Les MOOCs, instruments de domination sociale ? Comme le système éducatif lui-même !

cuillere-d-argent2Actuellement, c’est Ludovia, l’université d’été consacrée au numérique à l’école organisée dans un charmant village de l’Ariège, où la majorité des enseignants de l’éducation nationale actifs sur Internet se retrouvent chaque année. Je ne suis pas à Ludovia, mais je regarde ce qu’il se dit sur Twitter de cet événement. Et ce matin, je lis que Dominique Cardon, participant à la soirée inaugurale hier soir, aurait dit que « Les MOOCs permettent à ceux qui en savent déjà beaucoup d’en savoir encore plus ». Ces propos sont rapportés par une personne présente dans la salle et s’adonnant au live tweet, pas par Cardon lui-même, je le précise. Et je me doute bien qu’un tweet simplifie beaucoup la pensée de notre sociologue préféré.

Quoi qu’il en soit, en lisant ces mots, je grimpe au lustre, comme Manuel Valls le week end dernier mais pas tout à fait pour les mêmes raisons : quoi ! Cardon tire sur les MOOCs en les accusant d’être des instruments de domination sociale, de renforcer la position de ceux qui ont déjà tout ! Et je pense au discours exactement inverse que nous tenaient les grosses compagnies américaines qui ont lancé la vogue des MOOCs : enfin, le savoir est accessible à tous, partout, sans considérations de fortune, de localisation, de diplômes… Alors, sommes-nous dans une xième illustration de notre amour immodéré pour la théorie du complot (« ils avancent masqués et sous couvert de démocratisation ils imposent leur loi, leur ambition est de nous faire disparaître et de régner sans partage », discours bien connu dès qu’il s’agit de réagir à une initiative américaine), ou dans un formidable ratage ?

Ou bien, sommes-nous tout simplement dans le système éducatif français, dont l’enquête PISA dénonce, édition après édition, sa remarquable capacité à entretenir la domination des classes supérieures et à barrer la route de la réussite aux plus modestes ? Les MOOCs français ressembleraient-ils, dans leur majorité, au système au sein duquel ils naissent, directement (MOOCs académiques) ou indirectement (MOOCs réalisés par des organisations extérieures au système éducatif formel mais nourris et inspirés par celui-ci, jusqu’à la caricature) ?

La question porte la réponse : OUI. Oui, comme en témoigne cette floppée d’experts qui viennent nous présenter, tout farauds, leur spécialité, dans des vidéos assommantes; oui, comme en témoigne aussi le nombre important de MOOCs de profs faits pour les profs. Oui,  comme en témoigne également l’absence d’annonce de ces cours dans les espaces, matériels et immatériels, fréquentés par la majorité de la population, celle qui ne se lève pas en se disant « tiens ! à quoi je vais me former aujourd’hui ? » mais qui pourrait, éventuellement, constater qu’une formation sur tel ou tel sujet lui serait utile pour améliorer tel ou tel aspect de son existence. Et qui n’a jamais entendu parler des MOOCs.

Alors, on fait quoi ?

On continue comme ça, on reste à l’intérieur et on entretient la machine en se disant qu’on n’a pas le choix, que la société est construite de cette façon et qu’on arrivera quand même à en sauver quelques-uns, que ça sera notre satisfaction d’éducateur au moment de la retraite ?

On sort en claquant la porte avec ces fortes paroles « dans ces conditions, je ne peux plus travailler » pour ne pas assumer l’échec, on va planter des carottes ou ouvrir un resto ? Dans le genre d’un certain ministre de l’éducation qui se barre une semaine avant la rentrée scolaire ?

Ou alors, on cherche, on essaie, on fabrique des MOOCs et d’autres objets de formation évolutifs, on n’est jamais complètement content du résultat mais on sait aussi reconnaître les trucs qui marchent, on écoute avec la plus grande attention les réactions des participants et on utilise leur formidable capacité critique, on va présenter ses produits à des gens qui n’en ont a priori rien à faire sans se dire qu’il faut les convaincre mais plutôt en oubliant toutes nos hiérarchies et nos idées préconçues ?

Arrêtons le cynisme et le désenchantement. Passons à l’action, en profitant de l’espace immatériel, bien moins pesant que les bâtiments éducatifs, pour faire preuve d’imagination et retrouver de l’ambition. Si changement il y a, il sera le produit non d’une quelconque « pente naturelle » ou « révolution technologique » aux effets miraculeux, mais bien celui de la volonté et de l’effort d’acteurs déterminés.

Tags: , , , , , ,

Article du on Mardi, août 26th, 2014 at 12:23 dans la rubrique conception de cours, enseignement supérieur, MOOC, Non classé. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

13 commentaires “Les MOOCs, instruments de domination sociale ? Comme le système éducatif lui-même !”

  1. Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archi... dit:

    […]   […]

  2. Michel Boustani dit:

    « On continue comme ça, on reste à l’intérieur et on entretient la machine en se disant qu’on n’a pas le choix, que la société est construite de cette façon et qu’on arrivera quand même à en sauver quelques-uns, que ça sera notre satisfaction d’éducateur au moment de la retraite ? »

    Bonjour Christine,
    Je reprends un paragraphe de votre article pour – du moins pour moi – illustrer ce qui me motive depuis plusieurs années d’agir à contre-courant envers cette « logique » qui veut que les « ténors » de l’éducation (petit é) continuent de prôner leur idéologie quant à l’Éducation (grand É).
    La politique de la peur semble être l’argument privilégié pour maintenir ce contrôle sur la démocratisation de l’enseignement, de l’éducation en définitive.
    Si les MOOC ou autres moyens de dispenser savoir et éducation usaient du mode parfaitement linéaire et descendant, je suis certain que les critiques en auraient fait une éloge sans pareil.
    Le savoir semble être devenu un enjeu stratégique, voire un enjeu de survie pour les détracteurs.
    MOOC ou pas MOOC, le savoir ne peut plus croupir dans les cerveaux d’une élite ou se perdre dans les dédales des bases de données statiques des systèmes informatiques!
    J’ai pris une décision, j’ai fait un choix: celui de dire non je ne suis plus d’accord, mais aussi de promouvoir la sensibilisation sur ces enjeux et proposer des concrètement des solutions aussi minimes soient-elles mais jamais plus de garder le silence!

