Le blog de Claude Lelievre

Formation des enseignants: les directeurs d’IUFM rassérénés

Fait exceptionnel, les 32 directeurs d’IUFM avaient adressé une lettre ouverte au président de la République fin novembre pour dire leurs vives préoccupations. Suite à la parution du projet de loi  et aux précisions apportées, ils se montrent foncièrement rassérénés, même s’ils s’apprêtent à être vigilants sur la mise en place et sur certains dossiers.

A l’issue d’une séance de travail en plénière les 29 et 30 novembre,  les directeurs d’IUFM s’étaient certes félicités dans leur lettre ouverte au président de la République que dans le pré-projet de loi sur la « refondation de l’Ecole » tous les masters portent la même mention, MEEF  (pour « Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation« ), que les futures ESPE (Écoles supérieures du professorat et de l’éducation) voient leur statut renforcé, et que les concours de recrutement soient modifiés « dans le sens d’une professionnalisation affirmée« . Mais  ils redoutaient de voir se poursuivre « les mouvements engagés en 2009 […] dans le sens d’une déconstruction du potentiel de formation, d’une absence de professionnalisation des filières universitaires et d’une conception de la formation inadaptée aux enjeux de la refondation« .

Dans sa toute dernière déclaration, la CDIUFM (la ‘’conférence des directeurs d’IUFM’’) considère désormais que le projet de loi d’orientation pour la refondation assigne aux futures ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) des  » missions ambitieuses« , qu’elle leur permettra « d’assurer le continuum de formation« , et que le cadre institutionnel prévu peut leur donner « une capacité effective à organiser la formation des enseignants, au sein de l’Université et en relation avec l’institution scolaire ». Elle déclare cependant qu’elle s’apprête à regarder de près comment se mettront en place, « dans les différents sites universitaires« , les processus qui devront « réconcilier la formation des enseignants avec l’Université ». Et les directeurs d’IUFM ne manquent pas de rappeler leurs craintes de voir le cahier des charges limiter l’action des ESPE « au master et à une coordination d’enseignements portés essentiellement par d’autres composantes« , ou que le concours confirme « un M1 centré sur des savoirs académiques suivi par un compagnonnage sur le terrain en M2 ».

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.