Le blog de Claude Lelievre

Concours de recrutement: les échappatoires au CLES 2

Le ministère reconnaît enfin que, dans la situation actuelle, il était impossible que la plupart des candidats aux concours de recrutement d’enseignants puissent être préparés sérieusement au « Certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur 2° degré » ( CLES 2 ) qui était en principe exigé de tous les candidats pour être stagiarisé. Il a été amené sur ce point à suivre les recommandations du récent rapport Jolion sur la formation des enseignants qui pointait que cela était d’une part dissuasif pour certains ( alors même qu’il y a une baisse sensible du nombre de candidats aux concours ) et  d’autre part injuste ( certains pouvant être effectivement préparés, et d’autre pas selon les cursus empruntés et les universités fréquentées).

Il est à noter que, une fois encore dans ce domaine pourtant très important du recrutement et de la formation des enseignants, la décision a été prise de façon impromptue, au dernier moment, quelques jours seulement  avant le début des CAPES qui auront lieu à partir du 15 novembre.
Le pouvoir en place magnifie le rôle des ‘’chefs’’, en particulier dans les établissements ( cf la convention de l’UMP de mardi dernier ). On peut les féliciter !

Réponses aux questions les plus couramment posées ( site du ministère )

Professeurs certifiés stagiaires durant l’année scolaire 2011-2012, candidats à un concours de professeur des écoles à la session 2012

Sous réserve que ce candidat soit titularisé à la date de la rentrée scolaire 2012 en qualité de professeur certifié et qu’il soit nommé professeur des écoles stagiaire à la même date, il pourra faire valoir sa qualité de professeur certifié titulaire et être ainsi « reconnu remplir les conditions » au regard du certificat de langues et du C2i2e conformément aux dispositions de l’article 3 de l’arrêté du 31 mai 2010.
Validité de certaines attestations de langues
Les attestations, certificats ou qualifications équivalentes attestant des compétences en langues de l’enseignement supérieur sont acceptées quelle que soit la durée de leur validité.

Enseignants non titulaires

Les enseignants non-titulaires des établissements d’enseignement publics ou privés sous contrat d’association ou les personnels non titulaires exerçant des fonctions d’éducation dans ces mêmes établissements doivent, pour être reconnus remplir les conditions au regard des certifications en langues et en informatique et internet, bénéficier d’un contrat à durée indéterminée (voir article 3 bis de l’arrêté du 31 mai 2010).

Les enseignants vacataires ou les contractuels en contrat à durée déterminée n’appartiennent pas à l’une de ces catégories précédemment citées et doivent en conséquence justifier des deux certifications requises pour être nommés stagiaires ou titularisés selon le concours réussi.
Crédits en langue vivante étrangère

Un candidat dont le parcours de formation fait apparaître l’obtention de crédits ECTS (European Credits Transfer System) validés en langue vivante étrangère peut être considéré comme justifiant de la certification en langue requise pour être nommé stagiaire en cas de réussite au concours externe présenté.

Exemple : les candidats ex-élèves de CPGE qui ont effectué deux années de classe préparatoire aux grandes écoles et sont admis à intégrer une L3 à l’université après avoir obtenu une équivalence L1 et L2 peuvent être dispensés du CLES2 en présentant le descriptif de leur parcours de formation qui atteste de crédits ECTS qu’ils peuvent faire reconnaître et valider par un établissement d’enseignement supérieur dans lequel ils veulent poursuivre des études.

Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. Irnerius

    Bonsoir Claude. Bel exemple d’absence d’anticipation et bricolage des solutions improvisées et multiples, difficiles à comprendre pour ceux qui sont concernés. De plus, certains cas ont dû être oubliés ! C’est obligé quand on veut tout réglementer !

    Autre joli exemple. J’apprécierais vos commentaires sur la circulaire du 10 octobre 2011 consacrée aux aides spécifiques aux étudiants se destinant au métier d’enseignant. Pour ma part, je n’ai même pas essayé de comprendre. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
    http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=58175

  2. Nicolas

    Bonsoir,
    « les candidats ex-élèves de CPGE […] peuvent être dispensés du CLES2 en présentant le descriptif de leur parcours de formation qui atteste de crédits ECTS qu’ils peuvent faire reconnaître et valider par un établissement d’enseignement supérieur. »

    je suis actuellement dans ce cas, mais je ne comprends pas la condition  » faire valider par un établissement ». Cette condition ne devrait elle pas être nationale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.