Le blog de Claude Lelievre

Concours: pétition contre l’exigence du CLES2 et du C2i

Les syndicats FSU viennent de lancer une pétition contre l’exigence de ces deux certificats dans les concours de recrutement en dénonçant l’inégalité de traitement des candidats devant ces exigences après la publication par le ministère d’un avis exonérant du CLES2 certains étudiants en fonction de leurs cursus et validations obtenues ( cf mon billet du 10 novembre: « les échappatoires au CLES2 » ).

La certification immédiate en langue et au C2i avaient déjà fait l’objet d’une pétition à l’initiative du SNES, du SNUipp, du SNEP, du SNES-SUP, du SNUEP,du SNETAP en vue d’un moratoire d’au moins cinq ans pour le CLES2 et le C2i ( cf mon billet du 19 février ).

Concours d’enseignants

Le CLES et le C2i2e ne doivent pas être exigés pour être recruté


Signer la pétition –   Voir les signataires


Contact: petition@moratoireclesc2i.org

Version pdf pour impression et signatures sur papier

Face à l’impossibilité de mettre en œuvre les conditions de certification imposées aux étudiants pour être nommés fonctionnaire stagiaire le gouvernement a finalement décidé de dispenser du CLES2[1] « tous les candidats, titulaires d’un master qui présentent un relevé de note qui atteste de la validation de crédits dans une langue vivante étrangère », à condition que ces crédits ne soient pas « obtenus par compensation ». Cette mesure, qui n’a été annoncée que de manière informelle sur le site internet du MEN, ne règle pas pour autant tous les problèmes pour les candidats aux concours d’enseignement. Par ailleurs, le gouvernement n’est pas revenu sur l’exigence de la certification C2i2e[2].

De nombreuses inégalités persistent. Sont exclus de cette mesure :

  • les lauréats aux concours ayant obtenu un master dans lequel il n’y avait pas d’ECTS de langue vivante, ainsi que ceux qui l’ont obtenu par compensation ;
  • les candidats qui ont obtenu leur diplôme avant 2002 (DEA, DESS, …) ;
  • les candidats passés par une commission de validation (VES, VAE), etc ;
  • les candidats qui passent certains concours PLP pour lesquels le master n’est pas exigé.

Des lauréats aux concours pourront donc se retrouver dans l’impasse. Cette situation risque de continuer à décourager un grand nombre de candidats de se présenter aux concours de recrutement.

La formation professionnelle de tous les enseignants doit intégrer un niveau de maîtrise des TICE et des langues vivantes. Elle doit faire l’objet d’un cadrage national.

C’est au cours de leur cursus universitaire que les étudiants doivent bénéficier de ces enseignements. Les universités doivent donc avoir les moyens d’assurer ces formations.

Le CLES et le C2i2e ne doivent pas être exigées comme preuves supplémentaires de qualifications pour être nommé fonctionnaire stagiaire en cas de réussite aux concours de recrutement (CRPE, CAPEPS, CAPET, CAPLP, CPE, agrégation) puis pour être titularisé.

Dans l’immédiat, nous exigeons un moratoire suspendant ces exigences pour les cinq années à venir. Ce moratoire doit être traduit en termes réglementaires.

[1] CLES 2 : certificat de compétences en langues de l’enseignement supérieur de deuxième degré.

[2] C2i2e : certificat informatique et internet (C2i) de niveau 2 « enseignant ».

Pétition à l’initiative des syndicats: SNESUP-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNES-FSU, SNUipp-FSU, SNETAP-FSU


Je signe !


Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.