Le blog de Claude Lelievre

Mai 68 : les corps du primaire et du secondaire déstabilisés bien avant

Mai 68 n’est pas vraiment compréhensible dans le domaine scolaire si l’on ne saisit pas que le corps des instituteurs ainsi que le corps des professeurs avaient été déstabilisés durant les années précédentes. Ce qui n’est pas le cas actuellement, cinquante ans après.

1)Un corps enseignant du primaire en expansion rapide, moins  »normalisé » et  »mixé »

Durant les années qui précèdent Mai 68, les effectifs de l’enseignement primaire croissent brutalement sous l’effet du ‘’baby-boom’’ de l’après-guerre et de l’augmentation très rapide de la préscolarisation. Ainsi, de 1950 à 1965, le nombre d’enfants scolarisés en maternelle passe de 400 000 à un million, et celui de l’enseignement élémentaire de 4,5 millions à plus de 6 millions.

Le nombre total des instituteurs et des institutrices croît de 155 000 à 260 000, alors que les départs à la retraite durant cette période se montent à 55 000. On doit donc recruter – en une quinzaine d’années seulement – 160 000 nouveaux enseignants, qui sont donc largement majoritaires dans le corps de l’enseignement primaire en 68.

Or, contrairement aux plus anciens, plus de la moitié d’entre eux n’ont pas été formés dans les écoles normales, car, compte tenu de l’urgence, beaucoup ont été recrutés juste après le baccalauréat, souvent comme suppléants. Ils n’ont donc pas été ‘’normalisés’’ idéologiquement et pédagogiquement par les écoles normales, ce qui a affaibli l’homogénéité du corps enseignant du primaire et a eu pour conséquence de le déstabiliser et de le faire entrer peu ou prou dans une zone de turbulence ouverte à des changements diversifiés et à des postures diverses.

Et cela d’autant plus que les années 1960 sont celles du début rapide de la  »mise en mixité » de l’enseignement primaire. De la rentrée 1961 à celle de 1963, plus de la moitié des écoles primaires publiques de filles ou de garçons à une ou deux classes disparaissent tandis que 15000 écoles à plusieurs classes deviennent mixtes.A la rentrée 1968, plus du tiers des classes de l’enseignement élémentaire sont  »mixtes ». Et cela aussi induit des  »repositionnements » pour les  »unes » et pour les » autres »

2 ) Un corps des enseignants du secondaire en extension très rapide, très jeune, et peu homogénéisé

Dans les années qui précèdent Mai 68, les effectifs de l’enseignement secondaire croissent encore plus brutalement que ceux du primaire, sous l’effet non seulement du ‘’baby-boom’’, mais aussi des poursuites d’études nettement plus nombreuses au-delà de l’âge de 14 ans, qui marquait jusqu’à 1967 le terme de la scolarité obligatoire.

Le début de ce qu’on appelle aujourd’hui la ‘’massification’’ date en effet de cette période, et précède mai 68 contrairement à ce que l’on imagine trop souvent. Sous la présidence de Charles de Gaulle, depuis la rentrée scolaire de 1958 jusqu’à celle de 1967, en moins de dix ans, le nombre des professeurs de l’enseignement secondaire fait plus que doubler, puisqu’il passe de 53 000 à 121 000.

Compte tenu des départs à la retraite, le corps de l’enseignement secondaire, en 1968, est constitué aux deux tiers par des enseignants qui ont moins de 9 ans d’ancienneté et pour la plupart moins de 30 ans d’âge. C’est un renouvellement très rapide et unique, qui ouvre la voie à une certaine déstabilisation de l’ordre secondaire ancien.

Et cela d’autant plus que l’ampleur des renouvellements permet de très nombreuses mutations. Le jeune professeur nouvellement nommé loin de chez lui ou de ce qu’il désire, peut multiplier les mutations qui le rapprochent peu à peu de ce qu’il souhaite. D’où pour chaque établissement (sauf dans les lycées centraux de grandes villes très convoités où l’on accède tard et qui restent des bastions de stabilité et de traditions anciennes), le renouvellement incessant d’un personnel sans homogénéité, une absence d’enracinement local, de stabilité, voire de cohérence.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.