Le blog de Claude Lelievre

Ministère de l’Education nationale ou de l’Instruction nationale?

 

Le thème n°4 (sur la « révolution de l’Ecole » ) des « Idées fortes » de la « Droite forte » publiées l’été dernier ( et dont les principaux dirigeants se réclament du  »sarkozisme ») contient une proposition passée quasi inaperçue mais qui n’est pas a priori dénuée de sens, bien au contraire : « Symboliquement, nous renommerons le ministère de l’Education nationale,  »le ministère de l’Instruction nationale » ».

 

Il s’agirait donc de revenir à une priorité dévolue d’abord à « l’instruction » par delà celle qui se serait imposée ensuite, à savoir une priorité donnée à « l’éducation ». Et, de fait, lorsqu’un ministère de plein exercice a été créé pour l’Ecole en 1824, la dénomination a d’abord été celle de « l’Instruction publique » avant qu’en 1932 le ministère devienne celui de « l’Education nationale ».

Mais cela ne signifie pas du tout qu’en réalité on est passé de  »l’instruction » à  »l’éducation » (de ‘‘l’instructif » à  »l’éducatif ») si l’on regarde de près ce qui s’est passé, loin s’en faut. Le premier ministère de plein exercice dévolu à l’Ecole a d’ailleurs été institué en pleine période  »ultra-royaliste » et  »cléricale » par l’ordonnance du 26 août 1824 qui crée un « ministère des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique » confié à Mgr Denis Frayssinous (qui était déjà « grand-maître de l’Université », la supervision de l’Ecole étant alors intégrée au ministère de l’Intérieur) : il y va de ce que l’on appelait alors le ‘gouvernement des esprits ». Ce paradigme de  »l’Etat éducateur » a été repris explicitement par François Guizot et Jules Ferry lui-même ( l’intitulé « instruction publique » ayant été préféré à celui d’ »éducation nationale » parce que ce dernier intitulé appartenait plutôt au moment le plus révolutionnaire et le plus démocratique de la Révolution française : et ceci aussi a du sens…).

 

Jules Ferry à la Chambre des députés le 26 juin 1879 : « Quand nous parlons d’une action de l’Etat dans l’éducation […], nous attribuons à l’Etat le seul rôle qu’il puisse avoir en matière d’enseignement et d’éducation. L’Etat n’est point docteur en mathématiques, docteur en physiologie, en chimie. S’il lui convient, dans un intérêt public, de rétribuer des chimistes, des physiologistes, s’il lui convient de rétribuer des professeurs, ce n’est pas pour créer des vérités scientifiques ; ce n’est pas pour cela qu’il s’occupe de l’éducation : il s’en occupe pour y maintenir une certaine morale d’Etat, certains doctrines d’Etat qui importent à sa conservation ». Et le ministère est toujours celui de l’ « Instruction publique » ( auquel s’ajoute parfois celui des  »Cultes » )…

 

Il est non moins significatif que la changement de dénomination du ministère effectué par Anatole de Monzie le 3 juin 1932 se situe dans la perspective de la mise en place d’une « Ecole unique » , à savoir un système scolaire plus démocratique qui mette fin au système dual d’une  »école pour les privilégiés » ( avec ses lycées ou collèges et leurs classes élémentaires, toujours payantes) et une  »école pour les enfants du peuple » ( avec ses écoles communales, gratuites). On comprend alors ( et dans ce sens là…) que l’intitulé « éducation nationale » soit préféré à celui d’ « instruction publique »…

 

Décidément l’Histoire est plus compliquée ( et plus révélatrice) qu’on ne le pense généralement.

 

Partagez ce billet !

Commentaire (1)

  1. Chang Burson

    Très bon article thks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>