Le blog de Claude Lelievre

Le fléau de l’Ecole: les parents?

Le 31 janvier, les députées Aurore Bergé et Béatrice Descamps ont sévèrement interpellé les enseignants devant la commission de la Culture et de l’Education de l’Assemblée nationale à partir de leur enquête sur le devenir des recommandations du rapport de 2014 à propos des relations entre l’école et les parents  .Les enseignants ont été accusés de  »diaboliser » les parents, d’écrire des   »remarques désobligeantes voire stigmatisantes dans les bulletins » . Et les deux députées ont mis en garde: « les familles ne peuvent plus être considérées comme suspectes et le temps de la Convention.a vécu » . Eh bien , elles n’y sont pas allées de main-morte !

Il est vrai que, contrairement à une idée répandue, les rapports entre les enseignants et les parents ont de longue date été loin d’être idylliques. Quelques exemples historiques, parmi bien d’autres possibles. « Les parents, ce fléau des écoles, sont convaincus du tort des maîtres. L’enfant indocile répond effrontément aux réprimandes que son maître lui adresse ; et s’il subit une punition ce n’est qu’en menaçant son maître et quelquefois en l’injuriant. Ses parents le soutiennent. Quand le maître, pour mettre une digue à tant d’insubordination veut sévir, l’enfant indocile lui répond fièrement : » je ne veux pas être puni, je suis innocent ; vous êtes injuste, je le dirai à mes parents qui le diront à d’autres ». Et les parents viennent vous assaillir. Autrefois le maître était craint ; aujourd’hui on en rit parce qu’on ne le craint plus » (« Réponse à l’enquête de 1861 » de Rouland, ministre de l’Instruction publique de Napoléon III).

Rapports d’inspecteurs primaires de la Seine-et-Oise sous la troisième République (thèse soutenue à Paris IV par Delphine Mercier en 2002). « Selon l’inspection, la réussite de l’enseignement de la morale tient à deux éléments qui peuvent facilement devenir des obstacles de taille : la famille et les maîtres.  »Indispensable » au succès de l’éducation morale,  »le concours de la famille » est, selon l’inspecteur Martin, encore rare en 1893. Dans sa thèse, Delphine Mercier note que « l’inspection ne se contente pas de dénoncer cette situation :  »l’autorité des maîtres n’a rien à gagner à ce divorce entre les deux principales forces d’éducation du temps présent » souligne alors l’inspection ».

La loi d’orientation de 1989 a consacré les parents comme partenaires à part entière du système éducatif, membres de la communauté éducative, associés aux projets d’établissement. La dernière loi d’orientation, celle du 8 juillet 2013, a même évoqué dans ses annexes la  »co-éducation’‘. Et, dans la section 1, celle des  »principes de l’éducation », il est formellement indiqué que « pour garantir la réussite de tous, l’Ecole se construit avec la participation des parents, quelle que soit l’origine sociale ».

A l’évidence, les politiques scolaires proclamées et décidées concernant la place des parents d’élèves dans l’Ecole publique ont beaucoup évolué. Mais, à l’évidence aussi, il s’en faut de beaucoup pour que ce soit une réalité effective dans tous les établissements scolaires et, surtout, pour tous les parents d’élèves.

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. sylvestre smorenburg

    Merci pour ces décalages ! Je suis plutôt pro-parents en tant qu’instit. Ils confient à l’Etat leurs enfants…Et je comprends plutôt leur fragilité affective qui parfois les rendent jaloux de la relation qui nous lie à leur enfant. En ce qui concerne l’autorité, je pense que les enseignants ont une responsabilité. A nous de nous entraider et de mettre les points sur les « i », quels que soient les parents. Mais au lieu de cela, chacun gère tout seul la pression éventuelle de certains parents et ils subissent, en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.