Le blog de Claude Lelievre

 »PISA France »:très moyen et très inégalitaire

Ce ne sera pas le maelström que certains appréhendaient puisque les résultats des élèves français sont globalement dans la moyenne de l’OCDE, même s’il y a de très préoccupantes inégalités persistantes ( qui sont même en augmentation sensible dans le domaine le plus traité cette fois ci, à savoir la compréhension de l’écrit ).

Les résultats des élèves français aux tests PISA 2009 sont globalement tout à fait moyens dans les trois domaines étudiés : 496 points en compréhension de l’écrit ( contre 493 pour la moyenne des pays de l’OCDE ), 498 en culture scientifique ( contre 501 ), 497  en mathématiques ( contre 496 ).
Dans ce dernier domaine, celui des mathématiques, on avait enregistré une baisse de 15 points entre PISA 2003 ( 511 points de moyenne en France alors ) et PISA 2006 ( 496 points ) et nous en sommes à 497 en 2009. Nous avons donc bien quitté le groupe des pays les plus performants en mathématiques pour nous fondre dans celui qui regroupe ceux qui se situent autour de la moyenne.
Finalement, nous sommes désormais tout juste moyens partout. Il n’y a pas de quoi s’en vanter ; mais ce n’est pas non plus l’affaissement généralement attendu.

Il ne saurait cependant être question de céder à un lâche soulagement, ne serait-ce qu’en raison de résultats qui restent nettement plus dispersés et inégaux en France que dans la moyenne de l’OCDE ; et qui même, parfois, sont encore plus inégaux que dans les enquêtes PISA précédentes.
En mathématiques, les écarts de score entre les élèves les plus performants et les moins performants sont, en France, très élevés. Ainsi, par exemple, le spectre de compétence entre le 5° centile ( l’endroit de l’échelle PISA de culture de mathématique auquel se situent les 5% d’élèves les moins performants ) et le 95° centile ( le niveau de cette échelle que 5% des élèves les plus performants réussissent à atteindre ) est de 300 points en moyenne dans les pays de l’OCDE. Or il atteint 331 points en France ( contre 270 points en Finlande ).

En compréhension de l’écrit, par rapport à PISA 2000, la proportion d’élèves les plus performants a légèrement augmenté en France, passant de 8,5% en 2000 à 9,6% en 2009 ( alors que, dans le même temps, la moyenne des pays de l’OCDE a légèrement baissé, passant de 9% à 8,2% ).
En revanche, la proportion d’élèves peu compétents en compréhension de l’écrit ( en dessous du niveau 2 de compétence ) est passée de 15,2% en 2000 à 19,8% en 2009. Les écarts entre élèves français en compréhension de l’écrit se sont donc accrus ( par le ‘’haut’’ et par le ‘’bas’’ ), et ils sont sensiblement plus forts que ceux de la moyenne des pays de l’OCDE.

De façon générale, les différences de milieu familial entre les élèves expliquent 28% de la variation de la performance des élèves en France ( contre 22% en moyenne dans les pays de l’OCDE ).
Par ailleurs, alors que dans les pays de l’OCDE l’augmentation d’une unité de l’indice PISA de statut économique, social et culturel entraîne l’augmentation du score sur l’échelle de compréhension de l’écrit de 38 points, cette augmentation s’élève à 51 points en France : les résultats des élèves en France sont donc à l’évidence beaucoup plus sensibles aux différenciations socio-culturelles que ceux de la moyenne des pays de l’OCDE.
Ces inégalités persistantes ( voire aggravées ) interpellent. On peut retourner à la case départ ( celle de mon billet précédent ) pour s’interroger.

Be Sociable, Share!

Commentaires (4)

  1. Bonne

    Bonjour,
    Etudiant en école de journalisme à l’ISCPA Paris, je cherche à réaliser une interview dans le cadre d’un reportage concernant l’étude Pisa menée par l’OCDE. Serait-il possible de vous renconter d’ici la fin de journée ou demain dans la matinée. Cela ne prendra pas plus de 15 minutes.

    Cordialement.

    Basile Bonne
    06.87.91.66.81
    basilebonne@gmail.com

  2. claudelelievre (Auteur de l'article)

    Désolé, mais je n’habite pas la région parisienne

  3. JAnselmi

    Bonjour,
    C’est toujours avec grand plaisir que je retrouve vos écrits ici…. Vos analyses sont toujours aussi pertinentes, tout comme vos cours auxquels j’ai assisté à Paris5…..
    Il est vrai que l’on parle beaucoup, dans l’enseignement, de PISA, mais peu de personnes savent vraiment l’exploiter ou l’interpréter objectivement…..
    Dans l’attente de vous lire encore, une ancienne étudiante,
    Josiane Anselmi

  4. Pingback: PISA 2009 : quelles solutions face au constat ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.