Le blog de Claude Lelievre

De nouvelles assises pour l’Ecole?

L’Ecole s’est retrouvée au premier rang lors des événements dramatiques de janvier. C’est une tradition de longue portée historique en France de penser que l’Ecole doit (et peut) avoir un rôle tout particulier dans la résolution des problèmes majeurs (ce qui est parfois lourd à porter, car cet  »excès d’honneur » initial peut se solder ensuite par  »un excès d’indignité » final…).

Toujours est-il qu’elle a fait face et qu ‘une « grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République » a été engagée . On peut penser que, dans ce cadre, c’est la sagesse même de tenter d’élargir les assises de la réponse en en débattant et en l’amplifiant avec d’autres partenaires.

Le processus lancé aujourd’hui par le Premier ministre Manuel Valls, la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Patrick Kanner (devant les préfets, les recteurs et les IA-DASEN réunis à la Sorbonne) est donc fort bien venu. Ce processus d’ « Assises de l’Ecole pour les valeurs de la République » devrait aboutir à une « synthèse nationale » non pas repoussée aux calendes grecques (comme il arrive…), mais présentée dans trois mois, à la mi-mai.
Cela commencera par une série de « réunions sur tout le territoire entre le 16 février et le 24 avril  dans les écoles, les établissements du second degré, et les établissements d’enseignement supérieur ».
Ces assises locales réuniront «  la communauté éducative, les élus locaux, les services de l’Etat, les associations locales (associations complémentaires de l’école, associations de jeunesse et d’éducation populaire, associations de quartiers, de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, etc.), le monde économique (chambres consulaires, acteurs de l’économie sociale et solidaire, etc.) ». Elles seront organisées par les DASEN « avec l’appui des autres services de l’Etat ».
Des réunions départementales « dans un établissement du second degré ou dans un établissement d’enseignement supérieur du département » seront ensuite organisées.

Si l’on en juge par le dossier de presse, les assises devraient interroger fortement la place des parents et des collectivités locales (« comment construire un cadre commun pour la mise en oeuvre du principe de laïcité dans les temps scolaires, périscolaires et extrascolaires ? Quel contenu à un axe laïcité et citoyenneté dans les contrats de ville ? […]. Comment mettre en place une politique active de mixité pour agir sur la composition des collèges ? » etc..)
Devraient être aussi pleinement évoquées les relations avec « les acteurs associatifs, le monde économique et la société civile » et avec « les associations de l’éducation prioritaire, les associations de jeunesse et les associations concourant à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ». Sans compter ( mais ce n’est pas le moindre des soucis) la constitution et l’emploi de « la réserve citoyenne » et le rôle des entreprises dans « la lutte contre les discriminations sociales et territoriales ». Tout un programme ( pour de vrais projets éducatifs territoriaux?)...

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.