Le blog de Claude Lelievre

Macron et Blanquer: des pro-européens effectifs? A vérifer!

Pour ce qui concerne l’Ecole, ils ont tous deux proclamé des engagements forts. Sont-ils en voie d’être vraiment tenus? Ce n’est pas évident. Et cela revêt d’autant plus d’importance que la liste  »Renaissance »’ (  »En marche pour l’Europe ») a pris aussi des engagements en ce sens.

Lors de son discours en Sorbonne le 26 septembre 2017, le président de la République Emmanuel Macron avait déclaré: « Erasme, dont on disait qu’il était le précepteur de l’Europe, affirmait déjà qu’il fallait demander à chaque jeune de «parcourir le continent pour apprendre d’autres langues » et «se défaire de son naturel sauvage» […] Notre fragmentation n’est que superficielle. Elle est en fait notre meilleure chance. Et au lieu de déplorer le foisonnement de nos langues, nous devons en faire un atout ! L’Europe doit être cet espace où chaque étudiant devra parler au moins deux langues européennes d’ici 2024. Au lieu de regretter le morcellement de nos contrées, renforçons les échanges ! En 2024, la moitié d’une classe d’âge doit avoir passé, avant ses 25 ans , au moins 6 mois dans un autre pays européen« 

Huit mois plus tard, en réponse à une question posée le 16 mai 2018 par la députée Modem Marguerite Deprez-Audebert sur la façon de « donner envie d’Europe à notre jeunesse », le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a répondu qu’il avait déjà élaboré une » stratégie  avec le Chef de l’Etat » (sic) dont l’axe central est qu’ « à l’horizon 2024, chaque étudiant devra parler deux langues européennes en plus de la sienne » et que « la moitié d’une classe d’âge devra avoir passé au moins 6 mois dans un autre pays européen que le sien » .

Plus précisément, il a fixé comme objectif pour l’année scolaire 2018-2019 que « 12% des élèves du second degré, soit 700000 élèves effectuent un séjour à l’étranger ». Mazette! Si cela a été fait (et on peut en douter, compte tenu des  »remontées » informelles que l’on a içi ou là ) on est preneur de la confirmation! Ce serait autre chose que l’annonce triomphale récente faite par Jean-Michel Blanquer qu’il y a désormais 90% des établissements scolaires qui ont une chorale.

Par ailleurs, l’une des  » 9 propositions principales pour une Renaissance de l’Europe » a pour titre: « Nous ouvrirons Erasmus à tous les collégiens et apprentis‘. Ce n’est pas rien non plus a priori. Et cela se décline plus précisément dans la brochure de trente pages distribuée largement dans les boîtes aux lettres par: « notre priorité sera d’ouvrir Eramus à tous, des collégiens aux apprentis. Plus de 80000 Français ont bénéficié du programme Erasmus en 2018, dont la moité d’étudiants. Nous voulons multiplier leur nombre par 5 d’ici 2024« .

Dans les deux pages de cet opuscule consacrées à « unir autour de l’identité européenne », il n’y a rien d’autres que cela concernant les séjours en Europe. Le nombre de 5 fois en 2024 le nombre de Français ayant bénéficié en 2018 du programme Erasmus (80000) est à hauteur de 400000, une bonne moitié d’une classe d’âge (soit ce qui avait été fixé comme objectif par Macron et Blanquer: « en 2024 , la moitié d’une classe d’âge doit avoir passé au moins 6 mois dans autre pays européen »).

Mais celui de 80000 pour 2018 est sans aucune mesure avec l’objectif annoncé par le ministre de l’Education nationale pour l’année scolaire 2018-2019: « 12% des élèves du second degré, soit 700000 effectuant un séjour à l’étranger« , à moins que le  »flou artistique » concernant la durée de ces séjours permette la  »gonflette » implicite en validant différentes interprétations. De la communication plus que de l’action?

On peut noter toutefois un certain effort financier effectif. Le budget alloué à Erasmus+ en France en 2018 était de 202 millions d’euros, en augmentation de 23% par rapport à 2017. En 2019, cette somme devrait de nouveau croître pour atteindre 247 millions d’euros.

Ce n’est pas rien, loin s’en faut. Mais c’est, là encore, sans commune mesure avec le rythme de croissance nécessaire pour atteindre l’objectif prévu pour 2024. C’est d’ailleurs sans doute pour cela qu’il est proposé dans le programme de la liste « Pour une renaissance de l’Europe » de  » tripler le budget du programme Erasmus pour augmenter les bourses (étudiants, lycéens professionnels, jeunes chômeurs, etc) , en particulier en faveur des plus modestes’

Be Sociable, Share!

Commentaires (2)

  1. cassignard

    Bonjour, je cherche à vous joindre pour un reportage 20h sur les reglements interieurs des etablissements scolaires.
    Pourriez-vous svp me contacter ?
    Merci.

  2. cassignard

    C’est pour le 20h de France 2. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.