  3. christine-vaufrey dit:

    Michel, nous sommes bien d’accord :-) Dehors, pour enfin être actifs et proposer des alternatives !

  4. Les MOOCs, instruments de domination sociale ? ... dit:

    […] Actuellement, c’est Ludovia, l’université d’été consacrée au numérique à l’école organisée dans un charmant village de l’Ariège, où la majorité des enseignants de l’éducation nationale actifs sur Internet se retrouvent chaque année.  […]

  5. Les MOOCs, instruments de domination sociale ? ... dit:

    […] Actuellement, c’est Ludovia, l’université d’été consacrée au numérique à l’école organisée dans un charmant village de l’Ariège, où la majorité des enseignants de l’éducation nationale actifs sur Internet se retrouvent chaque année. Je ne suis pas à Ludovia, mais je regarde ce qu’il se dit sur Twitter de cet événement. Et ce matin, je lis que Dominique Cardon, participant à la soirée inaugurale hier soir, aurait dit que « Les MOOCs permettent à ceux qui en savent déjà beaucoup d’en savoir encore plus ». Ces propos sont rapportés par une personne présente dans la salle et s’adonnant au live tweet, pas par Cardon lui-même, je le précise. Et je me doute bien qu’un tweet simplifie beaucoup la pensée de notre sociologue préféré.  […]

  6. Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archi... dit:

    […] Actuellement, c’est Ludovia, l’université d’été consacrée au numérique à l’école organisée dans un charmant village de l’Ariège, où la majorité des enseignants de l’éducation nationale actifs sur Internet se retrouvent chaque année. Je ne suis pas à Ludovia, mais je regarde ce qu’il se dit sur Twitter de cet événement. Et ce matin, je lis que Dominique Cardon, participant à la soirée inaugurale hier soir, aurait dit que « Les MOOCs permettent à ceux qui en savent déjà beaucoup d’en savoir encore plus ». Ces propos sont rapportés par une personne présente dans la salle et s’adonnant au live tweet, pas par Cardon lui-même, je le précise. Et je me doute bien qu’un tweet simplifie beaucoup la pensée de notre sociologue préféré.  […]

  7. Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archi... dit:

    […] RT @cvaufrey: Les #MOOC , instruments de domination sociale ? #inegalite #fatalisme #bourdieu http://t.co/IP3wZFFInD http://t.co/L8QSSa3cBa  […]

  8. Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archi... dit:

    […] Je ne suis pas à Ludovia, mais je regarde ce qu’il se dit sur Twitter de cet événement. Et ce matin, je lis que Dominique Cardon, participant à la soirée inaugurale hier soir, aurait dit que « Les MOOCs permettent à ceux qui en savent déjà beaucoup d’en savoir encore plus ». Ces propos sont rapportés par une personne présente dans la salle et s’adonnant au live tweet, pas par Cardon lui-même, je le précise. Et je me doute bien qu’un tweet simplifie beaucoup la pensée de notre sociologue préféré.  […]

  9. Les MOOC, instruments de domination sociale ? |... dit:

    […]   […]

  10. duport dit:

    Bonjour Christine,

    L’élite dont on parle, c’est les personnes qui s’intéressent aux MOOCs…. qui cherchent à apprendre… On a eu une première génération de MOOC. La seconde va élargir le public cible et ses thématiques. L’effet disruptif inquiète l’ancienne élite pas la celle qui émerge de ces MOOCs. Moi je fais le parie de la destruction créatrice… Les idées et les projets vont émerger là où on ne s’y attend pas.

    A très bientôt et bonne rentrée

    François

  11. christine-vaufrey dit:

    François, je suis bien d’accord avec toi. Le processus de changement est progressif, nous fonctionnons tous par essais-erreurs et en accumulant chemin faisant les bonnes pratiques et en éliminant ce qui ne marche pas (enfin, on devrait ;-) ). Ce que je trouve fort dommageable, ce sont les prises de position qui considèrent les Moocs associés à une forme donnée, et pas la meilleure, soit pour la critiquer en oubliant que les Moocs sont comme les autres produits d’apprentissage les enfants d’un système, soit pour les encenser et faire l’apologie de ce système dont on connaît parfaitement les défauts majeurs. Alors effectivement, l’amélioration viendra très certainement d’ailleurs, de l’extérieur, des espaces où l’on a plus intérêt à changer qu’à demeurer dans l’immobilisme…

  12. Signets du jour (weekly) | ticechampagnole dit:

    […] Le blog de Christine Vaufrey » Blog Archive » Les MOOCs, instruments de domination socia… […]

  13. Le goût des autres, vers l’éducation pour tous | Jamais sans mon laptop dit:

    […] regrettais dans un billet récent que nombre de MOOCs soient proposés à ceux qui nous ressemblent, qu’ils renforcent la […]

Laisser un commentaire