Le blog de Claude Lelievre

Archives par auteur: Claude Lelièvre

Il y a eu des  »pédagogistes » au ministère ! Jules Ferry contre Blanquer

La chasse au  »pédagogisme » voire aux  »pédagogistes » est ouverte. Et certains donnent de la voix et s’époumonent dans certaines gazettes. Ils montrent ce faisant surtout leur inculture (pédagogique et historique) abyssale. Qui a dit : « Nous voulons des éducateurs ! Est-ce là être trop ambitieux ? Non. Et je n’en veux pour preuve que la direction actuelle de la pédagogie, que les méthodes nouvelles qui ont pris tant de développement, ces méthodes qui consistent, non plus à dicter comme un arrêt la règle à l’enfant, mais à la lui faire trouver ; qui se proposent avant tout d’exciter la spontanéité de l’enfant, pour en diriger le développement normal au lieu de l’emprisonner dans des règles toutes faites auxquelles il n’entend rien, au lieu de l’enfermer dans des formules dont il ne retire que de l’ennui, et qui n’aboutissent qu’à jeter dans ces petites têtes des idées vagues et pesantes, et comme une sorte de crépuscule intellectuel». Qui a dit :« Les hommes d’ancien régime dans l’enseignement primaire sont un peu surpris de ce que nous entreprenons ; ils sont même un peu choqués […]. Mais, disent-ils, est-ce que, autrefois, avec les anciennes méthodes, avec le programme restreint à lire, à écrire et à compter, on ne faisait pas… Savoir plus >

Le décret Ponce Pilate sur les rythmes scolaires de Blanquer

Le décret que Jean-Michel Blanquer vient de signer sur les rythmes scolaires est digne non pas d’un Salomon mais d’un Ponce Pilate. C’est la  »base », à condition d’être unie, qui choisira le retour à la semaine de quatre jours. Et l’irresponsable à la tête du ministère de l’Education nationale s’en lave les mains. Après la décision prise en 2008 par le ministre de l’Education nationale Xavier Darcos de permettre la suppression de la classe du samedi et la généralisation de la semaine de quatre jours dans l’enseignement primaire, l’historien Antoine Prost avait dénoncé « une débacle » accompagnée d’ « un lâche soulagement ». Et il avait titré sa tribune parue dans « Le Monde » du 28 mai 2008 : « Un Munich pédagogique !». Bis repetita ? Le 18 mai 2010, Jean-Michel Blanquer (alors Directeur de l’enseignement scolaire) a été auditionné sur le sujet. Et ce qui en a été consigné dans le rapport d’information déposé le 8 décembre 2010 par la Commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale (en conclusion des travaux de la mission sur les rythmes scolaires) vaut d’être rappelé (et sonne comme un rappel à l’ordre).  « Lors de son audition par la mission, le Directeur général de l’enseignement primaire scolaire au ministère… Savoir plus >

Tournier le premier à débloquer Blanquer sur le bac ?

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer s’est réfugié jusqu’alors dans la langue de bois à propos de la réforme du baccalauréat annoncée en se dissimulant derrière les métaphores :  »muscler »,  »épaississement », »tremplin »… Le secrétaire général du SNPDEN (principal syndicat des chefs d’établissement) Philippe Tournier s’est lâché – lui – jusqu’au bout, lors de sa conférence de presse (cf le compte-rendu suggestif qu’en a fait Erwin Canard dans Educpros) : « il n’y aurait dorénavant plus que deux solutions : « Soit on dit que le bac ne sert à rien, donc on le supprime, soit on lui redonne sa place d’examen d’entrée dans le supérieur. » Une place que l’examen occupe toutefois déjà aujourd’hui – au moins officiellement – puisqu’il tient lieu de premier grade universitaire. Si le SNPDEN admet ne pas avoir réfléchi aux modalités exactes du baccalauréat qu’il envisagerait, la philosophie est en revanche déterminée. Le premier syndicat des chefs d’établissement souhaite que le bac soit divisé en deux. « L’idée est qu’il y ait deux évaluations : une qui aurait valeur de certificat de fin d’études secondaires, et une autre qui donnerait le droit d’entrer dans l’enseignement supérieur« , précise Philippe Tournier » Il ne s’agit plus de  »muscler » ou d’  »épaississement », voire même de  »tremplin » ; mais de tout autre… Savoir plus >

