Le blog de Claude Lelievre

Capes de lettres classiques: 20 démissions

On peut lire ci-dessous, in extenso, la lettre de démission adressée au ministre de l’ Education nationale signée  par 20 membres du jury du Capes de Lettres classiques à l’issue de la session 2010. C’est l’épilogue d’un affrontement ( rare )  qui a commencé en février 2010 ( cf mes billets datés du 3 février, du 10 mars et du 4 avril ).

Paris, le 14 juillet 2010

Les membres soussignés du jury du Capes de Lettres Classiques
à
Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale
S/C Monsieur le Président du jury du Capes de Lettres Classiques

Nous, soussignés membres du jury du Capes de Lettres Classiques, avons fait savoir et tenons à faire de nouveau savoir notre franche et ferme opposition à la réforme présentée par l’Arrêté du 28 décembre 2009 fixant les sections et les modalités d’organisation des concours du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré, publié au Journal Officiel du 6 janvier 2010. Nous avons demandé à plusieurs reprises l’ouverture de la concertation qui avait été promise par le Ministère comme préalable à la publication des arrêtés, et qui n’a pas eu lieu. Nous tenons à rappeler ici les principaux points de contestation qui relèvent directement de notre compétence:

– Concernant les épreuves écrites, nous déplorons le passage de 3 à 2 épreuves d’admissibilité, qui représente pour notre Capes pluridisciplinaire un préjudice considérable dans l’évaluation équitable de la triple compétence, en français et en langues anciennes, des futurs professeurs de collèges et lycées. La solution adoptée pour maintenir le grec et le latin à l’écrit du concours (à savoir une épreuve « fourre-tout » comportant une brève version latine, une brève version grecque et une question de civilisation) étant à la fois peu sérieuse et d’une invraisemblable complication, nous avons demandé instamment, au nom de la sauvegarde des humanités, la restauration de deux épreuves de version (latine et grecque).

 Concernant l’oral, nous estimons que la disparition de l’épreuve d’explication de texte latin ou grec, qui n’est nullement compensée par la question de culture antique intégrée à l’épreuve écrite de langues anciennes, est extrêmement dommageable à la formation des enseignants de lettres. Dans la mesure où un concours de recrutement de professeurs ne peut se dispenser de vérifier leur aptitude scientifique dans toutes les matières qu’ils auront à enseigner, nous avons demandé soit la restauration de l’épreuve orale d’explication de texte en langues anciennes soit, à défaut, l’instauration d’un tirage au sort entre français et langues anciennes pour la « leçon ». Cette dernière solution nous semble un pis-aller acceptable dans la mesure où elle garantit la présence des langues anciennes à l’oral tout en s’inscrivant dans le nouveau cadrage.

 Nous pensons en effet que l’épreuve de didactique ne saurait suffire à vérifier les capacités des candidats à traduire et expliquer un texte en langues anciennes. Il est en effet déraisonnable de croire qu’il serait possible au cours d’une seule et même épreuve portant prioritairement sur l’étude critique d’un dossier pédagogique et sur « l’éthique du fonctionnaire », d’évaluer par surcroît, de façon sérieuse et approfondie, le savoir et les compétences disciplinaires en langues anciennes.

Compte tenu du fait que nos demandes réitérées de concertation sont demeurées sans réponse, compte tenu du fait que nos suggestions et notre avis ont été totalement ignorés des autorités compétentes, nous, soussignés, parce que nous ne souhaitons pas participer à un concours dont nous réprouvons le contenu, avons décidé, au nom de toute une discipline sérieusement menacée, de vous présenter collectivement notre démission du jury du Capes de Lettres Classiques à l’issue de la session 2009-2010.

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos respectueuses salutations.

Aline Estèves (Maître de Conférences de Latin, Université Montpellier III)
Anne de Crémoux (Maître de Conférences de Grec, Université Lille III)
Anne Vialle (Professeur agrégé de Lettres Classiques, CPGE et secondaire, Lycée Montaigne, Bordeaux)
Anne-Marie Favreau-Linder (Maître de Conférences de Grec, Université Clermont II)
Augustin d’Humières (Professeur agrégé de Lettres Classiques, Lycée Jean Vilar, Meaux)
Bénédicte Delignon-Delaunay (Maître de Conférences de Latin, ENS Lyon)
Danièle Sabbah (Maître de Conférences de Littérature Française, Université Bordeaux III)
Emmanuèle Caire (Professeur de Grec, Université Aix-Marseille I)
Françoise Jourdan (Professeur agrégé de Lettres Classiques, CPGE, Lycée Montaigne, Bordeaux)
Laure Echalier (Maître de Conférences de Latin, Université Montpellier III)
Malika Bastin-Hammou (Maître de Conférences de Grec, Université Grenoble III)
Marine Bretin-Chabrol (Maître de Conférences de Latin, Université Lyon III)
Maryse Palévody (Professeur agrégé de Lettres Classiques, CPGE, Lycée Saint Sernin, Toulouse)
Michèle Gally (Professeur de Littérature Française, Université Aix-Marseille I)
Michèle Guéret-Laferté (Maître de Conférences de Littérature Française, Université de Rouen)
Pascale Barillot (Professeur agrégé de Lettres Classiques, Lycée Camille Pissarro, Pontoise)
Sabine Luciani (Professeur de Latin, Université Grenoble III)
Sophie Gotteland (Professeur de Grec, Université Bordeaux III)
Thierry Brigandat (Professeur agrégé de Lettres Classiques, CPGE, Lycée Lycée Guist’hau, Nantes)
Thomas Guard (Maître de Conférences de Latin, Université de Besançon)

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.