L’ami J.P Delahaye s’en est allé de la DGESCO

Sa démission, sans doute un peu plus rapide que prévue, de la Direction générale des enseignements scolaires ne surprend pas vraiment ses proches.

Lorsque Jean-Paul Delahaye avait été amené à prendre la direction de la DGESCO en novembre 2012, il leur avait annoncé qu’en tout état de cause il n’irait pas au-delà de juin 2014. Il a prévenu dès début avril 2014 le nouveau ministre de l’Education nationale Benoît Hamon de son souhait d’anticiper un peu son départ. Et la perspective de devoir présenter lui-même lundi prochain un nouveau décret sur les rythmes scolaires  »détricotant sensiblement » celui auquel il avait travaillé a fait le reste.

 

Comme je l’ai déjà écrit sur Educpros lors de sa nomination le 21 novembre 2012, ce directeur général des enseignements scolaires a eu des origines, un parcours et des ‘’affinités électives’’ qui l’ont distingué nettement de son prédécesseur Jean-Michel Blanquer.

Jean-Paul Delahaye est né dans un milieu tout à fait modeste (sa mère, qui l’a élevé seule avec ses autres enfants, a été ouvrière agricole et femme de ménage). Il a débuté sa carrière professionnelle comme professeur d’histoire-géographie en collège pendant 9 ans. Il est devenu inspecteur départemental de l’Education nationale en 1982. Il a été directeur de l’école normale des Ardennes de 1986 à 1990 et a participé à la mise en place de l’IUFM. De 1991 à 2001, Jean-Paul Delahaye a été ensuite inspecteur d’académie et directeur des services départementaux de l’éducation successivement  dans les départements très disparates de Haute-Saône, de Côte d’or et  de la Seine Saint-Denis.  Devenu inspecteur général  de l’Education nationale (« vie scolaire’’), il a été chargé de mission au cabinet du ministre de l’Education nationale Jack Lang de mars 2001 à avril 2002, pour les questions de violence, les ZEP, la lutte contre l’exclusion et la grande pauvreté.

Il a préparé sous ma direction une thèse d’histoire de l’éducation qu’il a soutenue à Paris V le 6 décembre 2003 : « La franc-maçonnerie et l’instruction publique de 1861 à 1882 ». Il a obtenu la meilleure mention d’un jury composé d’Antoine Prost (professeur d’histoire contemporaine à Paris I) , de Jacqueline Lalouette (professeur d’histoire contemporaine à Lille III, spécialiste de l’histoire des relations entre l’Etat et les cultes, de la laïcité et de l’anticléricalisme) et de moi-même (professeur d’histoire de l’éducation à Paris V). Comme l’a révélé publiquement « Educpros » le 17 mai 2012, Jean–Paul Delahaye a été mis en relation avec Vincent Peillon par mon entremise au début des années 2000 ; et leur collaboration ne s’est jamais démentie depuis. Elle va d’ailleurs sans doute se continuer sous d’autres formes.

Si l’on en juge par les tweets qui sont apparus immédiatement après l’annonce de sa démission (et qui me sont parvenus), Jean-Paul Delahaye n’a pas laissé indifférent nombre de ceux qui ont eu à travailler avec lui. Je n’en citerai que quelques-uns dans leur ordre d’arrivée. Bruno Julliard ( PS) : « un parcours et un homme exceptionnels au service de l’école publique ». Claudie Paillette ( SGEN ) : « un vrai regret de son départ…près de 2 ans de travail vraiment intéressant avec la Direction » . Selon un tweet du Café pédagogique, «Benoît Hamon salue le grand directeur qu’a été Jean-Paul Delahaye qui vient de démissionner ». Laurent Escure ( UNSA-Education) : « un très grand merci à JP Delahaye ; il manquera à la Refondation pour laquelle il a oeuvré sans relâche ». Christian Chevalier (SE) : « Départ de JP Delahaye : espérons que le mammouth ne s’assoupira pas sur les promesses de la refondation d’une école de la République plus juste ». Chris ( »Profencampagne ») : « il n’allait quand même pas assister le 5 mai au détricotage de 2 ans de boulot. Un grand monsieur dont des cons ont eu la peau ». Claire Krepper (Se) : « total respect pour Jean-Paul Delahaye qui quitte la tête de la DGESCO ; un vrai défenseur de l’intérêt général et du service public ». Nathalie Ménard (AFEV) : « navrée du départ de J.P Delahaye, un grand monsieur au service de l’école publique et de la lutte contre les inégalités ». Luc Bentz ( UNSA-Education) : « Jean-Paul Delahaye est un grand serviteur de l’école de la République, attaché à son rôle émancipateur . Voilà »

 

Partagez ce billet !

This entry was posted on Jeudi, mai 1st, 2014 at 3:31 and is filed under Non classé, refondation de l'Ecole. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

One Response to “L’ami J.P Delahaye s’en est allé de la DGESCO”

  1. Leroy Anton Says:

    Monsieur,
    Je verrai un seul point noir dans l’action menée par Jean-Paul Delahaye à la DRESCO. Par le biais de l’agrément par le Ministère de l’Education d’une association promouvant le yoga à l’école, il a pris le risque d’y faire entrer les groupes néo-religieux activistes en matière de charlatanerie pour la santé et de manipulation mentale. En effet, ces groupes cités par la commission d’enquête en 1995, et dans le rapport des sénateurs publié en mars 2013 suite à l’audition de charlatans exerçant des pratiques de magie non-évaluées, recrutent en priorité des jeunes, dans le cadre des cours de yoga. Une association a mis en évidence la formation d’une adepte d’un groupe néo-hindouiste par cette association. Des animateurs en yoga vont pouvoir remplacer des enseignants formés à bac + 5, avec pour toute formation quelques heures de stage au tarif le plus élevé. Mais surtout, quelle haute vision de la laïcité peut-on avoir en acceptant une telle brèche dans notre système éducatif mais aussi dans la recherche pédagogique?

Leave a Reply