Le blog de Claude Lelievre

La refondation de l’Ecole: du  »plafond » au  »plancher »

La « refondation » ne concerne pas (directement) l’ensemble du système éducatif, mais est inscrite essentiellement dans le périmètre de l’Ecole obligatoire. Ce n’est pas une  »réforme » de plus. C’est une re-fondation de l’Ecole républicaine et laïque.

L’alerte a commencé en l’an 2000 au moment des résultats de la première enquête internationale PISA. Mais elle a mis du temps à cheminer en raison de la politique dominante qui était mise en œuvre depuis des décennies, à savoir l’extension des lycées, de l’accès aux baccalauréats et aux enseignements supérieurs  (avec un certain souci, plus ou moins recherché, d’élargir la base sociale de l’accès à des postes inégalement convoités ; ce que d’aucuns ont appelé  »l’élitisme républicain » ).

Mais ce qu’ont révélé les résultats de PISA, livraison après livraison, c’est que la France était particulièrement inégalitaire aux environs de l’âge de sortie de l’école obligatoire, dans l’accès aux compétences de base considérées (dans l’accès, en quelque sorte à un  »bien commun »). Pire, parmi une trentaine de pays, la France s’est retrouvée parmi ceux où l’écart des résultats entre les élèves de statuts socio-culturels favorisés et ceux de statuts socio-culturels défavorisés était le plus important. Et cela pouvait aller jusqu’à un écart inégalitaire double de celui de certains pays.

Pendant de nombreuses années, on s’est comporté comme si l’élévation du  »plafond » devait assurer le relèvement du  »plancher ». Eh bien, il s’agit d’opérer mentalement une  »révolution copernicienne » (difficile, compte tenu de notre passé et de nos habitudes) : à savoir ne plus considérer l’école depuis son sommet, mais à partir de sa base (au rebours de notre ‘’élitisme’’ dit ‘’républicain’’).

Le thème de la « refondation de l’Ecole républicaine » doit d’abord et avant tout être compris comme la priorité enfin donnée aux « fondations » (c’est-à-dire à l’école maternelle et à l’école élémentaire, puis au collège) et à ce qui est jugé ‘’fondamental’’ (à savoir la qualité et la formation professionnelle des enseignants, l’attention privilégiée aux élèves ‘’fragiles’’, la question de la culture qui doit être effectivement maîtrisée par chacun).

Il s’agit de « re-fondation », ce qui renvoie d’une certaine façon à la fondation historique de l’Ecole obligatoire républicaine et laïque en France. Mais ce n’est pas une « restauration ». Il s’agit de refonder cette Ecole au XXI° siècle, pour le XXI° siècle. Par exemple en prenant en compte le numérique. Mais aussi en prenant acte de la durée nettement accrue de la scolarité obligatoire en en faisant un ensemble beaucoup plus cohérent (cf la définition des  »programmes » faite par cycles et d’un seul tenant pour la première fois, avec une cohésion et des complémentarités inédites, permettant d’arriver moins difficilement à leur maîtrise, en particulier pour les élèves les plus fragiles).

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.