2005 : échec d’une réforme du bac… à venir

A l’adresse d’abord du redoublant Jean-Michel Blanquer, afin qu’il n’échoue pas sur les obstacles qui ont mis François Fillon à genoux. La répétition est généralement mortifère. On n’y échappe pas en ignorant le passé (ce qui est souvent de l’ordre de la dénégation plus ou moins apeurée), mais au contraire en le connaissant au mieux. Au début de l’année 2005, la réforme du baccalauréat est inscrite dans le rapport annexé de la future loi d’orientation de l’éducation (dite loi  »Fillon »). Sa préparation est confiée à un « groupe de travail comprenant des représentants des personnels, des parents d’élèves et des lycéens ». Ses conclusions sont attendues pour le 15 avril. Et la réforme doit rentrer en vigueur dès la session 2007. Le ministre de l’Education nationale François Fillon fixe le cadre lors de l’installation du groupe de travail le 17 janvier : reprofilage de l’examen autour de six épreuves terminales (au lieu d’une douzaine) qui pourront être différentes selon les séries ; évaluation sous d’autres formes des autres matières (contrôle continu ou en cours de formation ) ; et préservation de la valeur nationale du diplôme. Pour justifier cette réforme, François Fillon met en avant « l’immense tâche » que représente chaque année l’organisation du baccalauréat, le… Savoir plus >

Blanquer : un redoublant inconscient?

Le pince-sans rire à la tête du ministère de l’Education nationale endosse le rôle du comique l’air de rien. Alors qu’il était à la tête de la DGESCO (direction générales des enseignements scolaires), Jean -Michel Blanquer a fait paraître une circulaire en date du 16 mars 2010 (cf le BO du 18 mars) où il était dûment indiqué (au chapitre 2.1.2  intitulé « Donner sa pleine mesure à l’aide personnalisée ») :« La première mesure de personnalisation du parcours scolaire à l’école est la pédagogie différenciée […]. Elle doit rendre très exceptionnel le recours au redoublement ». Depuis deux jours, on trouve « redoubler n’est plus interdit » ou « il n’est pas normal d’interdire le redoublement » à la Une de bien des journaux. Et c’est ce qui restera dans les esprits. Jean-Michel Blanquer sait fort bien que l’idée de  »redoublement » est populaire (moins lorsqu’il s’agit des principaux intéressés), et il communique en conséquence, sans se soucier outre mesure de la cohérence (et même de sa cohérence) pensant qu’on ne saura pas grand chose des tenants et aboutissants véritables en la matière. Le nouveau ministre de l’Education nationale ne semble pas être un adepte de la rigueur, loin s’en faut. Le 8 juin, dans le quotidien « Le Parisien »… Savoir plus >

Blanquer, un rythme d’enfer

Le ministre qui est déjà « fier de ne pas avoir donné son nom à une nouvelle loi » n’hésite pas à se précipiter pour concocter un décret sur les rythmes scolaires… Le 8 juin, un texte de décret sera en effet l’objet d’un vote consultatif du Conseil supérieur de l’éducation. Auparavant, une commission préparatoire se sera réuni le 6 juin. En général, il y a deux semaines entre les deux réunions afin que les différentes parties consultées puissent réfléchir et proposer calmement des amendements. Là, il n’y aura que deux jours. L’Association des maires de France s’est inquiétée du manque de concertation et a publié un communiqué pour demander des clarifications sur le sujet. Jean-Michel Blanquer a fait valoir que « les retours à quatre jours ne concerneront qu’une petite minorité de volontaires à la rentrée prochaine » et que « l’année 2017-2018 permettrait ensuite une réflexion sur le temps et l’espace de l’enfant ». Pourquoi alors se précipiter s’il s’agit d’ « une toute petite minorité » et qu’il est reconnu en principe qu’il faudrait prendre du temps « pour une réflexion sur le temps et l’espace de l’enfant » ? Mystère. Comme on dit, « l’enfer est pavé de bonnes intentions » (proclamées…). Le plus étonnant est que le nouveau ministre… Savoir plus >

Refondation dans la refondation?

Il s’agit de « refonder l’Ecole » s’est exclamé Emmanuel Macron au soir du premier tour. Mais est-ce une refondation hors de la refondation en cours, en rupture avec elle ? Ou bien une « refondation dans la refondation ? », à l’instar du titre d’un célèbre ouvrage de Régis Debray : « Révolution dans la révolution ? » paru il y a tout juste 50 ans, en 1967. « Restaurations » ou « simples aménagements de l’existant » ? Certains des propos tenus par Emmanuel Macron lors du débat télévisé d’entre-deux-tours semblent aller dans le sens d’une  »restauration » et s’adresser électoralement aux  »révolutionnaires de l’immobilisme » (comme disent certains) : « Je veux rétablir les heures d’enseignement dont le français, l’enseignement du latin au collège, les travaux dirigés, les classes bilingues ». Mais ce n’est peut-être pas si sûr ou si simple ; du moins si l’on juge par ce qui peut être dit par l’équipe  »éducation » d’Emmanuel Macron (avec sa cheville ouvrière, Anousheh Karvar, une  »ministrable »). D’abord la mise en avant de la notion de « parcours bilingues » (et non de classes-bilingues) au-delà des  »bilingues de continuité » (pour éviter la reconstitution de groupes-classes homogènes et le rétablissement de logiques de filières). D’autre part, les EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) ne seraient pas démantelés mais feraient l’objet d’aménagements sous des formes… Savoir plus >

