Le blog de Claude Lelievre

L’uniforme à l’école: un slogan insistant à droite!

 Contre-vérités historiques et perversité conceptuelle. Le referendum tenu à Provins ce dimanche sur le port de l’uniforme à l’école appelle quelques éclaicissements en le replaçant dans un passé à la fois proche et lointain.

En juillet 2016, il y a moins de deux ans, les députés Bernard Debré et Eric Ciotti ont défendu des amendements au projet de loi « Egalité et citoyenneté »’ en vue de la « réintroduction de l’uniforme à l’école« . Bernard Debré avait déjà adressé une question sur ce sujet à la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem lors de la séance de l’Assemblée nationale du 24 mai 2016 en rappelant qu’il avait déposé en janvier 2015 (avec le concours d’une quarantaine de députés, dont Eric Ciotti, déjà ; mais aussi avec Nicolas Dupont-Aignan) un projet de loi sur cette question.

Attendus de ce projet de loi de janvier 2015 : « L’Ecole doit être le lieu où se forme le sentiment d’appartenance à notre communauté nationale et à la République française. C’est pourquoi des mesures à la fois symboliques et fortes s’imposent. D’abord, le port d’une tenue commune dans les établissements scolaires du premier et du second degré doit redevenir la règle ».

Deux ans auparavant, en janvier 2013, une quinzaine de sénateurs de droite (dont le seul ayant une certaine notoriété était Serge Dassault) avaient déjà déposé une proposition de loi rendant « obligatoire le port de l’uniforme ou de la blouse à l’école primaire et au collège ».

L’article 2 précisait qu’il appartiendrait « à la direction de l’établissement de déterminer le vêtement, blouse ou uniforme, qui doit être porté en son sein ». Et sans doute pour montrer qu’il ne s’agissait pas d’une proposition de  »principe » mais d’une loi devant être effectivement appliquée, un calendrier d’application était dûment établi dans l’article 3.

Les attendus de ce projet de loi de janvier 2013 finissaient par un couplet sur « l’égalité » auquel l’ultra démocrate et égalitariste sénateur Serge Dassault ne pouvait qu’être particulièrement sensible : « L’uniforme a depuis toujours été utilisé pour symboliser un lien d’appartenance. Il n’est pas une panacée mais un outil permettant de gommer symboliquement les différences sociales, ethniques et religieuses ».

Avec une touche finale tout à fait fausse historiquement :« Le port de l’uniforme n’est plus obligatoire depuis les événements de Mai 68 ». En réalité, le port de l’uniforme (ou de la blouse uniforme) n’a jamais été obligatoire dans les écoles communales (il suffit d’ailleurs de regarder les photos de classe, même jaunies, pour le constater). Il ne l’a jamais été non plus, dans le cadre national, pour les collèges ou lycées : c’étaient des politiques d’établissement possibles, mais choisies. Et leur raison d’être était bien moins la recherche de « l’égalité » que celle d’un ‘‘patriotisme d’établissement » dans le champ complexe de la ‘distinction ».

Historiquement, le port de « l’uniforme’’ n’a jamais été un gage « d’égalité » (même formelle) : l’obligation n’en a jamais été faite pour la masse des élèves (dans le primaire ou le primaire supérieur), mais seulement dans certains établissements secondaires qui voulaient – justement ! -‘’se distinguer’’ (les uns des autres) et ‘’être distingués’’.

A vrai dire,  on se doute qu’il y a quelque perversité à se réclamer de  « l’égalité » en l’occurrence, si l’on a bien en mémoire que ces députés-là fustigent de longue date – par exemple – le « collège unique » (en s’en prenant tout particulièrement à « l’uniformité » qu’il engendrerait) alors même qu’ils préconisent  »la mise en uniforme » des collégiens…

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.