseignement-formation-lyon-i-11-05-10

    http://neolien.com/Module%20%E0%20faire%202008/docs%20tech%20pour%20faire/JAMET_REPA%5B1%5D.pdf

    Je conseille la lecture des travaux d’Eric Jamet de l’Université de Rennes2 :
    « Peut-on concevoir des documents électroniques efficaces? »
    « Concevoir des documents multimédias pour améliorer la compréhension »
    « Comprendre et apprendre avec des documents multimédias »

  2. christine-vaufrey dit:

    Merci Emilie pour ce précieux commentaire, rempli de références fort utiles. Et bon courage pour votre formation !

  3. Mediacteur dit:

    🙂
    Merci Christine…

    De fait, quand je commence une formation sur la création de diaporamas en évoquant toutes les situations où l’on peut… s’en passer, ça fait sourire ! (Genre, le formateur se tire une balle dans le pied).
    Mais j’en rajoute en évoquant ensuite les autres usages du diaporama que le seul soutien visuel à l’orateur-conférencier… Là, on commence à s’interroger (J’avais pas pensé à ça). Et quand j’en viens avec les défauts majeurs des utilisateurs de PPt… bcp se reconnaissent. Le must, c’est quand des formés qui suivent la formation ont été envoyés par leur patron pour qui ils font les diaporamas sur base d’un contenu (texte… très long et compliqué, bien sûr) à mettre sous forme d’écrans… et qu’ils me disent : « Mais c’est à eux que s’adresse d’abord la formation ! C’est eux qui devraient venir vous entendre ce que vous dites ! »
    Médiacteur

  4. Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ? | Education et TICE | Scoop.it dit:

    […] Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Enseignants, qu’allez-vous montrer … Qui oserait encore proposer des formations aux enseignants sur la confection des diaporamas, les fameux PowerPoint, comme s’il n’existait que ce logiciel pour projeter des diapos dans les amphis ? Tous les enseignants et formateurs devraient aujourd’hui avoir une micro-puce greffée dans leur poignet, qui ferait office à la fois de matériel et de logiciel, ça éviterait des dépenses d’équipement et le transport de matériel. Ceci, car le diaporama est devenu le nouveau bloc-note de l’enseignant ou du formateur, le support sur lequel il note l’essentiel de ce qu’il a à transmettre. Et c’est bien là le problème Source: blog.educpros.fr […]

  5. Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ? | Mon moleskine | Scoop.it dit:

    […] Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ? […]

  6. Guillaume Andrieux dit:

    Merci pour ce billet !

    En intervention face aux étudiants ou aux personnels de mon université, j’ai besoin de ce support visuel : ça me rassure, ça détourne le regard de l’auditoire…
    J’essaie d’être très visuel, mais la difficulté est aussi de trouver l’image qui corresponde à ce que l’on veut exprimer ou illustrer. Et c’est chronophage ! Je suis impressionné par le diaporama François Guité que vous mettez en exemple. Comment a-t-il trouvé tous ces visuels ??

    Vous ouvrez une porte vers la diversification des méthodes de projection (« comme s’il n’existait que ce logiciel pour projeter des diapos »), sans donner de piste. Pouvez-vous nous indiquer d’autres solutions qui renouvellent la pratique du diaporama ?
    Merci !

    Guillaume Andrieux, Université Blaise Pascal – Clermont Ferrand 2

  7. Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ? | Social education 2.0 | Scoop.it dit:

    […] Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ? […]

  8. Patrick Mascart dit:

    Merci Madame pour votre billet fort intéressant. Mais sa portée n’est elle pas réduite à un champ pédagogique littéraire? Comment procéder pour enseigner, disons le tenseur des contraintes en hydrodynamique ? Utiliser (autrement) le PowerPoint offre alors une possibilité d’illustrer dynamiquement la forme et l’interprétation des équations, et ceci avec une liberté que la lenteur du cours au tableau noir n’avait pas. Il est alors important de donner aux étudiants en complément un support imprimé (ou un livre) leur permettant de retrouver la genèse des résultats avec précision, alors que le cours oral illustre plutôt l’importance conceptuelle du résultat et les motivations qui le sous-tendent. Le cours oral n’a toujours été qu’une orientation donnée à l’étudiant pour organiser son travail personnel, sur les textes. Le PowerPoint ne change pas cette situation. Dire que le message du prof est purement oral, c’est peut être se limiter à un champ d’enseignement de connaissances inductives, voire diffuses… La motivation par l’esthétique des illustrations est, certes, utile car l’enseignant doit d’abord séduire son auditoire, mais l’enseignement n’est pas limité à une causerie sur un sujet. En sciences, c’est précisément là que se situe la séparation entre la « conférence » allusive et récréative et le « cours » plus profond et ambitieux.