« La mère des batailles »?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas Marine Le Pen. Et ce n’est pas non plus l’ensemble de la question de l’Ecole comme l’avait affirmé le premier Alain Juppé. Ce n’est plus finalement que la priorité accordée à l’école primaire dans les questions scolaires. C’est du moins ce qui est apparu dans la courte intervention d’Emmanuel Macron sur ces sujets lors du débat télévisé de l’entre-deux-tours : « mon projet est de concentrer les moyens sur l’Ecole primaire […]. La mère des batailles, c’est l’école primaire ». Les deux finalistes de l’élection présidentielle n’ont parlé que trois minutes chacun de l’Ecole. « Accident médiatique » sans trop de signification n’impliquant pas un net recul de ce thème (alors même qu’il avait été très présent depuis plus d’un an, en particulier lors des  »primaires » )?  Pas si sûr. On peut noter, par exemple, que Marine Le Pen a totalement fait l’impasse sur le sujet dans sa profession de foi de quatre pages d’avant-second tour ; et que seulement une dizaine de points concernent l’école et l’enseignement supérieur dans son programme complet en 144 points. Il en va plutôt différemment pour Emmanuel Macron, même s’il a rétrogradé le « chantier de l’éducation et de la culture »… Savoir plus >

La jeune ministre a tenu bon la rampe

Najat Vallaud-Belkacem a été la première femme à être nommée ministre de l’Education nationale, jeune qui plus est (la plus jeune après Jean Zay, le ministre du Front populaire) ; et c’est peu dire qu’on l’attendait  »au tournant ». Et cela d’autant plus – en ces temps troublés voire troubles – qu’elle était issue d’une famille marocaine musulmane. Eh bien, on peut dire qu’elle a fait face (en dépit de rumeurs multiples et insistantes qui ont commencé dès son arrivée), avec un grand calme le plus souvent et beaucoup de détermination et d’engagements publics. Les difficultés n’ont pas manqué : un contexte politique où le gouvernement était en perte de confiance ; et des secteurs ou domaines scolaires très délicats à  »refonder », en particulier redéfinir les programmes de l’ensemble de la scolarité obligatoire et réformer le collège. Le collège est historiquement le lieu des tensions maximum de toutes sortes du  »système éducatif  ». Il est l’occasion de turbulences médiatiques très fortes lorsqu’on tente effectivement de traiter le problème qu’il pose (par exemple, à sa façon, René Haby lors de la création du  »collège unique ») et non de faire semblant (genre dans lequel se sont illustrés bien des ministres de l’Education nationale…). On peut noter,… Savoir plus >

Laisser du temps au temps pour bien refonder l’école républicaine

Tribune parue dans « Le Monde des Idées », il y a quatre ans… Il faut déterminer les enseignements et former les maîtres avant de se pencher sur l’organisation de l’école et le statut des enseignants, estime Claude Lelièvre, historien de l’éducation. LE MONDE | 12.03.2013 à 16h33 • Mis à jour le 12.03.2013 à 17h21 | Par Claude Lelièvre, historien de l’éducation Il ne saurait s’agir de « révolutionner » ou de « réformer » d’un seul coup, globalement, le système éducatif dans toutes ses composantes – tâche impossible, et qui n’a jamais existé de près ou de loin dans l’histoire de l’éducation en France -, mais de commencer (enfin !) par le commencement, à savoir « les fondations » et ce qui apparaît « fondamental ». La « refondation de l’école républicaine » ne peut être possible et faisable que si, précisément, elle établit clairement des priorités et fait – momentanément ou non – des impasses sur certains secteurs ou certains sujets, et ne prétend pas tout traiter en même temps ou de la même façon. Il doit être clair aussi qu’une vraie refondation doit prendre du temps et prendre son temps. Il y a lieu de se rappeler, à cet égard, que le moment fondateur de l’école républicaine, pour le… Savoir plus >