Le blog de Claude Lelievre

Tous ensemble?

Les syndicats du monde scolaire sont loin d’être unis, bien au contraire, si l’on excepte leurs oppositions aux choix budgétaires gouvernementaux et à la diminution qui se poursuit des postes d’enseignants

On peut le mesurer dans deux dossiers d’actualité importants : celui de la réforme des lycées, et celui de la fixation du moment des concours de recrutement dans les cursus de masters.

 Division foncière quant à l’annonce récente de la ‘’réforme’’ ( ou de simples ‘’changements’’ ? ) concernant le lycée

On peut saisir combien la déception de certains syndicats enseignants ( SE-Unsa, Sgen-CFDT ) ou étudiants et lycéens ( UNEF, Confédération étudiante, UNL ) peut être grande en se rappelant le texte qu’ils avaient signé ensemble lorsque le premier projet de réforme avait été ‘’ajourné’’, en janvier 2009.

 

-l’organisation du lycée est modulaire : modules communs et modules d’exploration en  ) ) econde ; modules communs et modules de spécialisation progressive en cycle terminal.Les voies générales et technologiques sont fusionnées.

-les modalités de la certification terminale ( baccalauréat ) tiennent compte de cette nouvelle organisation : les modules sont capitalisés après validation en cours de formation. En plus de cette capitalisation, le baccalauréat fait l’objet d’un nombre réduit d’épreuves terminales et d’une épreuve intégrée représentative du parcours de l’élève.

-Les modules sont définis par des connaissances et des compétences à acquérir. Le mode d’évaluation est précisé à l’avance. Les modules peuvent être pluri-disciplinaires, interdisciplinaires ou disciplinaires.

-Un temps d’accompagnement doit être prévu de façon spécifique dans les emplois du temps, encadré par des professeurs référents, avec deux objectifs distincts à moduler tout au long de l’année scolaire : un travail d’élaboration du parcours personnel et le suivi des apprentissages réalisés, dans le cadre de petits groupes d’élèves.

-L’accompagnement des élèves, le travail en équipe et la participation au pilotage de l’établissement font partie des missions des enseignants et sont intégrés dans leurs services.

-L’accompagnement, le travail personnel, la vie associative, les relations entre pairs, entre jeunes et adultes, l’apprentissage démocratique sont des dimensions importantes pour la formation et l’insertion du futur citoyen. Leur donner du temps implique de limiter l’horaire des cours des élèves.

Au contraire, deux autres syndicats ( le SNES et le SNALC ), majoritaires à eux deux parmi les enseignants du secondaire, ont à l’opposé apprécié que les  » changements  » envisagés n’aillent pas ( ou très peu ) dans ce sens . Et ces deux syndicats ce sont surtout montrés soucieux que les  » deux heures hebdomadaires d’accompagnement  » nouvellement prévues pour les lycéens ne soient pas prises sur le temps actuel des disciplines ( dans leur souci foncièrement prioritaire de garder les positions disciplinaires acquises, et les statuts et services d’enseignement acquis ).

 Division foncière quant au moment des concours de recrutement dans les cursus de masters

Six syndicats ( le SGEN, le SE-Unsa, Sup Recherche Unsa, le Snuipp, l’Unef et le Snessup ) ont écrit le 16 octobre au ministre de l’Education nationale Luc Chatel pour lui demander de mettre le concours à la fin de l’année de Master 1, car cela permettrait  » d’éviter à de nombreux jeunes de s’engager dans une année de formation en M2 que l’intégration massive d’étudiants dans la seule filière des ‘’métiers de l’éducation’’ risque de mettre en danger « . Et cela faciliterait aussi ( plutôt qu’un concours placé en M2 ) l’organisation des stages et éviterait de concentrer sur une demi-année toutes les épreuves du concours ).

 Au contraire, le SNALC et le SNES ( ce denier syndicat étant pourtant dans la même fédération syndicale FSU que le Snessup et le Snuipp précédemment cités ) soutiennent que le concours doit être placé en M2 ( tout à leur conception de faire place en priorité aux cursus des disciplines académiques ). A eux deux, le SNALC et le SNES ne représentent – pour cette question-là – que le tiers des enseignants concernés ( car il s’agit – ici – non seulement du secondaire, mais aussi du supérieur et du primaire ).

On verra, dans l’état de ces divisions syndicales, à qui le ministre de l’Education nationale donnera ‘’raison’’…

 

 

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Rachel

    Dans la liste des syndicats qui souhaitent que le concours de recrutement soit placé en M2, vous avez oublié AutonomeSup.
    http://autonomesup.com/upload/3345_AUTONOMESUP-Communiqu-du-22-oct-2009-2-V2.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.