  9. christine-vaufrey dit:

    @Guillaume : merci pour votre commentaire… et pour vos questions! Il existe des montagnes d’outils permettant de chercher des images gratuites libres de droits d’une part et de créer des diaporamas sans se contenter systématiquement de PPoint d’autre part.
    Commençons par le deuxième élément, les alternatives à PPoint. Vous pouvez bien entendu utiliser l’outil de présentation de la suite bureautique libre Open Office, Impress (la suite Open Office est par exemple téléchargeable ici : http://www.01net.com/telecharger/windows/Bureautique/editeur_de_texte/fiches/31555.html). Vous y trouverez toutes les fonctionnalités nécessaires, et en particulier la précieuse fonction « notes » qui vous permet de voir le texte qui accompagnera vos diapos, sans le montrer à vos étudiants ! Le seul défaut d’Impress est de ne pas proposer beaucoup de modèles (templates) au départ… pas de panique, vous pourrez en télécharger autant que vous voudrez en furetant sur votre moteur de recherche préféré, et par exemple en suivant ce lien : http://www.pardus-fr.org/forum/index.php?topic=354.0
    Vous pouvez aussi réaliser une belle présentation avec l’outil « présentation » de Google documents. Dans ce cas, votre diaporama sera réalisé en ligne, mais vous pourrez bien sur l’importer sur votre machine si vous le souhaitez.
    Les applications online de présentation se comptent désormais par dizaines. En voici une liste (en anglais) : http://vandelaydesign.com/blog/tools/online-presentation-tools/ J’apprécie particulièrement Prezi http://prezi.com/, qui adopte un concept très original de diapos animées, et Slide Rocket http://www.sliderocket.com/, qui possède des moteurs de recherche intégrés pour trouver l’image ou la vidéo correspondant le mieux à vos souhaits !
    Dans tous les cas, on vous proposera des versions de base gratuites, et vous devrez acheter une licence mensuelle / annuelle pour avoir plus d’espace de stockage, plus de fonctionnalités, etc. Mais on peut déjà faire de très bonnes choses avec la version de base.

    Pour les banques d’images. Flickr (www.flickr.com) dispose par exemple d’une énorme bibliothèque d’images sous licences Creative Commons. Vous pouvez également chercher des images placées sous licences libres avec les fonctions avancées de recherche de Google. Wikimedia (http://commons.wikimedia.org/wiki/Accueil ) est aussi un excellent réservoir d’images gratuites sous licences libres. Ici, une liste de banques d’images gratuites et libres de droits : http://ien-saverne.site.ac-strasbourg.fr/spip.php?article77 Et vous avez bien sûr le moteur de recherche Creative Commons : http://search.creativecommons.org/
    Vous avez raison, la recherche d’images est une activité chronophage… du moins, au début. Car on apprend à choisir les bons mots-clés, ceux qui donneront les résultats souhaités. Et faites comme François Guité, confectionnez votre propre banque d’images et réutilisez-les d’un diaporama à l’autre (hum, pas devant les mêmes personnes 😉 )
    Dans tous les cas, soyez fair play : mentionnez la source de l’image utilisée, de préférence en posant un lien vers l’image d’origine, surtout si vous publiez votre diaporama et que vos étudiants peuvent le consulter en-dehors de votre cours, sur Slideshare (http://www.slideshare.net/ ) par exemple… Le moteur de recherche Firefox possède une bonne extension qui permet de mentionner la source d’une image sous licence Creative Commons, Open Attribute : https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/openattribute/
    Je vous souhaite d’excellents diaporamas pour cette année !

