Le blog de Claude Lelievre

Rapport de 2012 sur la fermeture des établissements scolaires dans le cas d’une pandémie grippale

« Fermeture des établissements scolaires et autres lieux collectifs dans le cadre de la révision du plan pandémique grippale », Rapport du groupe de travail (2 février 2012-12 juillet 2012) dans le cadre du Haut Conseil de la Santé Publique (commission spécialisée des Maladies transmissibles).

SYNTHESE:

La plupart des études de modélisation sur l’impact des fermetures de classe et des données observées confirment que:

– la fermeture des écoles pourrait avoir un impact sanitaire si elles sont fermées à temps et assez longtemps ;

– la fermeture des classes/écoles doit être accompagnée de mesures pour éviter le regroupement des élèves hors des classes ;

– il y a un coût social très élevé qui, à la lumière de 2009, est supérieur au coût de dépenses de santé évitées ;

– si cette stratégie n’est pas combinée à d’autres, la fermeture d’écoles retarde le pic mais a le plus souvent peu d’impact sur le taux d’attaque ;

– cette mesure pourrait être intéressante localement pour réduire la charge des services de soins en retardant le pic mais générerait un absentéisme potentiellement conséquent parmi le personnel soignant pour garde d’enfants ;

– les effets de la distanciation sociale cessent dès l’arrêt ou l’allègement des mesures ;

– les modèles considèrent des taux d’incidence optimale dans la communauté pour la fermeture des établissements mais ces seuils sont en pratique difficilement mesurables. La décision de fermeture, son mode et sa durée sont à décider en fonction de la gravité de la pandémie, de sa phase (freinage ou atténuation) et des objectifs à atteindre.

La communication autour de ces éventuelles fermetures sera complexe, du fait de prise de positions parfois différentes au niveau international. Il n’existe aucune règle, aucun algorithme permettant de déterminer avec certitude à l’avance les critères de fermeture et de réouverture des établissements scolaires.

La gravité d’une pandémie peut être appréciée à partir d’un certain nombre de paramètres décrivant la transmission et la gravité clinique. La qualification de gravité de la pandémie ne pourra être établie que sur un avis d’experts se basant sur l’analyse de ces paramètres.

Ainsi à titre d’exemple, concernant les modalités de fermeture des établissements scolaires, plusieurs situations sont possibles :

Transmission faible et gravité faible : fermeture non recommandée.

Transmission élevée et gravité faible :

o l’impact attendu d’une fermeture de courte durée est faible ;

o la fermeture peut être envisagée pour réduire localement la pression sur le système de soins ou plus globalement en anticipation d’une période de congés scolaires ;

o la mise en œuvre peut être soit locale, établissement par établissement, soit nationale sur l’ensemble des établissements d’une zone donnée.

Transmission faible et gravité élevée :

o la fermeture localement est à envisager dès qu’il existe des cas groupés ;

o la mise en œuvre est locale, établissement par établissement.

-Transmission élevée et gravité élevée :

o fermeture recommandée de l’ensemble des établissements. La fermeture des établissements scolaires et autres lieux collectifs devra être accompagnée d’information et de recommandations dans le but de favoriser l’isolement à domicile et d’éviter tout regroupement d’élèves en dehors des établissements scolaires (par exemple lieux de sport, centres aérés, lieux de loisirs, ou garde familiale groupée, etc.). Ces regroupements compromettraient l’impact de la fermeture sur la réduction de la pandémie.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.