Le blog de Claude Lelievre

Ministres et secrétaires d’Etat du Supérieur et/ou de la Recherche

 

L’inattendu retournement de situation de Geneviève Fioraso qui passe du statut de ministre de plein exercice de l’Enseignement supérieur et de la recherche à celui de simple secrétaire d’Etat invite à un retour vers le passé des titulaires de ces différentes responsabilités, à commencer par Alice Saunier-Seïté qui a connu – elle- un destin tout à fait inverse puisqu’elle est passée directement de son statut de secrétaire d’Etat aux Universités (de janvier 1974 à janvier 1976) à celui de ministre de plein exercice (le premier du genre) des Universités (de janvier 1978 à mai 1981).

Le seul autre cas de changement de statut dans ce domaine (mais de façon discontinue et dans un sens qui peut être considéré comme » normal ») est arrivé à François d’Aubert, qui a été secrétaire d’Etat à la Recherche de novembre 1995 à juin 1997 avant d’être ministre délégué chargé de la recherche de mars 2004 à juin 2005.

Il y a eu sous la cinquième République, depuis la nomination du premier secrétaire d’Etat aux Universités décidée par Valéry Giscard d’Estaing le 8 juin 1974 ( à savoir Jean-Pierre Soisson, qui a exercé de juin 1974 à juin 1976), seize personnes en tout à ces postes de responsabilité. Une seule est devenue ensuite ministre de l’Education nationale : François Fillon qui, après avoir été ministre de plein exercice de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de mars 1993 à mai 1995, s’est retrouvé ministre de l’Education nationale de mars 2004 à juin 2005.

 

Sur ces seize personnes, cinq femmes ( à noter qu’il n’y a eu aucune femme parmi les 26 ministres de l’Education nationale qui ont été nommés depuis le début de la cinquième République). Trois des cinq ministres de  »plein exercice » ont été des femmes : Alice Saunier-Seïté (professeur d’université en géographie), Valérie Pécresse (HEC et ENA) et Geneviève Fioraso (maîtrises en anglais et en économie). Deux ont été des hommes : François Fillon (DEA de droit) et Laurent Wauquier (ENS, agrégation d’histoire, ENA).

 

Une femme parmi les trois « ministres délégués chargés de la Recherche » : Claudie Haigneré (docteur en neuro-sciences et astronaute) ; et deux hommes : Hubert Curien (professeur à la faculté de sciences de Paris, puis directeur du département de physique mathématiques au CNRS) et François d’Aubert (HEC et ENA).

 

Une femme parmi les deux « secrétaires d’Etat chargés de la Recherche » : Elisabeth Dufourcq ( CAPES d’histoire, Sciences-po Paris, DEA de santé publique) ; et un homme (François d’Aubert).

 

Deux femmes parmi les cinq autres « secrétaires d’Etat »: Alice Saunier-Seïté et Geneviève Fioraso ; et trois hommes : Jean-Pierre Soisson (ENA), Roger Schwartzenberg (agrégé – du supérieur- de droit public), Jean Guehennec de Boishue (agrégé de russe).

 

Quatre hommes sur les quatre ministres délégués chargés de la Recherche et de l’Enseignement supérieur : Alain Devaquet (ENS, agrégé de chimie, professeur d’université en chimie), Jacques Valade (diplômé de l’école de chimie industrielle et agricole de l’université de Bordeaux), François Loos (polytechnicien) et François Goulard (Ecole centrale et ENA).

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.