  10. christine-vaufrey dit:

    @ Patrick : merci pour ce commentaire qui ajoute une dimension fort intéressante à l’utilisation du diaporama en cours, cette fois pour les cours scientifiques et techniques. Dans ces disciplines, le discours oral du prof me semble demeurer la composante essentielle du « cours », c’et à dire de la médiation entre l’apprenant et le savoir à construire / apprendre. Mais bien entendu, les figures et équations jouent un rôle fondamental et encore plus, comme vous le dites si bien, tout ce qui précède leur état final, la démonstration, la construction, etc. Dans ce cas, le diaporama est-il l’outil le mieux adapté ? Je n’en suis pas certaine. Il existe des applications mathématiques, de physique, etc. qui permettent justement de s’appuyer sur la dynamique de ces objets en construction. Le tableau blanc (TBN), projetable via un vidéoprojecteur, est aussi un outil intéressant, dans la mesure où il permet de donner à voir le « discours graphique » de l’enseignant (excusez cette expression un peu littéraire, je vous l’accorde), c’est à dire la manière dont il construit le sens de l’objet d’apprentissage par le geste et l’organisation des éléments visuels. Et quand il est partagé, c’est à dire quand les étudiants l’ont aussi sur leur propre poste, il autorise toutes les constructions communes.
    A mon sens, le diaporama est un outil utile pour des démonstration statiques, qui souligne un propos relevant du constat. Son esthétisation concourt à cette fonction, dans la mesure où l’image appuie le propos, contribue à sa mémorisation grâce à des repères visuels forts. Mais peut-être avez-vous des exemples d’utilisation dynamique du diaporama ? Dans ce cas, je serais heureuse de les connaître car je travaille sur la conception de diaporamas avec des formateurs et enseignants de toutes disciplines, y compris techniques.

  11. Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ? | TICE | Scoop.it dit:

    […] Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Enseignants, qu’allez-vous montrer … […]

  12. Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Enseignants, qu’allez-vous montrer à vos étudiants cette année ? | Les TIC comme stratégie d'enseignement - apprentissage | Scoop.it dit:

    […] Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Enseignants, qu’allez-vous montrer … Source: blog.educpros.fr […]

  13. thomas dit:

    Pour ceux que ça intéresse, quelques ressources que j’avais conçues à l’occasion d’une formation sur ce sujet en Roumanie:
    http://reseaupensant.net/post/Comment-reussir-ses-diaporamas-de-presentation
    et pour illustrer ses supports numériques
    http://reseaupensant.net/post/Petite-boite-a-outils-pour-illustrer-ses-supports-numeriques

  14. Jean-Yves Poitrat dit:

    Pour les enseignants de l’Ecole des Ponts ParisTech j’ai mis en ligne quelques conseils pour la conception de diaporamas numériques, ils sont en internet ici : https://educnet.enpc.fr/course/category.php?id=97. A toutes fins utiles. Qu’allons-nous montrer à nos étudiants ? Une réponse, un voeu : moins de diapos (surtout si elles sont remplies de textes), plus de nous même, plus de notre passion.

  15. Emilie Bouvrand dit:

    Eh, eh que de références ici!
    @Guillaume Andrieux, on peu aussi utiliser une autre forme que le diaporama comme la carte conceptuelle que l’on déroule lors d’un cours.
    Vous reprenez votre place d’orateur et la plus-value de la carte illustre bien votre plan et permet de se repérer.

    Emilie Bouvrand, Université de Bretagne Sud

  16. Emilie Bouvrand dit:

    @Patrick Mascart. Pour moi, la possibilité d’illustrer dynamiquement la forme et l’interprétation des équations, serait offerte non par le diaporama mais par l’usage d’un TBI qui me semble serait très adapté à reconstituer une démarche scientifique et le résultat mathématique, offrant la possibilité de filmer ce qui se fait au tableau et de capter votre voix et votre cheminement et de le mettre ensuite en ligne. Cela dit je ne suis pas experte en didactique des mathématiques et des sciences.

  17. Christine Vaufrey dit:

    @Thomas et @Jean-Yves, merci pour ces nouvelles ressources.
    @Emilie : je vais dans votre sens, le TBI (que je préfère appeler TBN comme Numérique, car l’Interactivité qui nous est vendue comme « naturelle » dans ce produit ne l’est évidemment pas) me semble être l’outil adéquat pour les démonstrations dynamiques.

Laisser un commentaire